Chris Ioannou / Shutterstock.com

Opinie Joost Derk

Johnson au pouvoir : les risques de non-accord augmentent

23 Juillet 2019 -Joost Derks - Commentaires 6

S'il appartient au nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson, son pays quittera l'Union européenne (UE) en octobre avec ou sans de bons accords. Dans ce dernier cas, la livre sterling sera durement touchée. Mais Johnson sera-t-il aux commandes ?

Mardi 23 juillet, les membres du Parti conservateur ont désigné Boris Johnson comme chef du parti et donc aussi comme nouveau Premier ministre britannique. Le monde monétaire envoie un signal très clair sur ce que cela signifie pour la livre. La devise a perdu environ 5 % de sa valeur par rapport aux autres principales devises au cours des derniers mois. Face au dollar américain, la livre a atteint son plus bas niveau depuis début 2017. Lentement mais sûrement, même le plus bas de 1985 se rapproche. A cette époque, 1 livre valait un peu plus de 1 dollar. En comparaison : juste avant le référendum sur le Brexit en 2016, vous receviez encore plus de 1,45 $ la livre.

Grande chance de pas d'accord
La probabilité d'un Brexit sans accord s'est encore accrue ces dernières semaines. Dans les débats mutuels, Johnson et son adversaire Jeremy Hunt ont souligné qu'ils n'avaient aucune sympathie pour l'accord que l'ancienne Première ministre Theresa May a conclu avec l'UE l'année dernière. La grande pierre d'achoppement est ce qu'on appelle le backstop irlandais.

Comme il est impossible de fermer hermétiquement la frontière longue de 500 km entre l'Irlande et l'Irlande du Nord avec près de 300 passages, il a été convenu qu'un backstop temporaire sera créé avec le continent britannique en mer d'Irlande. Cependant, Johnson ne se sent pas comme ça, car cela diviserait le pays en deux. Bien sûr, son parti conservateur n'aura pas la majorité à la Chambre des communes sans le soutien du DUP d'Irlande du Nord.

Marais du Brexit
Les chefs de gouvernement des autres pays de l'UE ont déjà indiqué que la Grande-Bretagne devra se contenter de l'accord désormais en place. Johnson ne se sent pas comme ça, tout comme il n'a pas l'intention de se noyer comme son prédécesseur dans un bourbier de nouvelles négociations et de tours de scrutin infructueux. Un Brexit sans accord le 31 octobre est alors la seule option restante.

Juste avant que Johnson ne prenne la direction du parti et le poste de premier ministre, cependant, il est devenu clair que Johnson n'a pas complètement le contrôle. À la mi-juillet, un amendement a été adopté selon lequel la Chambre des communes doit débattre de la question de l'Irlande du Nord dans la semaine précédant la date limite du Brexit. Par conséquent, le premier ministre n'a pas la possibilité de renvoyer la Chambre des communes à la maison et de faire adopter un Brexit sans accord.

contrecarrer Johnson
Il est évident que des parlementaires de différents partis s'uniraient pour contrecarrer Johnson. La grande question est de savoir ce qui se passe ensuite. La date limite sera-t-elle simplement repoussée, y aura-t-il de nouvelles élections ou les Britanniques seront-ils autorisés à se rendre à nouveau aux urnes pour un autre référendum sur le Brexit ?

Pour l'instant, le premier scénario est le plus probable. Juste avant sa victoire, l'UE a déjà indiqué qu'elle était prête à accorder à Johnson un nouveau report. Si tout le cirque du Brexit recommence, tous ceux qui font des affaires de l'autre côté de la frontière peuvent déjà se préparer à quelques nouveaux chocs de la livre.

 

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).
commentaires
Commentaires 6
hans 23 Juillet 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness[/url]
Et l'UE est de plus en plus sous pression, proposant à nouveau un report pour ne pas être confrontée à un no-deal.

Vous savez que l'électeur a voté pour le Brexit, l'électeur qui a tant à dire dans une démocratie est apparemment secondaire pour ce genre de "nouvelles",
Parler de l'échéance est simplement repoussé, il y aura de nouvelles élections ou les Britanniques seront bientôt autorisés à se rendre à nouveau aux urnes pour le prochain référendum sur le Brexit.
Bert 23 Juillet 2019
Que cela devienne un No Deal, alors le Parlement européen pourra également être secoué.
Si Johnsen tient parole, ce sera No Deal.
Ça devrait être quelque chose pour les agriculteurs de dire No Deal, ces conneries avec toute cette pression de ligne.
Vous n'avez qu'à bien payer nos produits !!!
Hub riche 24 Juillet 2019
Bert, l'effet du Brexit, notamment via le No-deal, ne se fera pas sentir à court terme. Mais d'ici 5 ou 10 ans, les règles britanniques et européennes divergeront. L'effet sera plus de fardeau réglementaire au lieu de moins. Contrôles aux frontières supplémentaires, papier supplémentaire ceci ou cela, réglementations du lobby agricole britannique, délais d'attente très longs.
Vanneau Jp 24 Juillet 2019
Les cultures ouvertes en Grande-Bretagne bénéficieront pleinement d'un ensemble efficace de protection chimique des cultures Les ressources naturelles en sont encore à leurs balbutiements sur le plan scientifique
Bert N. 24 Juillet 2019
Que vous soyez pour ou contre le Brexit : ce n'est que du marc de café. Personne, pas même les soi-disant experts, ne peut prédire ce qui se passera à l'avenir au Royaume-Uni. Ce qui est certain, c'est que les Britanniques ont fait le bon choix de quitter la dictature de Bruxelles. Aujourd'hui, après des décennies de souffrances et d'hémorragies sous l'UE, ils retrouvent la liberté et la démocratie. L'UE n'est rien d'autre qu'un méga drame bureaucratique lourd à manier. Rien de bon n'est jamais vraiment sorti de toute cette UE. Seulement la misère et un voyage continu de politiciens arrogants qui ont été promus. Il serait préférable de se débarrasser de tout ce gâchis là-bas à Bruxelles, d'abolir l'euro et de revenir à Schengen.
Kalf 31 Juillet 2019
Pourquoi l'Europe doit-elle payer ces coûts supplémentaires Les Britanniques voulaient sortir de l'UE, n'est-ce pas ?
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"Les taux d'intérêt seront certainement plus bas à la fin de l'année"

Opinie Joost Derk

Le Brésil et le Chili sont loin devant l'UE et les États-Unis en termes de taux d'intérêt.

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login