Shutterstock

Opinie Sjoerd Heestermans

La directive nitrates coûte 65.000 XNUMX hectares de terres agricoles

14 Novembre 2021 - Commentaires 4

Sjoerd Heestermans, agriculteur arable et membre du conseil d'administration de NAV, s'inquiète du programme d'action de la 7e directive sur les nitrates. Inquiétudes sur la façon dont le gouvernement va gérer le plan de construction. Préoccupations concernant l'écart entre la réglementation et la pratique agricole. Des inquiétudes quant à l'impact (financier) qu'il a sur de très nombreuses entreprises. Dans cet avis de longue date, il décrit les scénarios.

Menaces dans l'agriculture. De nombreux collègues m'ont précédé pour exprimer leurs préoccupations concernant l'agriculture. Ils concernent souvent les forces du marché de nos produits ou les décisions politiques qui entravent de plus en plus nos activités quotidiennes. Et bien sûr de la météo. À quel point les saisons sont passionnantes, dont nous dépendons en tant que producteurs individuels. Dans le passé, il fallait quitter le terrain le 1er novembre, puis le gel arrivait. Aujourd'hui, il est récolté presque toute l'année. Comme c'est amusant et intéressant d'en parler avec vos collègues et de voir comment les autres y réagissent. Poussé par la nature, dans lequel émerge le savoir-faire de chaque entrepreneur. Malheureusement, vous ne pouvez pas tenir la météo responsable, ce risque incombe entièrement à l'agriculteur lui-même.

Préoccupations politiques
Comme c'est différent avec les décisions politiques. Quelque chose d'autre se passe maintenant. Bien sûr, la politique gouvernementale a joué un rôle de plus en plus important dans nos activités commerciales au cours des 25 dernières années environ. En fait, nous avons appris à le gérer de mieux en mieux. J'entends souvent dire que « ces agriculteurs n'évoluent pas avec leur temps ». Mais en fait, tous les agriculteurs ont évolué avec le temps. Tout simplement parce qu'il n'y avait pas d'autre moyen. Quiconque n'est pas parti est parti depuis longtemps.

Cependant, avec les développements à venir du programme d'action de la 7e directive sur les nitrates, La Haye va encore plus loin. Le gouvernement vient à la ferme et impose, entre autres, une rotation obligatoire des cultures avec des cultures de repos. Ou détermine que vous laissez une bande en jachère le long d'un cours d'eau. J'entends déjà certains d'entre vous penser. J'ai déjà une culture dormante de 1:4 ou 1:3 ou est-ce la bonne pratique agricole. C'est exact. C'est votre opinion. Vous pouvez le garder pour vos collègues.

Mais maintenant, quelque chose de fondamental est en train de changer. Le gouvernement franchit votre porte d'entrée, franchit le seuil et vous avertit lorsque vous cultivez une culture en dormance. Le gouvernement vous dit de laisser une bande en jachère, sans offrir aucune forme de compensation en retour. Je peux entendre l'abréviation GLB voler de tous les coins et de tous les côtés. Comme si la PAC était une grosse cagnotte bruxelloise, dans laquelle on peut puiser au hasard pour mettre en œuvre la restauration de la nature, appliquer la directive nitrates et financer toutes sortes d'autres projets sans intérêt.

plafond d'argent
Nous avons convenu que l'argent de la PAC compensera la baisse des prix alimentaires. Si nous trouvons cela démodé de nos jours et que nous voulons l'ajuster, c'est très bien. Mais nous devons d'abord garantir un bon revenu à l'agriculteur à long terme. Tant que cela fera défaut à tous les partis politiques aux Pays-Bas et en Europe, je pense que l'argent de la PAC restera ce à quoi il est destiné.

Retour à cette table de cuisine. Où le gouvernement a maintenant rejoint votre livre de construction. Où les cultures en dormance feront leur apparition définitive. Je n'ai pas besoin de vous dire quoi que ce soit sur les avantages d'une culture dormante. Apparemment, le gouvernement non plus, car ces mesures ne font que les voir atteindre l'objectif fixé sous leurs yeux. Réduction des nitrates dans les eaux souterraines et de surface.

Le gouvernement a-t-il un autre objectif? Vous pouvez penser différemment si vous avez lu toute cette colonne. Il était encore un peu compréhensible que les soldes des cultures de repos soient au même niveau que ceux des plantes-racines. Malheureusement, vous ne pouvez pas influencer le prix des céréales de nos petits Pays-Bas. Mais compte tenu de l'impact économique majeur qu'il a dans les schémas traditionnels de construction intensive, les inquiétudes du secteur sont justifiées.

Frapper comme une bombe
Permettez-moi de vous ramener au déroulement du 7e programme d'action. Avant l'été, nous étions tous encore entre de bonnes mains dans les négociations. Les cordes semblaient encore tendues. Il y aura une lettre de bœuf du ministre le 26 juin. La dérogation est en jeu. Elle promet d'envoyer la conception et la justification scientifique à la salle d'ici la fin des vacances d'été.

Ce sera alors le 6 septembre. Le dessin tombe sur le tapis. Les mesures ne sont pas fausses et frappent comme une bombe. Toutes les négociations, tous les petits projets territoriaux, toutes les préoccupations et les solutions qui ont été apportées par le secteur semblent être écartées d'un seul coup. Restrictions du plan de construction et bandes tampons. Fermer les cycles, grain et paille à l'éleveur local et retour du fumier sans paperasserie énorme ? Trop peu de contrôle, trop facile.

Rejeter les mètres cubes par hectare
Le fumier est un problème, pas une base valable pour la culture de légumes. Ça fait juste plus d'animaux. Veuillez traiter autant que possible, créer autant de mouvements de transport que possible, des millions d'investissements et de nuisances pour l'environnement. Déversez la fraction mince sensible à la lixiviation à travers de faibles concentrations avec autant de mètres cubes par hectare que possible et transférez la précieuse fraction épaisse de l'autre côté de la frontière, où elle n'est qu'une goutte dans l'océan pour augmenter la fertilité du sol, même légèrement.

D'ici le 1er octobre, toutes les cultures doivent être retirées des sols sableux et lœss et, à long terme, les engrais verts doivent être rendus partout. Il est presque incompréhensible que le gouvernement puisse se tenir si loin de la réalité. Pommes de terre, betteraves, carottes, chicons et autres cultures qui sont dans la phase la plus importante de leur croissance et qui utilisent au maximum l'azote du sol que nous avons si bien pesé doivent être abattus.

Pour ensuite semer une culture fine dans des conditions froides et humides qui ne peuvent jamais s'enraciner du tout avec l'azote sensible au lessivage sans dose de départ. Avant même que les cheminées de Dinteloord et de Vierverlaten soient suffisamment chaudes, toute la superficie de ces zones doit déjà être en tas. Les pommes de terre féculières ne sont pas différentes et elles durent encore plus longtemps. Sans parler de la capacité de récolte supplémentaire qui serait nécessaire.

Carences en azote
Dans les zones de culture de sable, l'application d'azote est encore renforcée. Aviez-vous dû subir une remise de 20% il y a quelques années, celle-ci sera désormais portée à 30%. Les zones sablonneuses du Nord devront également y croire. Le gouvernement veut introduire une remise de 15 % sur ce point. Pour les engrais verts, cela sera totalement supprimé sur tous les terrains. Ces dernières années, les connaissances sur la fertilisation équilibrée ont augmenté et chacun essaie de fertiliser sa culture de la manière la plus optimale possible avec le moins d'intrants possible. Une remise générique entraînera donc une perte de rendement, qui à son tour a des conséquences indirectes sur le revenu de l'agriculteur.

Le design est déjà à Bruxelles. Analyse d'impact économique? Cela suivra. La règle du 1er octobre est immédiatement considérée par toutes les parties comme totalement inacceptable. Les revenus des agriculteurs sont tellement sous pression, les récoltes disparaissent et les entreprises familiales craignent pour leur survie. Il y a une forte pénurie de matières premières. Si les transformateurs peuvent payer plus pour le sucre et les pommes de terre, car la superficie diminue. Comme si nous ne produisions pas du tout pour un marché mondial. Une certaine nuance est alors créée dans l'analyse de l'impact économique. Les bilans de culture sont négatifs.

65.000 XNUMX hectares de terres agricoles disparaissent
Les conclusions qui en sont tirées sont poignantes de réalité. Avec la construction de bandes tampons, une superficie agricole estimée à pas moins de 64.701 12 hectares va disparaître, une superficie plus grande que le Noordoostpolder. La réduction de l'espace de placement des engrais peut atteindre 15 %. Cela signifie pas moins de XNUMX millions de kilos de phosphate. Prenez le dos de la boîte à cigares et divisez-le par la production par an et par vache. par porc. Les chiffres sont stupéfiants. Les déplacements sont incalculables. Il y a un effet domino dans tout le secteur. Les marchés des sols et des engrais sont complètement déséquilibrés.

Ces dernières semaines, tous les groupes d'intérêts et divers acteurs de la chaîne ont élaboré un plan alternatif dans un laps de temps étrangement court. L'urgence est grande. Nous pouvons être fiers que toutes les parties des filières végétales et animales - soutenues par les acteurs de la chaîne, les fournisseurs, les acheteurs, les sous-traitants - agissent de manière si unie vis-à-vis du monde extérieur.

La solidarité dans le secteur a tout simplement ses hauts et ses bas. Ce n'est pas surprenant quand on regarde comment les secteurs se sont parfois opposés ces dernières années. La bataille pour la terre, le dossier azote, la directive nitrates, la nouvelle PAC. Ce sont toutes des questions qui nous concernent en tant que secteur tout entier. Et nous sommes également confrontés à des défis. Nous devons également assumer notre part de responsabilité. Il y a des pointes de charge dans certaines régions et il y a des incompréhensions structurelles tout au long de la culture de a à b. Pendant des années, nous avons payé ensemble les conséquences par le biais de programmes d'action antérieurs. Mais nous sommes maintenant à un tournant. La continuité des activités est menacée. Nous ne devons pas laisser la continuation de générations de familles qui travaillent dur être perdue par des cas particuliers d'agrandisseurs d'échelle impitoyables qui ne respectent pas les réglementations et les bonnes pratiques agricoles.

3.700 XNUMX vues
Pas moins de 3.700 XNUMX avis ont été déposés sur le premier jet. Si seulement je pouvais vous en dire plus sur le quartier d'où venaient la plupart d'entre eux. Cependant, en raison d'un certain nombre de règles sournoises, peu de choses sont rendues publiques. Peur que nous, en tant que secteur, trouvions soutien ou solidarité ? Le jeu de la politique peut être joué de plusieurs façons.

Les premiers pas vers une alternative ont donc été faits par les groupes d'intérêt. C'est à cela qu'ils sont destinés. En tant qu'individu, vous n'obtenez rien. Il viendra un moment où nous, en tant que secteur tout entier, devrons lever les barricades. J'observe parmi mes pairs que l'intérêt pour le plaidoyer n'augmente pas, c'est le moins qu'on puisse dire. C'est inquiétant. Je me demande souvent pourquoi. C'est encore trop bien ? Est-ce qu'on s'intègre même ? Sommes-nous satisfaits d'un investissement ici et là ? Voyons-nous trop peu nos voisins à cause des réseaux sociaux et ne savons-nous pas s'il y a des inquiétudes ?

Le camion de lait ramasse et le camion d'alimentation livre. Les fournisseurs de produits phytosanitaires et les entreprises de services montent et descendent. Chargement de wagons en vrac à partir d'entrepôts frigorifiques. Un agriculteur privilégie toujours la continuité de l'entreprise. Peut-être un meilleur rendement l'année prochaine. Peut-être un peu plus de lait la semaine prochaine. Ou un meilleur rendement et prix. Ce périmètre fait partie de notre entreprenariat et assure un bon revenu.

Liberté entrepreneuriale
Je crois que nous ne devrions pas permettre au gouvernement de restreindre cette dernière liberté d'entreprendre. La limite a été atteinte. C'est l'heure du réveil. L'avenir de l'élevage est sous pression depuis un certain temps, mais celui des grandes cultures l'est plus que jamais. Toutes nos préoccupations mentionnées ci-dessus, une campagne de dénigrement du marché foncier avec des prix qui montent en flèche, et l'ingrédient le plus dangereux est un gouvernement imprévisible qui n'a pas de vision de fond à long terme.

Ce ne sera pas une bataille pour les lâcheurs ou pour ceux qui veulent continuer encore quelques années. Ce sera notre affaire à tous, petits et grands. Prenez vos responsabilités entre vous et divulguez et gérez toutes les questions équitablement ensemble. Pour que nous ne soyons pas joués. J'appelle donc tous mes collègues à travailler ensemble pour le beau secteur que nous avons ici aux Pays-Bas. Pour profiter d'un bon revenu, d'une campagne vivable et saine et d'un bel avenir pour de nombreuses années à venir.

À propos de l'auteur : Sjoerd Heestermans (32 ans) possède une ferme arable à Oud-Vossemeer en Zélande. En outre, il est membre du conseil d'administration de la Dutch Arable Farming Union (NAV) avec les portefeuilles pour les pommes de terre et les oignons de consommation, les minéraux et la gestion des sols et les biocarburants.

boerenbusiness. Nl

Boerenbusiness

Sous Boerenbusiness les avis sont postés par des auteurs qui, en principe, donnent leur avis une fois Boerenbusiness.nl ou de personnes qui préfèrent rester anonymes. Le nom et le lieu de résidence sont toujours connus des éditeurs.
commentaires
Commentaires 4
Abonné
Oncle Henk 14 Novembre 2021
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/column/10895181/nitrates directive-kost-65000-hectare-agricultural land]La directive sur les nitrates coûte 65.000 XNUMX hectares de terres agricoles[/url]
Bien dit Sjoerd, j'ai souvent l'impression ces jours-ci que ça va trop bien dans notre pays. Car le sujet de la souveraineté et de la sécurité alimentaires, qui était considéré comme très important après la guerre, ne joue apparemment plus de rôle. Le proverbe français, que l'histoire se répétera, s'appliquera à nouveau.
Abonné
sefO 14 Novembre 2021
C'est le bilan d'une période avec un ministre de l'agriculture qui connaît son affaire, qui mène avec la plus grande facilité à l'abattoir un secteur autrefois beau et durable, et nous observons patiemment, nous ne sommes finalement guère organisés pour créer une guerre sérieuse, mais quelque chose de la désobéissance civile est élevé.
SCHOUTEN EST VRAIMENT SUR L'ÉCRIVAIN
Abonné
agriculteur un peu plus âgé 15 Novembre 2021
Vu du sud de la Flandre occidentale, je savais depuis longtemps que la politique à La Haye et bientôt aussi dans toute l'UE, ne se soucie PAS des agriculteurs et des rangs des agriculteurs, y compris de ce qui se passe devant et derrière.
Toi, Rutte, top man du WEF de Klaus Schwab, tu es en train de te tuer au sens propre et figuré et ton sommeil se poursuit.
Combien d'agriculteurs sont encore ÉVEILLÉS aujourd'hui ? très peu.
L'Europe est un pays du soir et est sacrifiée à la frange des crétins des méga multinationales, des super riches et nous, les footeux, 95% de la population subit ça.

quelques-uns voient le mal arriver. c'est comme la brouette avec des grenouilles qu'on fait bouillir. de temps en temps un apparaît. le gros est cuit.

Europe du Nord pauvre et en faillite
Abonné
Un agriculteur encore plus âgé. 15 Novembre 2021
Il y a un énorme décalage entre la désirabilité politique et la réalité écologique.
Les gens en politique pensent que la nature peut se faire, se réveiller, la nature est là et elle est créée selon les lois de la nature.
Les lois naturelles règnent, la nature peut se passer de nous, nous ne pouvons pas nous passer de la nature.
Et oui, nous sommes confrontés à des problèmes complexes, soulevés par des partis qui nous ont amenés là et qui ne sont pas et n'étaient pas indépendants. Les questions complexes n'ont pas de solutions simples, elles nécessitent donc une approche intégrée de la part de personnes ayant des connaissances approfondies.

Ce sont des critères qui ne sont certainement pas assez clairs pour les partis actuels. Et qui manque de politique ou l'obtient de partis qui souffrent d'un clientélisme et sont donc dépendants du chemin.

Nos jeunes ne sont pas enviables, ils sont insuffisamment outillés pour mettre en place les changements de système nécessaires. Ils ont à voir avec l'écologie, l'économie, la société sociale et un mécanisme de marché pernicieux.

La production alimentaire a deux pieds dans une botte, devrait être écologique, mais est maintenant économique et de nombreux partis obligent nos jeunes à continuer dans cette voie.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

BB TV Jaap van Wenum

"L'agriculture calendaire doit être ajustée"

BB TV Entretien avec Dirk de Lugt

"Plus de 80 % des agriculteurs respectent les règles"

Fond Politique agricole

Un agriculteur s'emmêle dans un réseau de règles

Nouveautés Green deal

Timmermans a tout mis en œuvre pour un plan vert

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception