Shutterstock

Opinie Joost Derk

Ce top job est en fait un boulot de merde

5 Juillet 2019 -Joost Derks

Alors que Frans Timmermans voit passer un poste de haut niveau européen, Christine Lagarde obtient une position plus élevée juste comme ça. Cependant, devrait-elle s'en réjouir ?

Lagarde est un gagnant frappant des chaises musicales pour les premières places européennes. L'actuel président du Fonds monétaire international (FMI) aura l'opportunité de succéder à Mario Draghi à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE) en novembre. Le Français deviendra alors le banquier le plus puissant du monde après Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale (Fed).

Reste à savoir si Lagarde devrait être satisfaite de son nouveau travail. En plus de beaucoup de prestige, cela apporte aussi beaucoup de maux de tête. À chaque décision majeure, elle court le risque de contrarier un groupe de politiciens puissants. Ce n'est donc pas un hasard si la peau d'éléphant de Dragons a toujours été l'une de ses meilleures caractéristiques.

Parquet difficile
Une autre raison pour laquelle Lagarde sera bientôt dans une position difficile est que Draghi a déjà fixé le cap pour 2020 bien avant sa démission. Par exemple, il a déjà dit que les taux d'intérêt officiels n'augmenteront pas dans un avenir prévisible. Il a fait allusion à un ensemble de mesures de relance pour relancer l'économie en Europe. Il y a fort à parier que l'apport de Lagarde dans sa première année se limitera à quelques beaux discours, sans vraiment avoir de place pour tracer sa propre route.

La chose la plus frustrante à propos de la présidence de la BCE, cependant, est que les politiques ont généralement peu d'impact sur l'économie européenne. Draghi a déjà ouvert toute la boîte à astuces ces dernières années. Il a abaissé le taux d'intérêt (de refinancement) à 0 % et même le taux de dépôt à -0,4 %. En outre, il a acheté pour 60 milliards de dollars d'obligations d'État et d'autres actifs chaque mois pendant des années. Cependant, il n'a pas réussi à porter l'inflation au niveau cible juste en dessous de 2 %. Ces derniers mois, ce pourcentage n'était que de 1,2 %.

Honte aux contribuables
En soi, il n'est pas si difficile d'atteindre les objectifs de la BCE. Une forte réduction d'impôt pourrait stimuler les dépenses de consommation, alimentant l'inflation. Cela a également été visible aux États-Unis l'année dernière. Grâce à l'excédent budgétaire, par exemple en Allemagne et aux Pays-Bas, il y a de la place pour cela dans de nombreux pays. Cependant, cet espace n'est pas utilisé pour le moment.

Malheureusement pour Lagarde (et pour les contribuables néerlandais), elle influence la politique monétaire, mais pas l'orientation budgétaire dans la zone euro. La nomination de Lagarde annoncera bientôt une période de taux d'intérêt bas et de gros titres sur ses vaillants efforts pour stimuler l'économie défaillante de l'Europe.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"Les taux d'intérêt seront certainement plus bas à la fin de l'année"

Opinie Joost Derk

Le Brésil et le Chili sont loin devant l'UE et les États-Unis en termes de taux d'intérêt.

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception