Shutterstock

Opinie Joost Derk

Le Brexit ne sera pas le chaos, malgré les jets de boue

4 Septembre 2020 - Commentaires 2

La Grande-Bretagne et l'Europe ont encore environ 60 jours pour déterminer à quoi ressembleront les relations commerciales après le début de l'année. Cependant, au lieu d'accélérer les pourparlers, les deux parties se disputent toujours sur l'ordre des négociations.

Le Brexit aurait dû occuper une place prépondérante dans l'actualité cette semaine. Le départ de la Grande-Bretagne était sur le papier un sujet important d'un sommet européen qui se tient actuellement. De plus, un nouveau cycle de négociations est imminent. Mais comme c'est souvent le cas avec le Brexit, la réalité est bien différente des beaux plans.

Sur recommandation de la chancelière allemande Angela Merkel - en sa qualité de présidente de l'UE - le Brexit a été retiré de l'ordre du jour de la réunion de l'UE. Il n'y a rien à discuter, a-t-elle dit, car il n'y a eu pratiquement aucun progrès dans les négociations cet été. On ne peut pas non plus attendre grand-chose de la nouvelle série de pourparlers. Les deux camps sont plus préoccupés par le brouillage que par les préparatifs appropriés.

Sidéré
Un bon exemple est l'indignation de Michel Barnier, le négociateur en chef de l'Europe, lorsque la délégation britannique a voulu renégocier la protection des marques dans l'industrie alimentaire. Des accords avaient déjà été conclus lors d'un cycle précédent selon lesquels, par exemple, le parmesan ne peut être appelé ainsi que s'il provient réellement de la région de Parme.

La Grande-Bretagne veut traiter cela avec un peu plus de souplesse à l'avenir. Sauf pour les produits britanniques. Parce que c'est bien sûr l'intention que seul le whisky d'Ecosse conserve le prédicat 'Scotch'. En revanche, la stratégie de négociation européenne suscite une nouvelle fois les frustrations du Premier ministre Boris Johnson. La délégation européenne veut d'abord lever 2 écueils majeurs, avant de discuter plus avant.

Du poisson pour tous, des règles du jeu équitables
Les 2 pierres d'achoppement sont la politique de la pêche et le soutien du gouvernement. L'UE veut empêcher que les eaux de pêche britanniques ne soient des zones interdites à la flotte de pêche. De plus, il n'est pas dans l'intention que les entreprises britanniques gagnent un avantage sur le terrain de jeu international. Par exemple, en raison de réglementations moins strictes en matière de sécurité.

Johnson veut d'abord parler de sujets où les deux parties sont proches l'une de l'autre. Cela accélérera les discussions et facilitera l'abord des sujets sensibles. Il faut espérer que l'ordre idéal des négociations ne sera pas vacillé trop longtemps. L'accord doit être signé avant le 31 décembre. Comme il faut environ 2 mois pour rédiger ce texte, le temps presse.

60 59… 58 XNUMX… XNUMX XNUMX…
Dans environ 60 jours, il devrait être clair à quoi ressembleront les relations commerciales anglo-européennes à l'avenir. Ce sera une tâche très difficile, si vous voyez à quel point les contradictions sont grandes et avec quelle facilité les deux parties laissent le temps filer entre leurs doigts. Cependant, les chances qu'il aboutisse vraiment à un Brexit sans accord sont assez minces.

Le préjudice économique pour la Grande-Bretagne serait alors incalculable. Ce n'est pas un hasard si Johnson a fait beaucoup de travail pour faire passer le Brexit le 29 février. En tout cas, le marché des changes envoie un signal clair qu'il ne faut pas trop s'inquiéter pour le moment. Le taux de change euro/livre a beaucoup moins fluctué ces dernières semaines que lors des chapitres précédents de la saga du Brexit.

boerenbusiness. Nl

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanFirst. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).
commentaires
Commentaires 2
hans 6 Septembre 2020
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness[/url]
lancer de boue ?

"L'Union européenne (UE) exige un droit de veto sur les lois et règlements du Royaume-Uni après le Brexit, a rapporté samedi le quotidien britannique The Times."

https://www.nu.nl/economie/6075483/eu-eist-vetorecht-over-post-brexit-regelgeving-van-het-verenigd-koninkrijk.html .

Je pensais que le Brexit avait été voté ?
fermier 6 Septembre 2020
Si le Brexit n'a pas lieu, ce sera un désastre pour un dernier pays qui appartient vraiment à la population, sans une famille royale hypocrite et des médias qui voient (notre) génocide culturel et se taisent lâchement.

Avec des droits démocratiques où les ministres ne sont pas des traîtres à des dirigeants non élus avec des normes de soumission irréalisables !
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Opinie Joost Derk

Voici comment la reine d'anniversaire provoque une récession britannique

Opinie Joost Derk

C'est la vraie raison du rallye du rouble

Opinie Joost Derk

Pourquoi l'inflation suisse est-elle si bizarrement basse ?

Opinie Joost Derk

Qu'est-ce qu'une récession américaine fera au dollar?

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception