Shutterstock

Opinie Joost Derk

Des taux d'intérêt en hausse ou des euros chers ne sont pas un problème

13 janvier 2022 -Joost Derks

Ces derniers jours, une grande attention a été accordée à une prévision selon laquelle la dette publique pourrait augmenter de manière significative, tandis que le gouvernement paiera également plus d'intérêts sur celle-ci. Comme l'appréciation possible de l'euro, c'est une chose dont nous n'aurons pas à nous soucier avant longtemps.

Dans le monde financier, plus c'est généralement mieux : une augmentation est souvent une évolution positive. Prenons, par exemple, la hausse de l'emploi, la hausse des bénéfices des entreprises et la hausse des cours boursiers. Cette semaine, cependant, il y a beaucoup d'attention pour deux augmentations qui pourraient s'avérer moins favorables. En premier lieu, le CPB a conclu après avoir calculé l'accord de coalition que la dette publique pourrait augmenter considérablement à l'avenir.

En raison des dépenses élevées consacrées à la résolution de problèmes majeurs dans des domaines tels que le climat et l'azote, la dette publique atteindra 92 % du PIB en 2060, selon le CPB. C'est beaucoup plus que les 57,7 % où notre pays, selon le billet d'un million de dollars sortira cette année. Le niveau est également bien supérieur aux 60 % prescrits par les règles budgétaires européennes.

Augmentation de la dette publique, hausse des taux d'intérêt
La deuxième hausse qui, selon certaines dépêches, pourrait s'avérer moins favorable est celle des rendements obligataires. Le rendement des obligations d'État à dix ans est légèrement supérieur à 0 % depuis la semaine dernière. Les Pays-Bas ne reçoivent donc plus d'argent lorsqu'ils empruntent de l'argent.

La combinaison d'une dette publique croissante et d'une hausse des taux d'intérêt fait rapidement planer le spectre de charges d'intérêts qui montent en flèche. Cela ne peut pas faire de mal de mettre cela en perspective. Selon le budget de millions, les Pays-Bas perdront 2022 milliards d'euros en frais d'intérêts en 3,4. Cela représente moins de 1 % du budget total, soit moins de 200 € par Néerlandais.

La dette nationale en perspective
En outre, les obligations d'État néerlandaises ont une durée résiduelle moyenne de huit ans. Même si les taux d'intérêt montent soudainement en flèche, cela ne se traduit pas immédiatement par des frais d'intérêt beaucoup plus élevés. De plus, la dette publique se compare très bien à celle des autres pays européens. En Belgique et en France, ce ratio est supérieur à 100 %.

Enfin, il reste à voir si le monde ressemblera à peu près à ce que le CPB prédit en 2060. Beaucoup de choses peuvent se passer en 38 ans. En 1990, par exemple, l'économie de la Chine n'était que de 10 % supérieure à celle des Pays-Bas. Rétrospectivement, c'est facile à dire, mais peu de gens prédisaient à l'époque que le pays deviendrait une puissance économique mondiale qui pourrait même rivaliser avec les États-Unis.

Esprit commercial néerlandais
La hausse des taux d'intérêt pourrait donner à l'euro un certain raffermissement. Certes, cela peut nuire à la compétitivité internationale du secteur exportateur. Mais les Pays-Bas se sont développés en tant que pays de transit et d'exportation principalement grâce à leur esprit commercial et à leur emplacement favorable. Si un avantage monétaire doit être le facteur décisif pour le succès futur, certaines choses vont très mal.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"Les taux d'intérêt seront certainement plus bas à la fin de l'année"

Opinie Joost Derk

Le Brésil et le Chili sont loin devant l'UE et les États-Unis en termes de taux d'intérêt.

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login