Blogue : Wilfried Nielen

Marchand de fumier, regarde-toi dans le miroir

14 Novembre 2017 -Wilfried Nielen - Commentaires 10

Le samedi 11 novembre, nous avons pu entendre une histoire juteuse sur la conspiration du fumier ; écrit par Joep Dohmen et Esther Rosenberg du CNRC.

Le CNRC a investi beaucoup de temps dans la collecte d'informations, la tenue d'une audience et des entretiens avec les parties prenantes. Des films d'animation ont agrémenté l'article. Un peu tendancieux mais bon, l'autre jour le papier journal sert à emballer le poisson. L'objectivité n'est qu'un mythe. Avec cela, le NRC a exposé une partie de la fraude au fumier et crée ainsi le chaos nécessaire dans les terres à fumier. Mais c'est aussi l'occasion d'apporter des changements.

Les médias jouent un rôle douteux

Divertissements à domicile
Aujourd'hui, les médias remplissent un rôle curieux : d'une part ils fournissent une forme technologique de divertissement à domicile, d'autre part ils offrent une « fenêtre sur le monde » plutôt critique. Le monde du fumier a connu un virage important samedi. Il aurait pu s'agir de banques, d'assureurs, d'hommes politiques, de comptables, de directeurs de santé, de médecins, de notaires ou d'avocats frauduleux pour la même facilité. Dans de nombreux cas, c'est déjà leur tour ou ils le seront probablement la semaine prochaine.

Si vous dénoncez le chrome 6 journalistique, qui a été utilisé dans une compagnie de train, (qui pose de graves risques pour la santé), nous applaudissons également cela. Quand il s'agit de fraude par d'autres, nous crions au meurtre et nous participons aux déclarations négatives. Mais quand la « fenêtre sur le monde » nous concerne, nous pensons en masse que c'est injustifié. Cela en dit plus sur nous que sur les médias.

Certificat d'incapacité
Après la publication de l'article, des groupes d'intérêt ont été convoqués en urgence pour publier une nouvelle et se forger une opinion sur l'article. Souvent, on ne va pas plus loin que de minimiser et de minimiser le problème. Ils appellent cela limiter les dégâts. Habituellement, ils désignent quelqu'un d'autre, ils se regardent rarement dans le miroir et il n'y a pratiquement pas d'auto-réflexion. Le pete noir est bientôt à la distribution de fumier.

Les organisations, en particulier LTO, n'ont apparemment jamais entendu parler de responsabilité et de responsabilité de la chaîne. Mais qu'ont fait les groupes de défense au cours des dernières décennies pour s'attaquer au problème, à part jouer à l'autruche ? Ne méritent-ils pas un certificat d'incapacité? Attention, nous faisons tous partie de la chaîne du fumier et chacun doit assumer sa responsabilité.

Nous, la chaîne du fumier, devons nous comporter en conséquence

"La meilleure façon de semer le chaos est de tout arranger"
Dans le monde du fumier, nous ne nous noyons pas dans le fumier. Nous les emmenons à l'étranger. D'un autre côté, nous nous noyons dans une bouillie impénétrable de règles de fumier, que même un employé chevronné, très expérimenté et presque à la retraite de la NVWA ne peut plus comprendre.

Un intermédiaire du fumier n'a plus le temps de faire des affaires et de dormir, il gît frissonnant et tremblant dans son lit, avec des classeurs sous son oreiller pleins de la forêt impénétrable des règles du fumier. Les règles qui ne sont pas considérées comme utiles n'invitent pas à la conformité. Baiser les règles et proposer de meilleures règles ; qui sont plus contrôlables et exécutoires et nous, la chaîne du fumier, devons nous comporter en conséquence.

« Nommer », « blâmer » et « humilier »
Bien sûr, quelqu'un qui a fait ses preuves et qui triche sciemment, systématiquement et à grande échelle, peut attirer l'attention. Cela a un effet préventif. Mais ce qui s'est passé maintenant, sans aucune preuve (seulement sur de fortes suspicions), des parties via le divertissement à domicile et les réseaux sociaux, au pilori. C'est inquiétant.

Cependant, il va sans dire que les nouveaux médias (sociaux) ne peuvent plus être ignorés et nous devons donc agir pour qu'ils appartiennent à notre monde. On ne peut plus résister à ça. Nous devons y faire face de manière appropriée et nous y préparer. Le divertissement à domicile et les médias sociaux font partie de la réalité.

La seule arme contre les médias (sociaux) est d'agir avec intégrité, moralité et conformité

Beaucoup d'entre nous ont été condamnés à une amende à un moment donné. Ce n'est pas acceptable, mais tant que ce n'est pas sciemment et volontairement, nous devons réagir de manière appropriée, appropriée et avec retenue. Demain cela pourrait vous affecter ou nous affecter et vous n'en êtes pas toujours conscient. Il est de notre devoir de tenir chacun responsable de ses actes. Cela ne va pas de mal en pis.

Changement de comportement
La motivation de déconner est trop forte pour certains d'entre nous ; les incitations monétaires sont difficiles à résister et les clients l'exigent. La norme dans la chaîne est tout sauf la conformité réglementaire. La norme de groupe social s'est quant à elle ancrée dans l'acceptation du non-respect et risque même de se banaliser. Les partis aisés y sont entraînés. C'est triste et mérite toute l'attention. Chacun dans la chaîne doit, pour sa part, adopter une approche forte à cet égard.

Tout d'abord, le changement de comportement relève avant tout de la responsabilité de l'entrepreneur individuel. La motivation à se conformer doit être renforcée. La motivation de non-conformité doit être supprimée. C'est là que commence le changement nécessaire pour arriver à une industrie des engrais saine, fiable et honnête.

Mais le gouvernement et les politiciens ne sont pas exempts du changement de comportement. Ils font également partie de la chaîne des engrais. Le gouvernement a un devoir de diligence et il doit diriger les partis qui pourraient s'égarer. Elle ne devrait pas espionner derrière un arbre pendant 3 ans, jusqu'à ce que les choses tournent vraiment mal. Aller droit au café aux premiers signaux et diriger l'entrepreneur en question, c'est comme ça que ça devrait être. La recherche scientifique a également montré qu'un comportement correctif opportun fonctionne mieux que la méthode de travail actuelle.

Wilfried Neelen

Essayé et testé dans le conseil aux entreprises. A occupé plusieurs postes de direction et de direction. Au cours des 20 dernières années, principalement actif dans le secteur de la distribution et de la sous-traitance d'engrais. Devise : nous faisons les bonnes choses et faisons les choses bien.
commentaires
Commentaires 10
Étudiant 14 Novembre 2017
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/ondernemen/blogs/column/10876554/mesthandel-kijk-zelf-eens-in-de-spiegel][/url]
Alors, ça dépend toujours des règles, du gouvernement, des médias ? Dans cet article, il me manque encore le plan pour réaliser le changement...
Thomas 14 Novembre 2017
Pensez-vous que le commerce des engrais, y compris les agriculteurs, ose tricher quoi que ce soit ?
éleveur 14 Novembre 2017
M. Nielen, ou devrais-je dire 'le plus gentil garçon de la classe'... Qu'est-ce que votre miroir avait à dire ?
Ton Westgeest 14 Novembre 2017
Oui, étudiant, c'est aux règles et donc : au gouvernement. Tant qu'il y a beaucoup d'argent à gagner et qu'il y a un tas de règles idiotes, vous garderez ça. Et un plan pour apporter des changements n'a aucun sens si vous ne changez pas ces deux ingrédients.
Ce qu'il faut changer, c'est un gouvernement qui ne soit pas ténébreux mais direct, qui ne mesure pas avec des mesures différentes, qui n'intimide pas les gens qui le méritent avec des règles qui semblent avoir été inventées dans une école primaire, qui permette aux travailleurs les gens le remettent et quand ils ont construit il suffit de le retirer, etc...
Vous voulez un plan pour réaliser le changement ??? Alors vous devriez commencer par ça !
Ard Eshuis 14 Novembre 2017
Eh bien, commençons la politique avec des règles applicables et de lourdes sanctions, les deux manquent énormément de nos jours. Ensuite, il est facile de respecter et d'appliquer les règles. La réglementation actuelle est sans espoir, vous ne pouvez pas attendre de qui que ce soit que tout se passe toujours bien.
Ceux qui sabotent délibérément les choses devraient tout simplement être écartés de ce métier pendant un an, c'est fait !
Fraternité 14 Novembre 2017
Regardez autour de vous, les entrepreneurs de moins de 10 employés investissent des millions par an. C'est une coïncidence qu'ils aient aussi des séparateurs de fumier. Ce n'est tout simplement pas possible avec un travail acharné.
Abonné
erik 14 Novembre 2017
Cher Ton, vous oubliez un énorme changement de mentalité chez les producteurs et commerçants de fumier. Si cela avait été le cas, le problème ne serait pas devenu incontrôlable. Le fond de la cruche est un couvercle sur le nez
Ton Westgeest 14 Novembre 2017
Je ne comprends pas Erik non plus, je vois seulement que ce dans quoi le gouvernement s'embarque tourne mal. Je ne dis pas qu'ils ne doivent interférer avec rien, il faut parfois des règles, mais alors des règles concrètes qui peuvent aussi être vérifiées. Les règles qu'ils établissent maintenant attirent souvent une sorte de pratiques mafieuses, puis vous avez la mafia de l'environnement, du poulet, du fumier, des vaches, des veaux, de l'alimentation et du trafic d'êtres humains et je ne parle même pas de la drogue, du football, de la protection des cultures , pharmaceutiques et toute la mafia politique.....
Alors quelques bonnes règles et le reste à la mer.........ooo j'espère revivre ça!!
Janvier 17 Novembre 2017
La forêt de règles n'est-elle pas apparue précisément parce qu'elles ont été trompées encore et encore ? Encore et encore, une règle est ajoutée pour combler une échappatoire parce que les entrepreneurs «intelligents» ont toujours trouvé une échappatoire afin de «gagner» de l'argent supplémentaire.
Il a été mentionné dans les nouvelles que le sud des Pays-Bas souffre beaucoup plus de ce "problème" que le nord.
Si c'est vrai, trop de choses sont écartées. Cela peut être mentionné.
Le gouvernement peut résoudre le problème du fumier tout simplement : rendre l'élevage à terre, où (80 % ?) des cultures fourragères doivent être cultivées à moins de ... (5 ?) km de l'étable.
Cela fait d'une pierre plusieurs oiseaux, également sociaux.
geert 18 Novembre 2017
t'avais des contrebandiers de beurre dans le sud, maintenant ce sont des contrebandiers de fumier, c'est dans les gènes du sudiste, café à côté de l'église.
Janvier 21 Novembre 2017
@ Geert. C'est une porte ouverte, mais on peut aussi le dire, car maintenant c'est tout le secteur qui est en train d'être noirci. Pour que vous n'ayez plus à vous en occuper, car du point de vue du gardien, l'acheteur est aussi un guérisseur.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Actualités Mest

Une nouvelle coopérative d'agriculteurs conteste la réglementation sur le fumier

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login