Shutterstock

Opinie Kasper Walter

Écart entre la politique du rêve et la pratique indisciplinée

13 Juin 2024 -Kasper Walet

Je ne suis certainement pas un opposant à la transition énergétique, mais je constate qu’il existe un écart considérable entre ce que veulent les politiques et ce qui est réalisable dans la pratique. Pensez à la pompe à chaleur électrique obligatoire (maintenant abandonnée par la nouvelle coalition), aux maisons d'habitation qui « ne consomment plus de gaz » (pour l'instant un échec presque complet) et au système de compensation non durable pour le retour de l'énergie solaire.

Ce ne sont là que quelques exemples où la mise en œuvre pratique se heurte aux rêves des politiciens. Mais certainement pas le seul. Par exemple, j'ai récemment lu dans Het Parool un article sur l'installation de quatre à huit éoliennes à Amsterdam. Une histoire très amusante pour le reste des Pays-Bas, mais un cauchemar pour les personnes impliquées.

Il existe une loi de la nature pour les hommes politiques qui dit : « celui qui plante des moulins à vent récoltera une tempête ». Les projets d'éoliennes aboutissent régulièrement à des actes d'intimidation, de suspicion et de destruction. Quelque chose qui, jusqu'à récemment, ne semblait pas s'appliquer à Amsterdam. Mais cela a maintenant changé. Les habitants d’Amsterdam, progressistes et soucieux de l’environnement, votent en masse depuis des années pour des partis favorables aux éoliennes tels que GroenLinks et D66. Mais cet enthousiasme disparaît comme neige au soleil dès qu’il s’agit d’éoliennes dans votre propre quartier. Dans le quartier d'IJburg, où vivent de nombreux électeurs fortunés de GroenLinks et de D'66, l'ambiance a changé lorsque des éoliennes ont été planifiées juste en face de leur quartier dans l'IJmeer. Les préoccupations concernant la pollution sonore, les dommages à la santé, la nature et la lumière vacillante gênante ont immédiatement prévalu.

Écart entre les pauvres et les riches
Le résultat de ces protestations est que ce site, tout comme celui situé le long de l'A10 à Amsterdam-Noord, a été supprimé. L'IJmeer a été exclu car il s'agit d'une zone Natura 2000 vulnérable. L'A10 autour de Noord a été supprimée en raison des oiseaux des prés et du paysage ouvert. La municipalité a également pris en compte le fait que les quartiers environnants sont socialement vulnérables et ont déjà un impact environnemental élevé en raison de l'autoroute. Un argument qui, selon le conseil communal, ne s'applique apparemment pas à un emplacement restant à Zuidoost. Les habitants de ce quartier ont en moyenne les revenus les plus faibles d'Amsterdam et sont le plus souvent en mauvaise santé. Mais selon l'Amsterdam B&W, ces quartiers sont plus éloignés des endroits encore en vogue pour les éoliennes.

Deux mégaturbines de 220 mètres de haut doivent être construites à cet endroit. Ces éoliennes seront situées à moins de 500 mètres des habitations, à moins de 200 mètres d'une plage récréative fréquentée par de nombreux habitants du Sud-Est qui n'ont pas d'argent pour des vacances coûteuses et à moins de 200 mètres de la réserve naturelle Gaasperzoom. Apparemment, les arguments qui s’appliquaient aux protestations des riches habitants d’IJburg ne s’appliquent pas ici.

Choisissez généralement le gaz et non l’électricité
Un autre exemple est un rapport selon lequel les locataires continuent de recevoir en masse de nouvelles chaudières à gaz pour chauffer leur maison. Neuf fois sur dix, les bailleurs choisissent à nouveau le gaz et non la pompe à chaleur pour remplacer une chaudière. Selon les entreprises, il ne s’agit certainement pas d’une réticence, mais simplement d’objections pratiques. Les immeubles d'habitation, par exemple, posent problème car il est difficile d'y accrocher de nombreuses pompes sur la façade. De plus, on craint les nuisances sonores. De nombreux propriétaires affirment également qu’il n’y a pas suffisamment de main d’œuvre pour installer des pompes à chaleur à grande échelle. De plus, sur un réseau électrique surpeuplé, il n’y a souvent pas de place pour connecter simultanément un grand nombre de pompes. D’autres alternatives durables, comme un réseau de chauffage, ne sont souvent pas (encore) disponibles.

Le dernier exemple que je souhaite partager concerne l’éolien offshore. Le succès de la transition énergétique dépend en grande partie de la disponibilité ou non d’une quantité suffisante d’énergie verte pour électrifier l’industrie, par exemple. Mais une récente lettre du ministre Rob Jetten à la Chambre des représentants montre désormais que l'ambition du gouvernement de réaliser 2035 gigawatts d'énergie éolienne offshore d'ici 35 n'est pas réalisable. Il n’y a pas suffisamment de matériel disponible pour produire de l’énergie éolienne sur terre. En effet, il existe une énorme demande d'éolien offshore dans le monde entier, créant une forte concurrence pour les matériaux nécessaires à la construction des parcs et à leur connexion au réseau électrique terrestre. Ce qui peut également entraîner des coûts plus élevés, que nous devrons tous, en fin de compte, assumer.

Points de vertu sur les plateformes internationales sur le climat
Les exemples ci-dessus illustrent bien à quel point les pratiques peuvent être indisciplinées et comment elles peuvent faire obstacle aux objectifs souhaités par nos politiciens. Mais aussi que les hommes politiques ne prêtent souvent pas suffisamment attention aux intérêts économiques et sociaux des personnes concernées. La transition énergétique doit être bénéfique non seulement pour le monde, mais aussi pour les Pays-Bas. On ne peut pas s’attendre à ce que les citoyens paient des centaines de milliards d’euros jusqu’en 2050 uniquement pour des points de vertu sur les plateformes internationales sur le climat et pour leur solidarité avec le reste du monde.

Kasper Walter

Kasper Walet est un ancien membre du conseil d'administration du marché à terme agricole. Il travaille depuis des années sous le nom de Maycroft en tant que conseiller indépendant sur l'énergie et le climat auprès de gouvernements et d'entreprises du monde entier.

Opinie Kasper Walter

Comment nos décideurs politiques hésitent dans la transition énergétique

Analyse Énergie

La politique provoque des troubles sur le marché de l'électricité

Politique Énergie

Le retour du diesel rouge nécessite de la patience de la part des agriculteurs

Opinie Kasper Walter

La transition énergétique est le plus grand greenwashing de l’histoire

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login