Shutterstock

Opinie Joost Derk

Le semestre du dollar et du rouble

30 Juin 2022 -Joost Derks

Nous n'en sommes qu'à mi-chemin, mais il est déjà clair que 2022 sera très différent de ce à quoi il ressemblait à la fin de l'année dernière. L'avancée du dollar et surtout du rouble attire beaucoup l'attention sur les marchés des changes. L'euro pourrait prendre le relais au second semestre.

Pour être honnête : il y a six mois, auriez-vous pensé que vous dépenseriez plus de 2,50 € à la pompe pour un litre d'essence ? La forte hausse des prix de l'énergie n'est qu'une des conséquences de la terrible guerre en Ukraine. Combiné à tous les problèmes des chaînes d'approvisionnement, entre autres, c'est l'une des raisons pour lesquelles l'inflation est à son comble. Les mesures prises par les banques centrales pour contenir cette inflation se répercutent fortement dans le monde monétaire. Cependant, ce n'est pas la plus grande surprise du premier semestre 2022.

Surprise numéro 1
Dans les jours qui ont suivi l'invasion de l'Ukraine, le rouble russe a subi une forte pression. Depuis lors, cependant, la valeur a grimpé en flèche. La monnaie vaut désormais la moitié de ce qu'elle valait fin 2021. En effet, de plus en plus de pétrole et de gaz naturel en provenance de Russie doivent être réglés en roubles. De plus, les entreprises russes sont obligées d'échanger la quasi-totalité de leurs devises étrangères contre des roubles. D'autre part, à la suite des sanctions, le pays n'a pratiquement aucune possibilité de dépenser des dollars, des euros et d'autres devises fortes.

Surprise numéro 2
La deuxième surprise est la vitesse à laquelle les taux d'intérêt aux États-Unis augmentent. En juin, la banque centrale américaine a relevé son taux directeur de trois quarts pour cent pour la première fois depuis 1994. L'intention est de ramener l'inflation vers le niveau cible de 2 % grâce à ces mesures. En mai, l'inflation s'établissait toujours à 8,6 %. Les économistes s'attendent à ce que les 10 % soient bientôt exploités. En Europe, les taux d'intérêt sont toujours au même niveau qu'il y a six ans. La dernière hausse des taux remonte à plus de dix ans. L'élargissement de l'écart de taux d'intérêt avec les États-Unis est une raison importante pour laquelle le dollar, comme le rouble, s'est fortement apprécié par rapport à l'euro au premier semestre.

Surprise pour le futur ?
Ce même euro pourrait bien être la surprise du second semestre. Dans quelques semaines, la Banque centrale européenne (BCE) augmentera ses taux d'intérêt pour la première fois depuis plus de dix ans. Mais que se passe-t-il ensuite ? Y aura-t-il une nouvelle augmentation en septembre et quelle sera son ampleur ? Et la présidente de la BCE, Christine Lagarde, est-elle vraiment sérieuse quant à sa promesse de freiner l'inflation ? Car à un niveau d'inflation supérieur à 8%, cela nécessite plus de deux ou trois petits paliers de taux d'intérêt. Naturellement, la BCE veut éviter que la croissance économique en Europe ne se transforme en récession. Mais pour le moment, l'inflation obstinément élevée semble être le prélude à des hausses de taux d'intérêt supérieures à ce que les marchés des taux d'intérêt et des devises prévoient actuellement. Une avance de l'euro est donc l'une des surprises possibles pour les six mois à venir.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

En savoir plus sur

Joost Derk

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Opinie Joost Derk

Le moment d’horreur pour le yen se rapproche

Opinie Joost Derk

L’Amérique choisit, le dollar perd ?

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception