Shutterstock

Opinie Joost Derk

Attention, l'euro fait semblant

2 Juin 2022 -Joost Derks

Votre euro vaut de moins en moins, non seulement aux Pays-Bas mais aussi de l'autre côté de la frontière. Lentement mais sûrement, cependant, la devise reprend de l'ampleur sur les marchés des changes.

Aux Pays-Bas, l'inflation est de près de 10 %, mais à l'étranger, vous obtenez également de moins en moins de valeur pour votre euro. La monnaie a fait un glissement significatif au cours des cinq premiers mois. À la mi-mai, il semblait même qu'un euro vaudrait autant ou peu qu'un dollar en peu de temps. C'est difficile à avaler si l'on considère qu'il y a moins d'un an, vous receviez plus de 1,20 $ pour votre euro.

Bien que certains articles aient déjà anticipé un taux de change de 1: 1, j'ai écrit dans cette colonne il y a trois semaines que cette frontière magique est plus éloignée qu'il n'y paraît. Dans le passé, il était également très souvent impossible de prendre cette bosse. Par ailleurs, la dynamique des marchés de taux d'intérêt semble lentement mais sûrement tourner en faveur de l'euro.

Plomb, mais pour combien de temps ?
Pour l'instant, la Réserve fédérale a une avance significative sur la Banque centrale européenne (BCE). Depuis le début de l'année, les taux d'intérêt aux États-Unis ont déjà été relevés en deux étapes de 0,25 % à 1 %. En outre, la Réserve fédérale a commencé hier à vendre les 9 XNUMX milliards de dollars d'obligations d'État et d'autres actifs achetés ces dernières années pour stimuler l'économie.

En Europe, le programme d'achat ne prendra fin qu'en juillet. Ces dernières semaines, cependant, il est devenu clair que la BCE choisira une voie différente immédiatement après. La présidente Christine Lagarde a récemment laissé entendre qu'une première hausse des taux pourrait arriver lors de la réunion du 21 juillet, suivie peu après par la seconde. C'est un grand contraste avec il y a six mois, lorsque Lagarde comptait encore sur des taux d'intérêt qui ne devraient pas augmenter avant 2023.

L'Europe rattrape son retard
Bien que la BCE intervienne plus tard, il y a de fortes chances que la hausse des taux d'intérêt dure plus longtemps sur notre continent que de l'autre côté de l'Atlantique. De nombreux économistes s'attendent à une nouvelle baisse de l'inflation américaine au second semestre. En Europe, ce pic ne sera probablement pas atteint avant le quatrième trimestre. C'est en partie le résultat de sanctions de plus en plus strictes contre la Russie, comme le boycott du pétrole annoncé en début de semaine, qui font encore grimper les prix de l'énergie.

Mardi, il a été annoncé que l'inflation dans la zone euro avait atteint 8,1 % en mai. C'était encore 7,5% en avril et les économistes tablaient sur un niveau de 7,7%. L'inflation dite sous-jacente – qui exclut les prix de l'alimentation et du carburant – a également été nettement plus élevée que prévu. Certes, la Réserve fédérale est la première à bouger avec une hausse des taux à la mi-juin. Mais les surprises sur les taux d'intérêt réels viennent d'Europe pour le reste de l'année. Et pour cette seule raison, il est trop tôt pour abandonner l'euro.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

En savoir plus sur

Joost Derk

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"Les taux d'intérêt seront certainement plus bas à la fin de l'année"

Opinie Joost Derk

Le Brésil et le Chili sont loin devant l'UE et les États-Unis en termes de taux d'intérêt.

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

Vous souhaitez nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login