Propre image

Opinie Frank Steenbreaker

Le prix de vente suit le prix de revient, mais quand ?

7 Juin 2022 - Franck Brisepierre - Commentaires 3

Une règle économique veut que le prix de vente suive le prix de revient. Ce lien direct ne semble pas fonctionner dans l'élevage porcin pour le moment, même si ce ne sera qu'une question de temps.

Il est difficile de prédire combien de temps il faudra pour retrouver l'équilibre. Il y a actuellement une guerre d'usure en cours, avec des conséquences majeures sur la position de liquidité des élevages porcins.
Dans une situation économique normale, les économies d'échelle, l'augmentation de la production et les gains d'efficacité se traduisent par une baisse du prix de revient, qui se traduit in fine par une baisse du prix de vente. Le producteur qui parvient à produire au prix de revient le plus bas détermine en définitive le prix de vente pour l'ensemble du marché.

Augmentation des coûts
Il est clair que c'est le contraire qui se passe en ce moment, mais c'est temporaire. Les coûts d'alimentation augmentent d'au moins 12 € par porcelet et de 35 € par porc en finition livré. Les coûts énergétiques augmentent de 2 € par porcelet et de 2 € par porc en finition livré. La hausse de l'inflation est également suivie d'une hausse des coûts salariaux. Les coûts de construction atteignent même des niveaux historiquement élevés. Tout cela conduit à des prix de revient de 70 € par porcelet et un minimum de 2 € par kilogramme de poids abattu.

Les prix du marché ont atteint ces niveaux en mars et avril, avant de faire un autre grand pas en arrière. Actuellement, les éleveurs de porcs subissent une perte d'au moins 15 € par porcelet et le même montant par porc de finition livré. Ceci, combiné au besoin en capital supplémentaire dû à l'augmentation du prix de revient, a un impact significatif sur la position de liquidité des éleveurs de porcs, jusqu'à 40 € par porc de boucherie présent.

Guerre d'usure
Vous pensez peut-être : qui peut continuer ainsi ? Entreprises avec un long souffle, un tampon résiduel des années précédentes et des résultats nettement supérieurs à la moyenne. Mais c'est désormais un problème pour de plus en plus d'entreprises. Nous le remarquons chaque jour. La guerre d'usure est en cours. Un nouvel équilibre s'établira : un prix de vente en ligne avec le prix de revient, à la fois à un niveau supérieur, et une offre moindre. C'est aussi un message adressé aux abatteurs et revendeurs de notre filière. Le prix payé sur le marché doit être structurellement beaucoup plus élevé au prix de revient actuel. Cela n'arrive-t-il pas? Ensuite, l'offre chutera considérablement dans un avenir prévisible.

Position de liquidité
Et que pouvez-vous faire en tant qu'éleveur de porcs ? Planifiez et surveillez étroitement la position de liquidité pour l'année à venir, estimez le déficit et traduisez-le pour savoir si votre entreprise est encore suffisamment résiliente dans la nouvelle réalité après cette guerre d'usure, en tenant compte des défis pour l'avenir.

Dans mon travail, je veux voir les opportunités et les possibilités avec les entrepreneurs, mais avec la réalité à l'esprit. Cette réalité nous enseigne que le prix de vente suivra le prix de revient, à gauche ou à droite, mais cela prendra du temps. Pas un gentil message. C'est votre travail de rester à la barre dans un marché tumultueux, préparez-vous. 

Frank Steenbreaker

Frank Steenbreker est conseiller commercial principal en élevage porcin chez ABAB Accountants and Advisors. D'un point de vue économique, il éclaire régulièrement dans ses chroniques les dilemmes entrepreneuriaux en élevage porcin.

En savoir plus sur

prix de la viande
commentaires
Commentaires 3
Abonné
hirondelle 7 Juin 2022
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/column/10898846/de- yieldprijs-volgt-de-kostprijs-maar-when]Le prix de rendement suit le prix de revient, mais quand ?[/url]
le fermier de la chaîne ressemble au quatrième porcelet en partant de la gauche sur la photo
Abonné
geert 8 Juin 2022
1ère grande entreprise d'alimentation 2e grande banque 3e grand vétérinaire 4e grand agriculteur 5e grand groupe d'élevage 6e grand conseiller 7e grand commerce 8e grand fournisseur d'animaux 9e grand gouvernement 10e grand comptable et le dernier grand nettoyeur de loft. beau connard
Abonné
geert 8 Juin 2022
maintenant je sais aussi pourquoi on doit élever de plus en plus de porcelets simplement parce qu'il y en a plus sur le pis
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Actualités Les cochons

Van Rooi Meat maintient toujours ses bénéfices à un niveau raisonnable

Actualités Les cochons

Fortes corrections des prix du porc

Actualités Les cochons

Jamais auparavant le prix du porc allemand n’avait été stable aussi longtemps

Actualités Les cochons

La marge des éleveurs de porcs à l’engrais s’améliorera en 2024

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login