Blog : Laurens Maartens

La crise de la coalition allemande fait baisser l'euro

21 Novembre 2017 - Laurens Martins

La valeur de l'euro est sous pression. Cela était dû à l'échec des négociations pour une coalition gouvernementale allemande. Cependant, les préoccupations politiques au cœur de l'économie européenne sont moins graves que ne le suggèrent les commentaires.

La fin surprenante des négociations pour une coalition gouvernementale allemande a durement touché les marchés des devises en début de semaine. L'euro a chuté de près de 20 % face au dollar en quelques minutes ce lundi 1 novembre. Cependant, ce dommage a été réparé au cours de la journée de négociation, après quoi l'euro a de nouveau chuté lundi soir.

Certains partis prédisent que la feinte sera le prélude à des fluctuations de prix beaucoup plus prononcées, tandis qu'Elsevier se demande si la coalition jamaïcaine deviendra le Waterloo de la chancelière Angela Merkel. Cependant, en réalité, le monde des devises a beaucoup moins de soucis à se faire que vous ne le pensez sur la base de ces rapports.

Un coup de tonnerre

Nervosité pas étrange
Il n'est pas surprenant que l'échec des négociations ait provoqué une certaine nervosité. C'est en partie parce que presque personne ne l'a vu venir. Avant le week-end, l'attente générale était que les parties parviendraient à un accord. Le fossé entre le parti libéral pro-entrepreneurs FDP et les Verts sur la politique d'asile ne semblait pas infranchissable. La nouvelle du retrait du chef du FDP, Christian Lindner, des pourparlers est tombée comme un coup de tonnerre.

La prochaine décision de Merkel ?
La deuxième raison de l'incertitude est que l'Allemagne n'est pas du tout habituée à cette incertitude politique. Dans le passé, une coalition gouvernementale stable pouvait toujours se former assez rapidement après les élections au Bundestag. On ne sait pas non plus quelle sera la prochaine décision de Merkel.

Une coalition minoritaire est un phénomène relativement inconnu chez nos voisins de l'Est, alors qu'en convoquant de nouvelles élections, elle remettrait fortement en question son propre leadership. Les sociaux-démocrates (SPD), avec lesquels la CDU de Merkel forme toujours un gouvernement, ont indiqué qu'ils étaient réticents à se joindre aux pourparlers.

Les Pays-Bas comme exemple
Bien que la situation impressionne les adeptes de la politique allemande, de nombreux Néerlandais hausseront les épaules en apprenant la nouvelle. La même chose s'est produite ici il y a quelques mois. Après plusieurs semaines de négociations, GroenLinks s'est retiré des négociations.

Trop tôt pour dire quoi que ce soit maintenant

A l'époque, les Pays-Bas semblaient également se diriger vers une coalition minoritaire, ou vers de nouvelles élections. Cependant, fin octobre, le nouveau cabinet Rutte III était toujours sur la plate-forme. Il est donc beaucoup trop tôt pour écarter la possibilité que le FDP rejoigne les négociations. Peut-être que le SPD aura encore son mot à dire dans la formation d'une coalition.

Merkel déviée ?
Même s'il y a de nouvelles élections, il y a peu de chance que la CDU/CSU de Merkel soit écartée. En septembre, le parti a reçu un tiers de tous les votes. Cela a rendu le parti beaucoup plus grand que le SPD, qui était le deuxième plus grand avec 20,9% des voix.

Bien que les gros titres suggèrent le contraire, il est difficile d'imaginer un scénario dans lequel Merkel, sans le savoir, finit par se laisser distraire. Mais pour le moment, la crise de la coalition allemande ressemble beaucoup à une tempête dans une tasse de thé. La pression sur les prix est donc de nature temporaire ; du moins jusqu'à ce que les traders commencent à s'inquiéter des élections italiennes prévues au printemps prochain.

Laurent Maarten

Laurens Maartens est expert en devises à la Dutch Payment and Exchange Company (NBWM). Maartens analyse l'évolution actuelle des devises et propose également des conférences et des formations dans le domaine de la gestion des devises.

Podcast Monnaie avec Joost Derks

La perspective d’une baisse des taux d’intérêt rend les marchés ravis

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login