Agriphoto

Opinie Jan Reiner de Jong

Un appel urgent pour adapter la directive nitrates

10 Octobre 2021 - Boerenbusiness - Commentaires 5

Cher Ministre Schouten, chère Carola. Cela fait deux ans que nous notre ferme arable ont reçu. La sécheresse en était la cause. Nous avons été agréablement surpris par la contre-invitation où notre fille Sterre et moi étions invités lors de la célébration du Prinsjesdag.

Dans les conversations que nous avons eues en 2019, j'ai appris à vous connaître en tant que ministre bien informée qui sait de quoi elle parle. Le projet de programme d'action de la 7e directive sur les nitrates, dans lequel le ministère des LNV propose un certain nombre de mesures pour atteindre les objectifs de qualité de l'eau de la directive sur les nitrates et de la directive-cadre sur l'eau, m'a donc beaucoup surpris. Les propositions de plans de construction durable vont très loin pour le secteur de l'agriculture arable, mais je pense que vous manquez votre cible. Dans cette lettre, je voudrais profiter de l'occasion pour expliquer cela plus en détail.

La qualité d'eau
Le projet de 7e programme d'action montre que les normes de qualité des eaux souterraines de la directive sur les nitrates dans notre région (sols sableux) se situent approximativement au niveau souhaité de 50 mg/l. Avec des collègues sur un sol argileux et tourbeux, ce niveau est facilement atteint dans des circonstances normales. S'il y a encore des zones qui n'atteignent pas les objectifs, il vaut mieux s'attaquer à ce problème par zone et par culture au lieu de rendre la vie difficile à l'ensemble du secteur.

Plans de construction durable : cultures en dormance
En 2023, il sera obligatoire de faire pousser une culture dormante tous les quatre ans dans le plan de construction. A partir de 2027, ce sera même obligatoire tous les trois ans. Une mesure qui s'appliquera à l'ensemble des Pays-Bas, alors que, comme mentionné ci-dessus, les objectifs de qualité de l'eau sont atteints dans la majeure partie de notre pays.

Plus de céréales dans le plan de culture se fait au détriment de la culture de cultures financièrement intéressantes telles que les pommes de terre et la betterave à sucre. Par conséquent, je dois faire face à une baisse de revenus, même si les coûts ne cessent d'augmenter. Et la culture des céréales (comme culture de repos) contribue-t-elle vraiment davantage à la prévention du lessivage des nitrates que les autres cultures ?

Depuis quelques années on sème des CIPAN après l'orge de printemps, plus que l'obligation légale. Nous le faisons parce que c'est bon pour le sol. Nous travaillons cet engrais vert à travers le sol à la fin du mois de décembre, afin qu'il puisse digérer et que nous puissions l'utiliser pour une culture ultérieure. Ce ne sera bientôt plus possible. On obtient alors la même chose qu'avec l'arrachage des prairies. Cela doit maintenant être fait au printemps, avec pour résultat que l'herbe ne digère pas suffisamment et nous devons fertiliser davantage.

Surtout pendant les étés secs, que nous avons de plus en plus souvent, l'herbe reste non digérée dans le sol. Un autre inconvénient d'une parcelle de verdure en hiver est que le gel ne peut pas faire son travail. Le gel a un effet positif sur la structure du sol. Et les pommes de terre laissées gèlent en morceaux. Ce n'est pas le cas avec une culture dérobée, ce qui signifie que les problèmes de maladies de la pomme de terre telles que les limaces de pomme de terre peuvent augmenter. Quelque chose de très indésirable.

Plans de construction durable : semer des cultures dérobées
Comme deuxième mesure, il est proposé qu'à partir de 20123, sur nos sols sablonneux, 60 % des surfaces soient ensemencées avec une culture dérobée avant le 1er octobre. Au moment d'écrire cette lettre, toutes nos pommes de terre n'ont pas encore été récoltées et nous devons encore commencer à arracher les betteraves à sucre. Cette mesure n'est donc pas envisageable. Je n'accepterai pas la proposition de semer tout le plan de construction avant le 2027er octobre avec des cultures de repos à partir de 1.

Cette proposition est en contradiction avec la pratique, comme je le constate de plus en plus souvent. La récolte de pommes de terre féculières a commencé ici le 2 octobre de cette année. Mes premières betteraves seront récoltées vers le 22 novembre. Les dernières betteraves ne sortent pas de terre avant la seconde quinzaine de décembre. Ces cultures sont donc toujours en croissance. En raison de la date imposée du 1er octobre, je suis obligé de récolter tôt. Du coup, il me manque quelques semaines de croissance avec mes pommes de terre féculières et même quelques mois avec mes betteraves sucrières. Cela signifie une augmentation de l'impact environnemental, un rendement beaucoup plus faible et un produit de moindre qualité (teneur moindre en sucre et en amidon). Mais aussi un revenu moindre pour moi et ma famille.

De plus, nos coopératives Avebe et Cosun connaissent beaucoup plus de difficultés, car la qualité des récoltes est bien inférieure, la capacité de stockage est réduite et la transformation doit avoir lieu dans un délai plus court. Et cela alors que les campagnes sont devenues de plus en plus longues d'un point de vue coût ces dernières années. Dans l'ensemble, la position concurrentielle de nos coopératives est mise sous pression et cela au détriment de la capacité de gain des producteurs.

Plans de construction durable : bandes tampons
Enfin, des bandes tampons, ou zones non cultivées, sont imposées de 2 mètres le long des cours d'eau à 5 mètres le long des « cours d'eau écologiquement vulnérables et plans d'eau DCE ». Toutes les terres qui sont retirées de la production. Des terres agricoles de valeur qui ne sont plus cultivées et ne génèrent donc plus de revenus. Et la situation des revenus de l'agriculture est déjà sous pression.

Pendant le Prinsjesdag 2019, je vous ai demandé si c'était toujours amusant d'être ministre de l'Agriculture. Vous m'avez posé une question en retour, si c'était toujours amusant d'être agriculteur. Je l'ai confirmé par un "OUI" retentissant. Nous sommes maintenant deux ans plus tard. Et parfois je me décourage. J'ai un excellent travail et j'aime travailler à la ferme tous les jours. Mais quand j'entends comment les gens parlent de nous en tant que secteur et avec quelle facilité certaines règles, comme la directive sur les nitrates, sont imposées, je perds parfois le plaisir. Le fait que de plus en plus de demandes soient faites à l'agriculture correspond à l'époque actuelle, mais il doit y avoir quelque chose en retour.

Dans une interview en 2019, vous avez complimenté notre ferme sur la façon dont nous travaillons sur la durabilité. Les mesures mentionnées ci-dessus vont à l'encontre de cela. Je vous demande donc instamment, ainsi qu'à votre ministère, d'adapter les mesures aux pratiques des agriculteurs. Pour que mon entreprise ne soit pas inutilement restreinte dans ses activités commerciales et que des mesures efficaces et davantage axées sur la zone et spécifiques aux cultures soient introduites au lieu de mesures génériques.

Sincèrement,


Jan Reiner de Jong* 

* Jan Reinier de Jong possède une exploitation agricole durable à Odoorn (Drenthe)

Boerenbusiness

Sous Boerenbusiness les avis sont postés par des auteurs qui, en principe, donnent leur avis une fois Boerenbusiness.nl ou de personnes qui préfèrent rester anonymes. Le nom et le lieu de résidence sont toujours connus des éditeurs.

En savoir plus sur

Jan Reiner de Jong
commentaires
Commentaires 5
Abonné
joop 11 Octobre 2021
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/column/10894581/een-drang-beroep-tot-aanpassen-nitratesguideline]Un appel urgent pour ajuster les directives sur les nitrates[/url]
Schouten est tout aussi fou que tous ces autres fonctionnaires là-bas à La Haye.
Ils devraient mettre fin à cette impression d'argent. Alors tous les problèmes absurdes / les soi-disant crises d'azote et de nitrate se résoudront comme neige au soleil !
Nous avons une crise de fonctionnaires !!
Abonné
Jaap Haanstra 11 Octobre 2021
Cher Jan Reinier,

CONTENT.


Et chers collègues, ce plus tard on n'arrive pas..
Nous arrivons maintenant au cœur de notre agriculture, notre entrepreneuriat.
Chaque fibre de mon corps résiste maintenant.
C'est parce que les générations précédentes nous ont permis d'être agriculteurs aujourd'hui, mais encore plus pour que nous et les générations futures puissions rester agriculteurs
Je résiste à cause de mes fils et d'autres jeunes qui vont de l'avant et produisent la nourriture.
Je résiste car je sais que la nourriture sera tellement nécessaire à l'avenir.
Je résiste parce que les ignorants pensent maintenant qu'ils doivent remplir notre métier et qu'ils pourraient
Je proteste parce que je suis traité injustement.

Suis-je le seul????????

Jan Reinier encore une fois grande classe


Bonne chance ensemble.

Considérations Jaap Haanstra
gerard 11 Octobre 2021
Je viens d'entendre à la radio que les gens ne veulent pas payer pour le bio
seulement un petit groupe
et maintenant aussi dire ce que nous devrions cultiver
ça sent le temps d'un drapeau rouge avec une faucille dedans et je ne veux pas y aller
Abonné
sefO 11 Octobre 2021
Comment, Schouten le sait-il, comment réussissez-vous à soumettre les cultures dont les agriculteurs doivent gagner leur vie à toutes sortes de règles qui n'ajoutent presque rien.
Envoyer ce genre d'absurdités dans le monde n'appelle qu'une solution pour les agriculteurs "DÉSOBÉISSANCE CIVILE"
Le moment d'être complètement coincé est à l'ordre du jour, la proposition de ce ministre est indigne d'un agriculteur hollandais.
IL NE PEUT JUSTE PAS
Schouten met une fois de plus nos agriculteurs sous un mauvais jour aux yeux des citoyens néerlandais, il semble devenir progressivement la marque de commerce de Schouten
Abonné
sefO 11 Octobre 2021
En parlant d'expropriation, du /- 1er avril au 1er octobre, le propriétaire / agriculteur peut toujours disposer de sa propre terre après cette période, que la récolte soit compétente ou non, alors Schouten détermine ce qui se passe.
Schouten détermine également le moment et la quantité de fertilisation, ils déterminent également indirectement le plan/choix de culture et indirectement aussi la date de récolte.
Le communisme à son meilleur, voir ici pour rester motivé.
La marque de fabrique des agriculteurs néerlandais est la MOTIVATION
Schouten ne fait qu'une bouchée de cette caractéristique la plus importante
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception