Agriphoto

Opinie Niels van der Boom

Qui souffre le plus : l’homme ou la machine ?

28 Novembre 2023 -Niels van der Boom

La récolte de 2023 sera la plus difficile depuis peut-être cinquante ans pour de nombreux entrepreneurs agricoles. La mécanisation en constante amélioration garantit que le travail peut être effectué dans presque toutes les conditions, mais le conducteur reste crucial. C’est précisément là que se produit désormais une forte usure Boerenbusinessl'analyste de marché Niels van der Boom.

Alors que ma femme et moi rentrons chez nous tard le samedi soir après un dîner chez des amis, nous tombons sur un récolteur qui vient de cueillir un coin de céleri-rave. Pendant que nous dégustions un ragoût de gibier avec des légumes de saison, j'ai réfléchi aux efforts qu'il fallait pour extraire ces mêmes légumes de terre.

Les machines souffrent énormément dans ces conditions de récolte. Des machines qui restent bloquées et doivent être débarrassées encore et encore. Les chenilles ne peuvent pas être remorquées et des astuces sont utilisées pour récolter les récoltes. Parfois, quelque chose se brise. Mais l’usure des personnes qui doivent faire fonctionner les machines est tout aussi importante, voire peut-être même plus grande.

Ne parle pas, polis juste
Cette histoire est adaptée à une situation dont j'ai entendu parler dans une entreprise de sous-traitance du sud-ouest. Le fondateur de l'entreprise conduisait lui-même une machine à récolter de sept heures du matin à huit heures du soir. Cela signifie arriver à l'entreprise au plus tard à six heures et non à la maison avant dix heures. Détail : ce grand homme a aujourd'hui 77 ans. Il caractérise le secteur agricole. Ne parle pas, nettoie juste, on dit d'où je viens.

De tels scénarios se produisent partout. Surtout dans le travail contractuel, il faut toujours ralentir pendant les périodes de pointe. Travailler de longues journées pendant quelques semaines, puis prendre le temps de se détendre. Mais ces longues journées durent désormais trois mois dans de nombreuses entreprises. Même le plus grand passionné de machines trouve ça sympa. Surtout quand vous devez quitter chaque allée pour nettoyer la machine, effectuer des réparations ou démonter des objets.

Pénurie chronique de personnel
Alors que l'industrie travaille avec des équipes, des horaires, des horaires et des primes bien organisés, il s'agit d'une question délicate dans le secteur agricole. En tant que propriétaire d'entreprise, vous pouvez avoir la perspective (espérons-le) d'une facture importante et de clients satisfaits, même si ce n'est pas toujours le cas. Mais qu’est-ce qui vous motive, en tant qu’employé, à exiger autant de vous-même ? Ce n’est pas sans raison que le secteur agricole souffre depuis des années d’une pénurie chronique de personnel. Une pénurie qui s’est accentuée ces cinq dernières années et qui posera de nombreux défis. Vous pouvez acheter autant de tracteurs et de moissonneuses, louer des terres et construire des hangars, mais sans les bonnes personnes au bon endroit, cela ne fonctionnera pas.

Même parmi ceux qui aiment encore travailler dans l’agriculture, on remarque une différence de mentalité par rapport à il y a cinq ou dix ans, et ce n’est pas surprenant. L'intérieur aime quand maman ou papa peuvent être vus à la maison, même si c'est le milieu de la saison, et de plus en plus de gens pensent ainsi. Tout à fait logique, mais cela rend le casse-tête encore plus difficile pour l'employeur.

Robots
Dans dix ans, l'entrepreneur susmentionné ne pourra plus compter sur son père de 77 ans ni sur un employé extrêmement expérimenté, aujourd'hui à la retraite. Les conducteurs qui doivent ensuite effectuer le travail ont une manière différente et ont été élevés différemment. Viendra-t-il un moment où les cultures ne seront pas défrichées parce qu’il n’y a tout simplement personne ? Qui sait. Avec la robotisation, le secteur se retrouve face à un gros saucisson - dont de nombreuses start-ups récoltent des millions - mais dans la pratique, je vois peu de changements sur la plupart des fronts. Cela peut être rapide, mais travailler dans la boue pour extraire du sol des pommes de terre, des carottes ou des betteraves restera à mon avis encore un travail humain pendant un certain temps. Des gens avec qui il faut faire attention et qui ne doivent pas trop s'épuiser.

Niels van der Boom

Niels van der Boom est expert en agriculture arable et en technologie depuis août 2013. Boerenbusiness† Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre, des céréales et du sucre. Chaque semaine, il présente le flash du marché sur le marché des céréales.

En savoir plus sur

Niels van der Boom

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception