Shutterstock

Opinie Joost Derk

Votre euro vaudra bientôt un dollar

12 mai 2022 -Joost Derks

Le dollar est très proche de la barre des 1:1 par rapport à l'euro. Dans le passé, la devise américaine valait plus que la devise européenne. Une autre leçon de l'histoire, cependant, est que cette frontière n'est pas facile à franchir.

Le début de l'été a donné le feu vert au dollar américain en 2021 pour amorcer une avancée significative. En un peu plus de douze mois, la devise s'est appréciée de plus de 16% face à l'euro. Cette augmentation n'a rien à voir avec le changement des saisons, mais tout à voir avec l'évolution des marchés des taux d'intérêt. La Réserve fédérale a relevé ses taux d'intérêt de 0,5 % à 1 % la semaine dernière. Et cela ne semble que le début.

Sur la plate-forme d'échange du groupe CME, les traders tablent sur près de 80 % de chances que les taux d'intérêt américains augmentent à plus de 3 % d'ici un an. Une telle augmentation était impensable il y a six mois. Mais l'escalade de l'inflation oblige la Réserve fédérale à serrer fermement le frein à main des taux d'intérêt.

Plus de conviction
La banque centrale américaine le fait avec bien plus de conviction que son homologue européenne. La différence s'explique en partie par les craintes de la Banque centrale européenne (BCE) que la hausse rapide des taux d'intérêt ne ralentisse la croissance économique, déjà sous la pression de la guerre en Ukraine. De plus, l'économie européenne est beaucoup moins dynamique que l'américaine. L'évolution des salaires est déterminée par des conventions collectives de travail, de sorte que l'inflation ne provoque pas d'augmentations salariales aussi brutales qu'aux États-Unis.

Le différentiel croissant des taux d'intérêt explique au moins la force du dollar. De plus, la perspective d'un élargissement de l'écart rend très facile l'anticipation d'une nouvelle appréciation de la devise américaine à un niveau où un dollar vaut autant qu'un euro.

Deux aperçus intéressants
À cet égard, le passé recèle deux perspectives intéressantes. En premier lieu, un dollar valant autant ou plus que l'euro n'est pas aussi étrange qu'on pourrait le penser. À la fin de 1999, la pièce a franchi la barre du 1: 1 pour y rester pendant des années. L'euro a même chuté si loin qu'en 2002 vous n'obteniez que 0,8 dollar pour la monnaie. Comme aujourd'hui, la hausse du dollar a été causée par la hausse rapide des taux d'intérêt aux États-Unis.

Pour juguler une inflation supérieure à 3 % et éviter une surchauffe de l'économie, la Réserve fédérale a relevé les taux d'intérêt à plus de 6,5 %. À l'époque, les taux d'intérêt en Europe ne dépassaient pas 5 %. Lorsque la bulle Internet a éclaté à l'automne 2000 et a provoqué une récession, les deux banques centrales ont de nouveau baissé leurs taux d'intérêt. Pourtant, le dollar est resté fort pendant plusieurs années ; en partie à cause de la grande incertitude géopolitique.

Un deuxième aperçu du dollar est qu'il est loin d'être certain que la limite de 1: 1 sera réellement atteinte. Au printemps 2015 et au début de 2017, le dollar était à peu près aussi cher qu'il l'est aujourd'hui. Dans les deux cas, la devise américaine a de nouveau perdu du terrain. La force de la résistance psychologique autour de l'euro/dollar de 1,04 ne doit donc pas être sous-estimée.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

En savoir plus sur

Joost Derk

Opinie Joost Derk

Le Brésil et le Chili sont loin devant l'UE et les États-Unis en termes de taux d'intérêt.

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Opinie Joost Derk

Le moment d’horreur pour le yen se rapproche

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception