Shutterstock

Opinie Keith Maas

La guerre des frites permet au producteur d'être le gagnant

5 février 2022 - Kees Maas - Commentaires 36

Au cours des quinze dernières années, je n'ai jamais vu le marché de la pomme de terre évoluer aussi rapidement qu'au cours des trois derniers mois. Le marché des frites semble passer d'un marché axé sur l'offre à un marché axé sur la demande. Qu'est-ce que ça veut dire?

Au cours des dernières décennies, le marché néerlandais de la pomme de terre a été dominé par les quatre principaux transformateurs. Les transformateurs pourraient déterminer ce qui se passe dans un marché axé sur l'offre. Avec de nombreux contrats à prix fixe, ils ont maîtrisé le marché et les producteurs. Le grand nombre de contrats à prix fixe a permis aux transformateurs européens de croître rapidement dans leurs ventes de frites. Les prix de la pomme de terre étaient les plus bas du monde - par exemple 20% inférieurs à ceux des États-Unis - et ont provoqué un énorme boom dans l'industrie de transformation aux Pays-Bas et en Belgique notamment.

Les frites pouvaient être vendues partout dans le monde à des prix compétitifs et les marges bénéficiaires étaient supérieures à la moyenne, compte tenu de la rentabilité des transformateurs. Frappant était l'unanimité des transformateurs. Les transformateurs ne différaient guère les uns des autres dans le résultat des nouveaux prix contractuels. Sauf pour un point (35 ou 40 sur) ou une virgule (0,10 € de plus pour la garde) les contrats étaient presque égaux, ce qui est bien si vous n'en discutez pas entre vous au préalable. Les producteurs néerlandais (et belges) n'avaient aucune position de réfutation ou de négociation pour faire la différence pendant la période contractuelle. C'est ça et c'est ce qu'il faut en faire (d'après Maître Visser) qui semblait être le credo. Il y avait souvent des grognements, mais les producteurs ont fini par signer. En partie à cause du manque d'alternatives dans la culture, mais aussi dans la diversité des producteurs de pommes de terre.

Crains un résultat éclatant
DAC, en collaboration avec Boerenbusiness a passé plusieurs années à rechercher les motivations des producteurs à signer des contrats, qui à l'époque étaient souvent à peine supérieurs aux coûts. Il y avait une raison frappante et souvent mentionnée : la peur. Plus de 50 % des producteurs de pommes de terre signent un contrat à prix fixe par peur. Peur des prix extrêmement bas, peur de ne pas perdre ses pommes de terre ou peur de ne pas avoir de pommes de terre de semence. Un résultat saisissant, car l'entrepreneuriat ne doit pas être basé sur la peur, mais sur les opportunités. Nous avons régulièrement fait des calculs, qui ont montré que le rendement financier de la culture de pommes de terre pendant 10 ans sans contrat est supérieur d'environ 2 € pour 100 kilos à la culture avec contrat. Et pourtant 80% des viticulteurs signent un contrat au forfait. La peur d'une mauvaise année est apparemment si profonde qu'ils sont prêts à rater la chance d'un rendement plus élevé.

Je sais mieux que quiconque qu'avec une ferme arable, une mauvaise année a toujours beaucoup d'impact sur la liquidité et qu'il faut souvent trois ans pour s'en remettre. La prudence est donc compréhensible, d'autant plus que de nombreuses autres cultures arables n'offrent souvent pas le rendement supplémentaire pour absorber une année de 2 € pour vos pommes de terre. Pourtant, il existe actuellement une opportunité incroyable pour de nombreux producteurs de pommes de terre. Après quinze ans, le marché de la pomme de terre semble passer d'un marché axé sur l'offre à un marché axé sur la demande. Qu'est-ce que ça veut dire?


De nombreux contrats à prix fixe signifiaient que les transformateurs pouvaient souvent ignorer le marché libre pendant longtemps

Capacité de traitement augmentée en temps corona
Pendant des années, les transformateurs avaient largement accès aux pommes de terre. Ils ont toujours grandi plus que nécessaire. Cela leur a permis de garder le contrôle des achats. De nombreux contrats à prix fixe signifiaient que les transformateurs pouvaient souvent ignorer le marché libre pendant de longues périodes. En conséquence, le marché est devenu de plus en plus petit et de nombreux commerçants ont également abandonné. Tout cela est entré sur la base de la formule mathématique : capacité de transformation -/- quantité de pommes de terre (est le rendement) x demande de chips = offre.

Cette formule mathématique semble fonctionner différemment aujourd'hui. Les transformateurs ont également continué à développer leurs usines et leur capacité de traitement en période de corona. Au cours des deux dernières années seulement, 750.000 XNUMX tonnes de transformation de pommes de terre ont été ajoutées. Quelque chose qui fait la différence aujourd'hui. Le résultat de la formule ressemble maintenant à : capacité de transformation -/- quantité de pommes de terre x demande de chips = demande. Il y a simplement eu un point de basculement, dans lequel il y a plus de capacité de transformation et de demande de chips que de pommes de terre cultivées dans l'UE4 (Pays-Bas, Belgique, Allemagne et France). Cet effet a été renforcé l'an dernier par la contraction des surfaces de 6 % et un rendement de plus en plus difficile du fait d'une culture trop intensive et de la multiplication des extrêmes climatiques.

La croissance de la superficie dans l'UE4 ne semble pas réussir
En fait, la superficie doit croître de 12 à 15 % pour l'année à venir pour répondre à la demande de pommes de terre dans l'UE4. Quelque chose qui ne semble pas fonctionner. Où ces pommes de terre devraient-elles être cultivées? Les Pays-Bas semblent manquer d'espace, beaucoup de producteurs ont abandonné et la disponibilité des terres est un problème majeur maintenant (et surtout à l'avenir). La croissance des surfaces doit-elle alors venir de Belgique ? Cela ne semble pas se produire là-bas non plus. La nouvelle loi PAC fait que de nombreux propriétaires fonciers préfèrent garder la terre à leur nom et semer du blé ou du maïs. Il ne reste alors plus qu'à espérer en France, le nouveau paradis de la pomme de terre pour les transformateurs en Europe. Il y a encore des terres et il y a des opportunités. Le prix élevé des céréales semble également y mettre un frein. De plus, un certain nombre de producteurs en France ont déjà abandonné en raison des coûts élevés, des risques élevés, des investissements élevés et de la rémunération entrepreneuriale relativement faible.

Cela crée donc des opportunités pour les producteurs de pommes de terre actuels. Je n'ai jamais vu des transformateurs se faire concurrence sur les prix contractuels. Ils se bousculent pour faire monter les prix. Augmenter les prix des contrats dans l'intervalle était un péché mortel. C'était le prix et il fallait s'en accommoder. Entre-temps, deux transformateurs aux Pays-Bas ont déjà augmenté leurs prix. Ce qui indique que l'unanimité entre les transformateurs semble avoir disparu et que la guerre se fait pour la frite. Une super opportunité pour les producteurs. Enfin de retour dans le siège du conducteur, décidez vous-même quelles sont vos conditions, décidez vous-même si vous signez ou non. 

Risque de baisse plus faible que jamais
Ces opportunités sont là. Soyez malin, par exemple rassemblez dix agriculteurs et offrez un gros volume à trois usines différentes et à un commerçant. Vous serez surpris de ce qui peut arriver alors. Mais surtout, oubliez la peur des dix dernières années. En raison du changement, il existe désormais un marché de la demande qui garantira que les baisses du marché ne seront plus aussi importantes et que les pics pourront être plus élevés. Nous appelons cela le risque baissier en termes boursiers. Cela semble plus petit que jamais et donc le potentiel de hausse est beaucoup plus grand. Ainsi, malgré les prix nettement plus élevés, réfléchissez à nouveau si les contrats à prix fixe peuvent vous dissiper votre peur ou augmenter vos chances.

Keith Maas

Kees Maas est directeur du groupe DCA. Il a plus de 25 ans d'expérience dans le négoce de matières premières, tant en bourse que sur le marché physique. Maas est un spécialiste de la gestion des risques de prix et un sparring-partner très recherché des entreprises alimentaires pour leur stratégie de vente et d'achat.
commentaires
Commentaires 36
Abonné
vérité 5 février 2022
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/column/10896571/patat- Krijg-laat-teler-de-winner-zijn]La guerre du destin laisse le producteur être le gagnant[/url]
La peur est mauvaise conseillère ! pensez aux opportunités, dit gentiment Kees !
Abonné
Fontaines 5 février 2022
Histoire claire avec laquelle je suis entièrement d'accord.
Abonné
assez grossier 5 février 2022
Bonne histoire, débarrassez-vous de ces contrats pernicieux.
Cultivateurs, montrez vos dents !!!
Abonné
Insider 5 février 2022
Des agriculteurs, une nation, des esclaves, un groupe de personnes faibles poussées dans la PEUR sont tout ce dont les dirigeants/dictateurs, politiques ou non, ont besoin.
Les processeurs ont réussi à roter comme indiqué ci-dessus.
LIBERTÉ, BONHEUR devrait être le slogan du fermier foutu.
Je considère les transformateurs de pommes de terre/légumes comme des dictateurs envers les agriculteurs (leurs esclaves).
Nommez un dictateur dans l'histoire qui a enduré ?
Pendant des années ici sur le forum, il y en a eu quelques-uns qui ont exposé les points douloureux de l'esclavage paysan. Enfin, le changement arrive définitivement, mais les esclaves de la ferme qui veulent VRAIMENT le changement en ont encore trop...
Abonné
Insider 5 février 2022
ERREUR DANS LA DERNIÈRE PHRASE


Des agriculteurs, une nation, des esclaves, un groupe de personnes faibles poussées dans la PEUR sont tout ce dont les dirigeants/dictateurs, politiques ou non, ont besoin.
Les processeurs ont réussi à roter comme indiqué ci-dessus.
LIBERTÉ, BONHEUR devrait être le slogan du fermier foutu.
Je considère les transformateurs de pommes de terre/légumes comme des dictateurs envers les agriculteurs (leurs esclaves).
Nommez un dictateur dans l'histoire qui a enduré ?
Pendant des années ici sur le forum, il y en a eu quelques-uns qui ont exposé les points douloureux de l'esclavage paysan. Enfin le changement arrive définitivement, mais les esclaves de la ferme qui veulent VRAIMENT le changement sont encore avec trop peu !!!
Abonné
corbeau 5 février 2022
Belle histoire de Kees, mais voyons-la d'abord pendant quelques années.
Le prix de revient a tellement augmenté que le prix du contrat que l'écart doit d'abord être comblé. Agréable à suivre et j'espère que l'histoire se réalisera.
Abonné
Jantje 5 février 2022
Plutôt mourir debout qu'à genoux devant une usine de chips devrait être notre devise (d'après Peter R. de Vries).
Abonné
marchand de sable 5 février 2022
Je pense que c'est un peu une histoire populiste. Il est préférable de conserver votre propre mix de ventes, peut-être quelques petits changements, mais gardez à l'esprit que si vous investissez 6000 euros/ha, l'écart avec le fond augmentera à nouveau de 1000 euros et que les prix élevés ne surviennent que lorsqu'il y a peu de pommes de terre. . En d'autres termes, tarissement, noyade, pourriture, etc., alors les prix élevés ne servent à rien si vous n'avez pas de pommes de terre à vendre.
Abonné
Rik 5 février 2022
Après 2 XNUMX ans, vous pouvez être satisfait d'un contrat ou du moins d'une partie de celui-ci. Bravo aux transformateurs !!
Abonné
Maik 5 février 2022
Belle histoire. Un beau développement et encore de nombreuses opportunités pour la culture de la pomme de terre frite.
Abonné
Dirk 5 février 2022
Quelque part, vous avez raison, mais que jouer avec ce kg de livraison, comme clairement visible ces dernières semaines, génère de la frustration. Supposez simplement que ve potatonl sur 17.5 bas parce que les gens paient plus cher, pourquoi le feriez-vous ... !!!
Abonné
Niels van der Waal 5 février 2022
Bien dit. Il y a actuellement un grand besoin de pommes de terre. Libre à chacun d'en profiter ou non.
Abonné
Herman Ellerman 5 février 2022
Une histoire claire et bien arrangée à partir de laquelle chacun peut tirer sa propre conclusion
Abonné
assez grossier 5 février 2022
Il semble qu'il y ait encore ceux qui acceptent de contracter et ils osent encore s'appeler entrepreneurs !!
Du blé et des oignons dans le pool, vous n'avez pas à négocier des betteraves et des pommes de terre sous contrat, où vous n'avez même pas d'influence sur les tonnes de co-livraison.
Adeptes et esclaves avec terre ! Voilà à quoi ressemble la paysannerie aujourd'hui.
Abonné
Challenger 5 février 2022
Et avec un bouchon de bouche et un code QR en ligne pour la réunion de piscine.
Abonné
piscine piscine 5 février 2022
challengeur a écrit :
Et avec un bouchon de bouche et un code QR en ligne pour la réunion de piscine.
mais de la nourriture gratuite et un gilet avec logo
Abonné
laapc 5 février 2022
Oui, comme tu peux être fou
Abonné
assez grossier 5 février 2022
poule poule a écrit :
challengeur a écrit :
Et avec un bouchon de bouche et un code QR en ligne pour la réunion de piscine.
mais de la nourriture gratuite et un gilet avec logo
Et puis rentrez chez vous comme l'éclair et développez ce contrat incroyablement bien rédigé selon les exigences de l'usine et survivez.
De sorte qu'il n'y a plus de viande sur les os pour oser grandir librement car le portefeuille reste trop vide et il n'y a de place que pour un appareil dans le bail.
Abonné
piscine piscine 5 février 2022
mais ce sont de très bons chauffe-corps. connaissance de moi qui fournit à l'usine en Zélande. Il a reçu un voyage super de luxe en Amérique de l'usine avec d'autres grands producteurs.
malheureusement il n'est plus agriculteur.....
Abonné
Gérard 5 février 2022
Apparemment, il n'est pas venu à l'esprit de certaines industries que quelque chose est en train de changer, les fontanes sont toujours en cours d'écriture pour 17.25 voir la liste des chemins alors que dans toute l'Europe, le marché est à 20 euros. Les producteurs se font encore avoir ici. Et dites simplement qu'une bonne relation est importante pour vous. Vous n'obtiendrez pas cela de toute façon.
Abonné
poc 5 février 2022
tous les producteurs de pommes de terre lisent ce forum, vous pouvez répondre de manière anonyme. le viticulteur qui a vendu fontane la semaine dernière avant 17.25hXNUMX tient à signaler. si tu dis juste, oui j'ai vendu pour cet argent et là et c'est pour ça.....
alors on comprendra peut-être un peu mieux.
Plombier 5 février 2022
Je viens de demander un quart, je voulais travailler avec pendant une semaine, promis. J'espère qu'il deviendra millionnaire avec ça.
Fr 6 février 2022
Cultivateurs, conspirez maintenant et exigez un paiement supplémentaire correct pour les pommes de terre que nous avons cultivées sur terre en 2020 et 2021. Ce ne sera que quelques centimes pour 2020, mais tout le monde sait de quoi il s'agit.
Abonné
lm 6 février 2022
fr a écrit:
Cultivateurs, conspirez maintenant et exigez un paiement supplémentaire correct pour les pommes de terre que nous avons cultivées sur terre en 2020 et 2021. Ce ne sera que quelques centimes pour 2020, mais tout le monde sait de quoi il s'agit.
qu'est-ce que tu veux dire par là ?
Fr 6 février 2022
@lM
L'étranger dirait que je ne sais pas, mais il s'agit bien sûr des producteurs agricoles.
Abonné
Fermier Jan 6 février 2022
Chaque producteur doit simplement élaborer son propre plan, il existe de nombreuses façons d'organiser les ventes et il n'y a rien de mal à changer de temps en temps. Le système du prix de base modéré et de la fourniture du reste est un coup dur et mortel pour le marché libre.
Abonné
Jantje 6 février 2022
fr a écrit:
Cultivateurs, conspirez maintenant et exigez un paiement supplémentaire correct pour les pommes de terre que nous avons cultivées sur terre en 2020 et 2021. Ce ne sera que quelques centimes pour 2020, mais tout le monde sait de quoi il s'agit.
Il ne sert à rien de pleurer sur le lait renversé. Vous n'allez pas trouver un avocat pour commencer ça.
Abonné
assez grossier 6 février 2022
Le fermier Jan a écrit :
Chaque producteur doit simplement élaborer son propre plan, il existe de nombreuses façons d'organiser les ventes et il n'y a rien de mal à changer de temps en temps. Le système du prix de base modéré et de la fourniture du reste est un coup dur et mortel pour le marché libre.
J'espère que tout le monde deviendra membre du POC et qu'ils montreront s'ils peuvent influencer le marché de la pomme de terre malade
Abonné
Kaeru 6 février 2022
question où étiez-vous les deux dernières années avec votre grand discours ?
Fr 6 février 2022
@Jantje

On verra, on n'a pas besoin d'avocats pour ça et s'ils ne répondent pas, arrêtez de cultiver des pommes de terre.
Abonné
bouton 6 février 2022
@kaeru nulle part parce qu'alors nous étions toujours soumis au gâchis des acheteurs et que les transformateurs étaient toujours d'accord, et plus il y avait de culture qu'il n'y avait de demande, puis le portefeuille n'était pas complètement vide, et puis il n'y avait pas d'augmentation du prix de revient de 20 %, et puis nous n'avons pas reçu d'appel de 3 acheteurs différents, et puis, et puis.........
Abonné
Kaeru 6 février 2022
pock a écrit :
@kaeru nulle part parce qu'alors nous étions toujours soumis au gâchis des acheteurs et que les transformateurs étaient toujours d'accord, et plus il y avait de culture qu'il n'y avait de demande, puis le portefeuille n'était pas complètement vide, et puis il n'y avait pas d'augmentation du prix de revient de 20 %, et puis nous n'avons pas reçu d'appel de 3 acheteurs différents, et puis, et puis.........
Et puis vous les aviez sous contrat et puis et puis ?
Abonné
Agria 2 6 février 2022
@kaeru alors nous en avons profité au maximum et avons pris notre perte. Tous les contacts ont-ils été soigneusement terminés ? Les pommes de terre d'accompagnement ont-elles été soigneusement collectées et ont-elles également été payées quelque chose pour elles ? Cette année, j'ai déjà nettoyé mes Agria en novembre et j'ai gagné plus de 10.000 XNUMX € par ha pour eux !
Abonné
Drent 6 février 2022
Agria 2 a écrit :
@kaeru alors nous en avons profité au maximum et avons pris notre perte. Tous les contacts ont-ils été soigneusement terminés ? Les pommes de terre d'accompagnement ont-elles été soigneusement collectées et ont-elles également été payées quelque chose pour elles ? Cette année, j'ai déjà nettoyé mes Agria en novembre et j'ai gagné plus de 10.000 XNUMX € par ha pour eux !
oui cette année le prix était légèrement au-dessus du contrat mais quel prix avez-vous fait l'année dernière en novembre que lorsque le prix du marché était de 3 centimes ? C'est facile de se féliciter quand les prix sont plus élevés, mais c'est aussi souvent l'inverse et personne n'en entend parler.
Abonné
bouton 6 février 2022
kaeru a écrit:
pock a écrit :
@kaeru nulle part parce qu'alors nous étions toujours soumis au gâchis des acheteurs et que les transformateurs étaient toujours d'accord, et plus il y avait de culture qu'il n'y avait de demande, puis le portefeuille n'était pas complètement vide, et puis il n'y avait pas d'augmentation du prix de revient de 20 %, et puis nous n'avons pas reçu d'appel de 3 acheteurs différents, et puis, et puis.........
Et puis vous les aviez sous contrat et puis et puis ?
non, comme en 2018... 33 euros. pouvez-vous aussi avoir l'année zéro, c'est toujours plus comme un contrat
Abonné
Jantje 6 février 2022
pock a écrit :
kaeru a écrit:
pock a écrit :
@kaeru nulle part parce qu'alors nous étions toujours soumis au gâchis des acheteurs et que les transformateurs étaient toujours d'accord, et plus il y avait de culture qu'il n'y avait de demande, puis le portefeuille n'était pas complètement vide, et puis il n'y avait pas d'augmentation du prix de revient de 20 %, et puis nous n'avons pas reçu d'appel de 3 acheteurs différents, et puis, et puis.........
Et puis vous les aviez sous contrat et puis et puis ?
non, comme en 2018... 33 euros. pouvez-vous aussi avoir l'année zéro, c'est toujours plus comme un contrat
Entièrement d'accord. La récolte 2018 était tout aussi importante que la récolte 2021 et en janvier 2019 le prix était déjà de 32 euros.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Actualités Pommes de terre

L'Emsland clôture la saison, prix de distribution plus élevé

Analyse Pommes de terre

Les transformateurs de pommes de terre gardent un rythme soutenu

Analyse Pommes de terre

La croissance des transformateurs français est imparable

Analyse Pommes de terre

De grandes inquiétudes sur la suite de la saison

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login