Agriphoto

Tour de fourrage Retour sur 2021

Des résultats surprenants pour le maïs ensilage dans une année passionnante

29 Décembre 2021 - Ronald Smith

La saison de culture du maïs ensilage en 2021 n'a clairement pas été une saison à part. Qu'est-ce que cela signifie finalement pour les résultats techniques de l'ensilage chez les dix éleveurs laitiers qui ont participé à la Boerenbusiness Tournée de fourrage 2021? Un aperçu des analyses de maïs.

Quels aspects ressortent de ces analyses de l'ensilage de maïs et quelles causes peuvent y être liées ? Avec l'aide d'Agrility, la plateforme Limagrain qui utilise les données pédologiques historiques et actuelles, les conditions météorologiques, les observations satellitaires et les modèles de calcul, nous listons tous les résultats.

Un début de culture à froid
La rentrée 2021 a commencé par une période très froide et surtout humide. En conséquence, le sol s'est réchauffé très lentement et là où les semis ont été semés, il s'est passé très peu de choses au cours des deux à trois premières semaines après le semis. Les données d'Agrility l'ont bien montré pendant la saison de croissance. Selon Leo Tjoonk, spécialiste du fourrage chez Agrifirm, du bon maïs a néanmoins été obtenu des participants.

Développement de la végétation de la parcelle de maïs Zuidbroek (GR)

La parcelle sur le graphique ci-dessus a été semée le 8 mai et montre comment le maïs n'a rien fait ou presque rien jusqu'au 15 juin. Le graphique ressemblait à ceci pour la grande majorité des participants du Roughage Tour. Malgré cela, les chiffres moyens à la fin de la saison étaient bons. À partir de la mi-juin, le temps chaud l'a compensé, il a été le plus chaud depuis 1901. La poussée de croissance que connaissaient déjà les parcelles du sud et de l'est, a maintenant également eu lieu dans le reste des Pays-Bas. Seulement dans un temps beaucoup plus court. Les conditions météorologiques plus tard dans l'année ont été beaucoup plus décisives pour le résultat final.  

Aperçu moyen des analyses de maïs

Différences de valeur nutritionnelle par région
Le pourcentage de matière sèche était en moyenne de 36,5 %. À Aartswoud (NH), c'était le plus élevé (39,5). Le pourcentage de matière sèche était le plus bas à Zuidbroek à 32,3%. La digestibilité de la plante est apparue bonne d'après les différentes analyses de valeur nutritionnelle. En moyenne, le pourcentage de NDF était bien supérieur à 50. La digestibilité du NDF indique le pourcentage de parois cellulaires que la vache peut digérer. Plus la digestibilité du NDF est élevée, meilleure est l'utilisation du fourrage grossier. Cela a une influence positive sur la production de lait. Le VCOS% varie au sein du groupe entre 76,55 et 78,15 et est donc assez proche l'un de l'autre. La moyenne de 77,46% est donc normale par rapport aux autres années.

DS, VCOS, NDF%
Amidon, résistant à l'amidon, VEM

La bonne digestibilité se reflète également clairement dans les valeurs VEM des ensilages de maïs. En moyenne, le groupe est à 1002 VEM avec une valeur aberrante de 1024 VEM à Nieuwerkerk (ZL). L'amidon s'est également bien comporté cette année. L'amidon mesuré le plus bas était de 366 à Beerzeveld avec un amidon résistant de 97. Ces ensilages de maïs sont bons et faciles à digérer pour la vache.

Le graphique ci-dessus montre la différence entre les 5 entreprises du nord et les 5 entreprises du sud. Le sud a une moyenne de 21 VEM de plus que le nord. Il existe également une différence assez importante dans l'amidon résistant moyen. En cela, le sud a 21,5 grammes d'amidon plus résistant pour 1.000 1 grammes. Il n'y a pratiquement aucune différence (XNUMX gramme) entre les grammes totaux d'amidon.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Ronald Smith

Stagiaire au Boerenbusiness Tour de fourrage

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception