Lev Radin / Shutterstock.com

Opinie Joost Derk

Le pouvoir silencieux de Joe Biden

18 Juin 2021 -Joost Derks

Le monde monétaire a eu un avant-goût de ce à quoi ressemble la politique étrangère du président américain Joe Biden la semaine dernière. Le rouble russe et la livre turque ont tous deux dû reculer.

Après quatre ans de Trump, les choses sont devenues assez calmes ces derniers mois concernant les étranges émeutes sur Twitter. Au cours de ses cinq premiers mois, le président Sleepy Joe – comme Biden était appelé par son prédécesseur – est à peine visible sur les réseaux sociaux et le débat public. La raison principale est qu'il se concentrait entièrement sur la lutte contre la pandémie. Maintenant qu'il est de plus en plus maîtrisé, les contours de ce à quoi ressemblera son régime dans les années à venir se dessinent. A cet égard aussi, le contraste avec les dernières années est énorme. Alors que Trump a principalement pointé ses flèches sur la Chine, Biden est très sélectif pour lier des alliés et avoir une discussion vigoureuse avec d'autres pays. Cette semaine, il est devenu clair que cette approche a des répercussions importantes sur les marchés des changes.

Tournée européenne
La première étape de la tournée européenne de Biden était les Cornouailles britanniques pour le sommet du G7. Là, son principal objectif était d'aplanir les plus gros plis avec des partenaires européens, afin de former un front solide contre la Russie. Hier, il a rencontré en Suisse le président russe Vladimir Poutine. Mais d'abord, l'Istanbul turque a été une escale pour les entretiens avec le président Recep Tayyip Erdoğan. Les tensions ont fortement augmenté en 2019 lorsque le pays a acheté les missiles de défense aérienne S400. C'est très sensible, puisque les missiles viennent de Russie et que la Turquie est membre de l'OTAN. En réponse à cet accord, les Américains ont imposé des sanctions économiques et interdit au pays le nouvel avion de chasse F-35.

Parler ne change rien
Les consultations de mardi auraient dû être un premier pas vers des relations plus normales. Au lieu de cela, la Maison Blanche n'a même pas publié un aperçu des sujets dont Biden et Erdoğan ont discuté. Les deux parties ont qualifié la réunion de bonne conversation. Cela a eu un impact sur la livre turque, qui a chuté de 1,5 %. Une meilleure relation avec les États-Unis, associée à une politique économique plus réfléchie, est le principal ingrédient d'une reprise de la lire. Tant que Biden ne bougera pas pour accommoder la Turquie et qu'Erdoğan licenciera à chaque fois le président de la banque centrale, la livre continuera de baisser. Au cours de la dernière décennie, la pièce a perdu plus des trois quarts de sa valeur.

Directement l'un en face de l'autre
La situation est différente avec le rouble russe. À l'approche de la réunion Biden-Poutine, une grande partie de la population active de Moscou s'est vu accorder une semaine de congé parce que le virus est réapparu. De plus, l'économie russe souffre toujours des sanctions occidentales. Néanmoins, le rouble s'est apprécié de 3 % par rapport au dollar depuis le début de l'année, principalement en raison de la forte remontée du prix du pétrole. En tout cas, la conversation n'a pas refroidi l'air : les deux pays sont toujours diamétralement opposés l'un à l'autre. Cela fait particulièrement mal au rouble, qui a rapidement chuté de 1% face au dollar après le sommet à son plus bas niveau en plus d'une semaine. Biden attire peut-être beaucoup moins l'attention que Trump, mais dans le monde monétaire, il fait définitivement son apparition.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"Les taux d'intérêt seront certainement plus bas à la fin de l'année"

Opinie Joost Derk

Le Brésil et le Chili sont loin devant l'UE et les États-Unis en termes de taux d'intérêt.

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login