Shutterstock

Opinie Chris Van Bruggen

Un consommateur accro annule la contraction agricole

3 Novembre 2021 - Boerenbusiness - Commentaires 2

Parce que les Pays-Bas exportent la majeure partie de leur production agricole, il est devenu populaire au cours des 10 dernières années de servir nos agriculteurs en tant qu'exportateurs polluants. Est-ce leur faute ?

Les agriculteurs néerlandais produisent plus de lait que les Néerlandais n'en consomment eux-mêmes. Se présente sous forme de lait, yaourt, poudre et fromage les deux tiers de production au-delà des frontières. Aussi poulets de chair, porcs, œufs, pommes de terre et sucre partent à l'étranger dans des volumes comparables. L'accusation selon laquelle nous, les agriculteurs pour l'exportation, est correcte. Et cela coûte en effet à la nature que nous avons convertie il y a plusieurs siècles en un sol fertile. Pour un certain nombre de groupes de produits que nous consommons aux Pays-Bas, nous pouvons donc nous débrouiller avec moins d'animaux et de production. Cela réduit les émissions locales et la pression sur la nature.

Pénurie de superficie agricole
Les Pays-Bas ont 1,81 million d'hectares de terres agricoles (en 1980, c'était encore 2,02 millions), 56% de toutes les terres de notre pays. Nous en utilisons 0,8 million d'hectares pour notre propre consommation. De plus, nous utilisons 2,5 millions d'hectares de terres agricoles étrangères, sur lesquelles sont produits du bœuf, des céréales, du vin, du café, du thé, des bananes, des oranges et d'autres fruits. Nous mangeons nous-mêmes la moitié de ces importations ; nous exportons à nouveau les autres, en grande partie vers l'hinterland européen. Sans nous en rendre compte, nous mangeons environ 2 millions d'hectares pour notre propre nourriture. Avec nos propres 1,8 million, nous sommes en fait à court aux Pays-Bas.

Avec ces mots, je ne veux pas être juste un autre agriculteur qui prétend que nous sommes en fait des importateurs de produits alimentaires. J'essaie de rassembler les chiffres et de passer à autre chose. En plus de manger et de boire, nous conduisons et volons à travers le monde, achetons des vêtements, chauffons nos maisons, utilisons de l'électricité, du bois et d'autres matières premières. Vous pouvez rapporter tous ces plaisirs de consommation au CO2-des émissions que vous pouvez compenser via des hectares de forêt comme d'habitude lors du calcul de votre empreinte.

Nous sommes accros à la consommation. Est-ce la faute du constructeur ? 

Les Néerlandais semblent avoir besoin du plus grand nombre d'hectares de forêt pour leur consommation d'énergie (gaz et électricité), les dépenses publiques, le logement, l'habillement et la circulation et les transports ( figure 3.5). Ces quatre groupes, dans l'ordre de leur impact, provoquent chacun plus de 2 tonnes de CO2-équivalents par résident néerlandais. Ce n'est qu'après ces quatre-là que vient la nourriture avec seulement 13% des émissions. L'empreinte totale d'un Néerlandais s'élève à 4,9 hectares. Globalement, cependant, seuls 1,63 hectare sont disponibles par personne. Alors, en tant que consommateurs, nous la laissons grande ouverte.

Réhabilitation de la dépendance à la consommation
L'idée s'est imposée que la diminution de l'agriculture aidera les Pays-Bas à résoudre leur contribution au problème climatique mondial. Mais si la dépendance à la consommation persiste, rien ne changera pour le mieux.

Ce qui m'amène à 3 questions. Les agriculteurs sont-ils des pollueurs parce qu'ils fabriquent et exportent de la nourriture mais ne peuvent même pas nourrir le consommateur néerlandais ? Ou devrions-nous, en tant que société, nous demander pourquoi nous soustrayons autant de terres à la nature en raison de notre mode de consommation extensif dans tous les domaines ? Nous sommes accros à la consommation. Est-ce la faute du constructeur ? Pour moi, c'est celui que vous entendez par là - l'agriculteur, BMW, Ikea ou le centre commercial numérique Amazon.

Chris Van Bruggen
Producteur laitier dans l'Alblasserwaard

Cet article fait partie de la collaboration de contenu entre Boerenbusiness en journal alimentaire.

Boerenbusiness

Sous Boerenbusiness les avis sont postés par des auteurs qui, en principe, donnent leur avis une fois Boerenbusiness.nl ou de personnes qui préfèrent rester anonymes. Le nom et le lieu de résidence sont toujours connus des éditeurs.
commentaires
Commentaires 2
Brabant occidental 3 Novembre 2021
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/column/10895003/addicted-consumer-does-shrinkage-agriculture-teniet]Les consommateurs accros annulent la contraction de l'agriculture[/url]
Mettez aussi cet article dans l'AD ou il ne rentre pas dans leur tiroir p(bl)
Abonné
Insider 3 Novembre 2021
Article très bien et instructif.
Il devrait être proposé là-bas à Glasgow pendant un certain temps.
Le consommateur ne veut pas réduire sa consommation.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Fond Humeur azotée

Le règne de l’ombre longue provoque de l’irritation et de la grogne

Fond Humeur azotée

L’orientation mission du Rutte IV battu

Interview Marie Dekkers

Les prix élevés des terrains constituent le plus grand défi de l’extensification

Fond Humeur azotée

Sceptiques résignés et réflexions après coup

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login