Shutterstock

Opinie Edin Mujagic

La décennie Draghedie a-t-elle commencé ?

13 janvier 2020 -Edin Mujagic - Commentaires 14

Que va apporter la nouvelle année économiquement ? Les perspectives 2020 pleuvent depuis un certain temps déjà. Ce que je trouve au moins aussi intéressant, cependant, c'est de se projeter dans les années à venir. Surtout maintenant que nous commençons non seulement une nouvelle année, mais aussi une nouvelle décennie.

Nous pouvons à juste titre qualifier la décennie qui nous reste de décennie exceptionnelle. Par exemple, parce que l'économie américaine a été protégée d'une récession pour la première fois depuis 1850. Ajoutez à cela les faits suivants : a) l'inflation était très faible durant cette période, les cours boursiers ont battu un record après l'autre, b. les taux d'intérêt sont tombés à leur point le plus bas jamais enregistré et c. tous les instruments monétaires qui étaient très peu conventionnels au début de la décennie sont devenus des instruments standards. Exceptionnel est en effet une caractérisation évidente.

Pas de repas gratuit
Ma seule crainte est que le vieil adage économique "il n'y a pas de repas gratuit" continue d'être vrai. Et que la facture de la décennie exceptionnelle sans récession devra être payée au cours de cette décennie. La performance exceptionnelle des dix dernières années a été principalement rendue possible par la politique de n'importe quoi des banques centrales du monde entier.

Sous la direction de Mario Draghi, ancien président de la Banque centrale européenne (BCE) qui sera à jamais connu pour sa déclaration « quoi qu'il en coûte », la BCE a notamment réduit les taux d'intérêt à 0 %. Et puis a gardé l'intérêt dessus, promettant de le garder ainsi pendant longtemps. Cette politique a non seulement des côtés brillants, mais aussi des côtés sombres qui ne deviennent visibles qu'après un certain temps.

Les inégalités de richesse augmentent
Le secteur financier, assez important pour beaucoup (assurances, retraites), en a été fragilisé. De nombreuses personnes commencent à épargner davantage pour compenser la perte grâce à l'intérêt d'épargne de 0 %. L'inégalité des richesses augmente, ce qui engendre l'insatisfaction et alimente le populisme. Bref, cela signifie que la classe moyenne s'affaiblit, que l'économie est moins apte à croître et devient donc plus vulnérable aux revers. Cela m'inquiète, car ce n'est pas une question de « si » mais de « quand » l'économie entrera en récession.

Avec une croissance plus faible qu'auparavant et une fragilité accrue, il y a de fortes chances que ce ralentissement économique conduise à une récession à moyen terme. Surtout parce que les mécanismes de défense traditionnels sont brisés. Les gouvernements ne peuvent pas offrir beaucoup de défense car la plupart des déficits budgétaires sont élevés et les banques centrales ont depuis longtemps perdu leur arme.

Du héros à zéro
Quelle que soit la définition du moyen terme, il est certain qu'une récession tombera dans la décennie en cours. Beaucoup de ceux qui considèrent maintenant Draghi comme un super-héros pourraient le voir tomber durement de son piédestal cette décennie. Donc, du héros à zéro, par coïncidence aussi le niveau auquel Draghi a porté le taux d'intérêt pendant longtemps.

Même si une période de ralentissement économique ou de récession n'est pas nouvelle sous le soleil, la prochaine édition sera unique. C'est la première période de ralentissement économique ou de récession au cours de laquelle nos décideurs ont vraiment peu à offrir. Et le fait que nous n'ayons pas de défense est en grande partie à cause de Mario Draghi et de sa politique.

Ralentissement économique à mains nues
Par conséquent, la décennie que nous avons commencée pourrait bien être très excitante. D'une part, parce qu'on ne sait pas ce que les banques centrales vont sortir de leur chapeau monétaire (quoi que ça devienne, ce sera presque par définition super non conventionnel) et d'autre part, parce qu'on ne sait pas comment les choses vont se passer. Comme mentionné, ce sera la première fois que nous entrerons dans une crise à mains nues.

J'envisage sérieusement que ce sera la décennie au cours de laquelle les effets néfastes à long terme des politiques de la BCE deviendront apparents. Lors de sa dernière conférence de presse fin octobre, Draghi a déclaré que la chose la plus importante pour un banquier central est d'essayer de ne pas être ennuyeux. Début janvier 2000, Mervyn King (pas le joueur de fléchettes, mais alors vice-gouverneur de la banque centrale britannique) a prononcé un discours. Il y disait qu'une banque centrale qui réussit devrait être ennuyeuse, comme un arbitre qui ne se démarque pas lors d'un match.

L'adrénaline monétaire a un prix
Parce que Draghi, comme mentionné, est connu pour toujours pour sa déclaration «tout ce qu'il faut», la chanson du même nom du groupe Imagine Dragons semble être son hymne. 'Tout ce qu'il faut, 'Parce que j'aime l'adrénaline dans mes veines, je fais tout ce qu'il faut, 'Parce que j'aime ce que ça fait quand je brise les chaînes', fait partie de la chanson.

À mon avis, la description de King d'un bon banquier central convient mieux. Le besoin d'adrénaline monétaire de Draghi et de briser les chaînes pourrait - je le crains - coûter cher à la société à long terme. Non, quand je pointe un hymne pour Draghi, je pense plutôt à la chanson Tragedy des Bee Gees : 'Quand le sentiment est parti et que tu ne peux plus continuer, C'est la tragédie, Quand tu perds le contrôle et que tu n'as pas d'âme, C'est la tragédie .'

Empereur sans vêtements
Quoi qu'il en soit, je ne serai pas surpris si dans cette décennie le doux sentiment du taux d'intérêt à 0% et de l'assouplissement quantitatif disparaît, la prise de conscience se fait jour que les banques centrales ne peuvent pas poursuivre leur politique actuelle en toute impunité, que l'efficacité de mesures encore plus controversées est très faible (également connu sous le nom de phénomène de l'empereur sans vêtements) et que le contrôle est perdu.

On découvre que les banquiers centraux ont vendu l'âme de l'économie au diable monétaire pour un avantage à court terme. Le prix à long terme est la tragédie, ou plutôt Draghedie. Parce que cette tragédie est largement causée et ne peut être combattue par la politique de Mario Draghi.

Edin Mujagic

Edin Mujagic est macro-économiste et économiste en chef chez OHV Asset Management. Il se concentre sur les banques centrales mondiales et dans ses blogs, il écrit principalement sur la BCE et la Fed. Il a également écrit plusieurs livres.

Edin Mujagic

Edin Mujagic est macro-économiste et économiste en chef chez OHV Asset Management. Il se concentre sur les banques centrales mondiales et dans ses blogs, il écrit principalement sur la BCE et la Fed. Il a également écrit plusieurs livres.
commentaires
Commentaires 14
Abonné
fortissimo 13 janvier 2020
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/column/10885270/is-het-draghedie-decennium-begonnen]La décennie Draghedie a-t-elle commencé ?[/url]
Édin,

Qu'est-ce que cela signifie pour la position des entrepreneurs agricoles? Leur position d'endettement possible, les évolutions du marché. Des mesures tactiques préventives peuvent-elles être prises pour survivre à cette période de ralentissement économique à laquelle on peut s'attendre avec une certitude raisonnable ?
par les pairs 13 janvier 2020
les gens qui ont de l'argent en trop et qui le mettent en intérêts ne rapportent plus rien
Que faire
1 personnes lui achètent des maisons et les louent
2 personnes achètent des actions
3personnes font faillite et prêtent leur argent
4 personnes le prennent pour acquis et ne s'y intéressent plus
tout cela provoque un déplacement de l'argent les maisons deviennent plus chères les actions montent les banques prêtent moins je peux déjà emprunter 10 personnes qui prêtent de l'argent à des tiers et il s'agit alors de montants pour un
nouvelle maison
l'intérêt sur l'épargne devrait être l'inflation plus 1,5 % d'intérêt
Geert van As 13 janvier 2020
Je partage le sentiment d'Edin. Mais la question est : comment maintenant. S'il y a une énorme inflation, vous devez vous endetter, mais si l'économie mondiale s'effondre et que la demande de lait et de frites chute, elle restera immobile avec le moins de dettes possible. Et que faire en tant qu'agriculteur arrêté avec une cagnotte ?
Frank Klerk 13 janvier 2020
Je ne vois rien dans votre article sur le genre de Draghedie que ce sera. Prédire qu'après 10 ans sans récession, il y aura un ralentissement dans les 10 prochaines années n'est pas si difficile. Soyez un peu plus précis, que va-t-il se passer ? Vous vous trompez peut-être pendant quelques années, mais « une tragédie » est assez vague, n'est-ce pas ? Ensuite, faites au moins une déclaration sur la question de savoir si nous devrions penser en termes d'hyperinflation ou de dépression profonde (c'est-à-dire de déflation).
Ton Westgeest 13 janvier 2020
Je pense que ça ne peut aller que dans un sens... Inflation, super inflation !!
Tout le monde parle de maisons chères, d'actions chères et de terrains chers, ce n'est pas cher du tout, parce que l'argent ne vaut presque plus rien. Et Draghi a vraiment aidé avec ça. C'est pourquoi je pense que Draghedi est une bonne trouvaille. L'inflation est en sommeil depuis longtemps.
La grande question est de savoir combien de temps peuvent-ils le conserver en manipulant le circuit financier de manière à ce que la confiance dans l'argent demeure. Après tout, les banques centrales n'ont plus la capacité de manipuler….
C'est une question de confiance, quand avant la guerre le DM s'est effondré en quelques jours, c'est parce que soudainement la confiance dans le DM a disparu.
Nos pièces aujourd'hui, comme beaucoup d'autres choses, sont manipulées. Il s'agit en fait d'un phénomène nouveau, de sorte que personne ne peut réellement dire quand les choses iront mal et personne ne peut prédire quand la confiance disparaîtra soudainement.

Je pense personnellement que s'il s'en va d'un coup, ce ne sera plus une récession, mais que tout le système monétaire s'effondrera, partout dans le monde. Le système financier est tellement lié à tout et à toutes les monnaies du monde qu'il ne peut être confiné à un seul État...
Abonné
Zalm 13 janvier 2020
Vous savez ce qui est si spécial maintenant ?

Si quelqu'un achète une maison, il peut contracter une hypothèque et fixer les intérêts pour un maximum de 30 ans.
Lorsque vous achetez un terrain, vous pouvez fixer les intérêts hypothécaires pour un maximum de 10 ans.
Il pourrait peut-être être très intéressant côte à côte de fixer le taux d'intérêt pendant si longtemps et donc de faire de la gestion des risques dans ce domaine.

Peut-être pas tellement à cause de Bâle.
Je pense que les agriculteurs ont été ainsi désavantagés par la crise bancaire de l'époque.
Et cela alors qu'une banque ne perd jamais ou presque jamais d'argent sur les hypothèques dans l'agriculture et que l'agriculteur ne peut pas être licencié comme un employé.

LA PUBLICITÉ AU TRAVAIL JE LE DIS.

Et maintenant pas de "c'est ainsi convenu ou établi"
sabot d'or 13 janvier 2020
malheureusement ou heureusement, RIEN sur l'or ou l'argent n'est mentionné ici.
que tout le monde dorme paisiblement : notre N euro ne vaut pas un coup de sifflet.
toute personne un peu sensée, intelligente ou dotée de bon sens s'assure qu'au moins 10 à 20% de sa richesse financière a été convertie en or ou en argent pur.
Si vous, les Néerlandais, connaissez quelque chose de votre histoire, sachez que juste APRÈS la folie des tulipes, des fermes entières (que ce soit seulement 4 hectares) ont été vendues pour 10 oies et 2 centimes d'or !
Ce temps reviendra-t-il ?
la république de Weimar, l'Argentine, le Mozambique, Chypre nous rappellent que ça peut se faire comme ça. Madame Lagarde est une femme très, disons, super dangereuse. Sait tout sur la politique et rien sur l'économie.
Elle devient le dangereux Dragon....
J'ai résolu le mien et il est temps d'exploser. nous n'en sommes donc pas encore là, mais avant la fin de cette décennie, nous serons de retour dans les années trente.
? 13 janvier 2020
Non, ces jours ne reviendront pas, mais notre gouvernement, si nous ne faisons pas attention, le secteur agricole va tellement rétrécir, vison, qu'ils peuvent facilement les annuler sans opposition, c'est une bonne chose que le FDF se soit levé, ils sont les seuls à savoir à quel point le gouvernement est peu scrupuleux, ensemble nous sommes forts.
Jupe 13 janvier 2020
Aussi clair qu'un journal, voir les années 30.
Alors ils ne savaient pas comment intervenir, maintenant ils ne peuvent plus le faire. Toute la poudre à canon a disparu...

Johan 13 janvier 2020
En tant que Belge, je ne pense pas que les Néerlandais devraient avoir peur que leur économie s'effondre. Tout au plus sortiront-ils de l'euro à terme parce qu'ils ne sont plus soutenables. En Belgique, en revanche, la situation est très mauvaise. La Belgique est l'un des frères les plus faibles de l'Europe, où la culture du grab triomphe. Les Pays-Bas sont l'un des pays les plus forts d'Europe et ont de très belles entreprises. S'il existe encore des entreprises en Belgique, elles sont le plus souvent aux mains d'étrangers. Quand on parle de retraites en Belgique, on est face à un drame incalculable. Et nous ne devons absolument pas penser à notre montagne croissante de dettes et à l'incapacité totale de nos gouvernements successifs (d'habitude nous n'avons même pas de gouvernement, mais nous avons cinq sous-gouvernements) à faire quelque chose, entre autres les choses en raison de l'absence de toute perspicacité économique. . Les Néerlandais sont un peuple intelligent et sensé qui « sème toujours jusqu'au fond ». Vous n'avez absolument rien à craindre.
cordonniers 1 13 janvier 2020
Johan, les Pays-Bas avaient 2 atouts forts, l'agriculture et le gaz naturel, mais ceux-ci sont tous deux en train d'être anéantis, aux Pays-Bas l'argent était avec le gouvernement, en Belgique avec l'homme du commun, je suis sûr que les Pays-Bas sont plus susceptibles de faire faillite que la Belgique quel imbécile tu es qui ne veut pas voir la réalité
Wim 13 janvier 2020
Petit respect Cordonniers !
Je ne sais pas si Johan a raison, faire des dettes, produire et rembourser des dettes reste la voie pour avancer à mon avis. Le travail intelligent et acharné continue de porter ses fruits. Là où tu es né, la santé, le savoir, un peu de chance et de discipline peuvent faire la différence à mes yeux.
Juste un avis....
aussi belge 13 janvier 2020
je partage son avis
frise nord baduhenna 13 janvier 2020
Si toutes nos dettes devaient être gonflées, alors tout le monde, les lire toutes, serait récompensé en encourant encore plus de dettes et se tromperait à nouveau un an plus tard. Ainsi, une expérience de pensée montre qu'une inflation élevée à elle seule n'est pas évidente. Ce que beaucoup ne savent pas des périodes de forte inflation, c'est qu'elles précèdent souvent une courte période de déflation importante. Durant cette période, toutes les personnes en surendettement sont décimées. Les gens qui ont de l'argent sont alors expropriés. L'euro continuera d'exister tant que vous aurez des obligations dans cette monnaie. La terre chère est mauvaise, les métaux précieux sont meilleurs, remboursent le mieux.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Podcast Monnaie avec Joost Derks

La perspective d’une baisse des taux d’intérêt rend les marchés ravis

Actualités Financier

L’inflation alimentaire diminue aux Pays-Bas et dans la zone euro

Podcast Monnaie avec Joost Derks

Les taux d’intérêt européens baisseront plus tôt que prévu

Actualités Économies

L’inflation sans énergie est en baisse

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login