Shutterstock

Opinie Joost Derk

Valeur refuge du dollar canadien pendant la campagne électorale

2 Octobre 2020 -Joost Derks

La contagion de Trump au Covid-19 ajoute une nouvelle dimension à la bataille déjà imprévisible pour la présidence américaine. Pour l'instant, le dollar canadien est l'un des rares gagnants de ce combat.

La nouvelle que le président américain Donald Trump a été infecté par le Covid-19 a donné un coup de fouet au dollar en fin de semaine. La devise américaine est souvent demandée à mesure que l'incertitude dans le monde financier augmente. Suite à la contamination, Trump suspend temporairement sa campagne électorale. Cela rend la course à la présidence un peu plus imprévisible.

Ceux qui espéraient que le premier débat entre Trump et son challenger démocrate Joe Biden apporterait un peu plus de clarté, ont été déçus. C'était un affichage terrible dans lequel les candidats ont raté toutes les occasions d'interrompre ou d'insulter l'autre. Le débat ressemblait plus à une bagarre de bar torride qu'à un échange de vues mûr.

En fait, la nuit n'a eu que des perdants. Bien que? Un journaliste de données de The Economist a tweeté mardi soir que le nombre de recherches Google pour "déménager au Canada" immédiatement après le débat avait monté en flèche. À plusieurs égards, le voisin du nord a un net avantage sur les États-Unis.

Vive le huard
Le huard (surnom du dollar canadien) s'est apprécié de 5 % par rapport au dollar américain au cours des six derniers mois. Le taux de change USD/CAD de 1,33 est à peu près au même niveau qu'il y a un an. Cela fait que le huard montre une force remarquable.

L'économie canadienne dépend fortement des exportations de pétrole. Et le prix du baril de Brent a chuté de près d'un tiers en douze mois. Habituellement, cela n'augure rien de bon pour le huard, mais cette fois, c'est différent. La résilience de la devise est en partie due à la banque centrale canadienne.

Comme la Réserve fédérale, cette banque a réduit ses taux d'intérêt de près de 2 % à un peu plus de 0 % en douze mois. Cependant, les mesures de soutien sont relativement moins importantes que les énormes paquets qui se déroulent aux États-Unis.

sécurité politique
Un autre avantage pour le huard est que le nombre d'infections au Covid-19 au Canada augmente relativement moins rapidement. La dynamique économique devait être un peu plus forte au troisième trimestre que chez ses voisins du sud.

De plus, le pays ne souffre pas des nerfs électoraux qui se sont emparés des États-Unis. Le premier ministre Justin Trudeau n'est pas seulement exempt de Covid-19, mais son deuxième mandat se poursuivra jusqu'à l'automne 2023. C'est précisément en raison de l'incertitude politique que la devise canadienne pourrait encore gagner du terrain.

À plus long terme, il est moins certain que le huard réussira à créer ou à maintenir des profits. Le Canada a un important déficit commercial. Si le prix du pétrole ne se redresse pas comme par magie, la monnaie sera sous pression tôt ou tard.

Préférez une devise sous les États-Unis
Les perspectives pour cet autre pays frontalier des États-Unis sont meilleures. Le peso mexicain subit une pression considérable cette année. En raison de l'incertitude liée au Covid-19, de nombreuses parties optent pour la sécurité des devises fortes.

De plus, l'économie mexicaine – comme celle de nombreux autres pays émergents – a été relativement durement touchée par la pandémie. L'inconvénient est qu'il y a aussi beaucoup de place pour la récupération une fois qu'un vaccin arrive sur le marché. Ou si un président américain prend ses fonctions qui ne veut pas construire un grand mur à la frontière.

Depuis le début de l'année, le peso a chuté de 14 % par rapport au dollar américain. La probabilité que la devise compense une partie de cette perte en 2021 semble plus élevée que la possibilité de gains supplémentaires pour le huard.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

En savoir plus sur

Joost Derk

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"Les taux d'intérêt seront certainement plus bas à la fin de l'année"

Opinie Joost Derk

Le Brésil et le Chili sont loin devant l'UE et les États-Unis en termes de taux d'intérêt.

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login