Propre image

Tour de fourrage Hans Schönmakers

"Il n'y a pas un hectare de terre à louer pour l'herbe ou le maïs ici"

21 mars 2022 - Ronald Smith

Organisé pour la troisième année consécutive Boerenbusiness la tournée Roughage. Cette année également, nous suivons 10 éleveurs laitiers à travers les Pays-Bas dans leurs décisions concernant l'extraction du fourrage grossier. Dans cette série de rapports d'entreprise, nous présentons les entrepreneurs. Dans la huitième partie Hans Schoenmakers d'Udenhout (NB)

De la route, qui forme également la frontière entre la ville de Tilburg et le village d'Udenhout, la compagnie de Schoenmakers est à peine perceptible. La réserve naturelle De Brand est adjacente au village, mais la région de Loonse et Drunense Duinen forme également la toile de fond d'Udenhout. Pour Schoenmakers, l'environnement n'est pas l'environnement le plus idéal. Entouré des réserves naturelles, il y a aussi la concurrence foncière, comme il le dit lui-même : « il n'y a plus d'hectares de terres à louer ici ». Une grande partie des terres va aux pépinières qui proposent des prix que les producteurs laitiers ne peuvent concurrencer.

Schoenmakers constate également que l'élevage de bétail dans sa région s'amenuise. "Avant, il y avait dix sociétés mixtes ici dans la rue. Aujourd'hui, je suis seul ici et il y en a quelques autres un peu plus loin dans la rue". Pour le reste, la zone est encore assez diversifiée avec un certain nombre d'exploitations agricoles, porcines, laitières et avicoles. Schoenmakers s'inquiète parfois de la façon dont le secteur agricole - dans lequel il travaille avec beaucoup de passion et de dévouement - exerce de temps en temps une pression sur la liberté d'entreprendre. "En raison de l'incertitude, il est difficile de faire des affaires à l'avenir et il est toujours douteux que vous fassiez le bon choix".

Données ferme laitière Schoenmakers 

Hans Schoenmakers possède 117 vaches laitières avec 35 génisses et 40 veaux. Au total, 40 hectares sont cultivés, dont 32 hectares d'herbe, 6 hectares de maïs ensilage et 2 hectares de betteraves fourragères. Le type de sol de la ferme est en grande partie un sol sablonneux avec une portion de sable limoneux. La récolte de maïs de l'année dernière était de 31.219 31.206 LG. Pour cette année, LG 31.219 a été choisi pour le sol limoneux et LG 10.500 pour le sol sableux plus léger. La production des vaches laitières est de 4,60 3,60 litres de lait à XNUMX % de matières grasses et XNUMX % de protéines.

Système d'alimentation spécial 
Hans Schoenmakers est fier de son entreprise et en fait preuve de prudence. La première partie de l'étable à stabulation libre a été construite en 1976. Il s'agissait d'une étable à 6 rangs sans couloir d'alimentation. Derrière la grange se trouvaient trois silos, d'où les vaches extrayaient elles-mêmes la nourriture. Deux silos étaient utilisés pour l'herbe et un pour le maïs. "Parce que le système d'alimentation était assez particulier, Wageningen UR a mené des études à l'époque pour surveiller le comportement paisible de nos vaches". En 1985, un silo a été enlevé et une allée d'alimentation plus 1 rangée de logettes a été ajoutée. « Le fait que les vaches se nourrissent elles-mêmes de l'ensilage présentait de nombreux avantages, mais il y avait aussi des inconvénients. Par exemple, les vaches devaient sortir le fourrage à cause du vent et des intempéries. Il y avait beaucoup de fumier et d'urine dans devant les silos. Vous avez également constaté une nette différence de comportement alimentaire entre les vaches. L'une mangeait beaucoup plus de maïs, l'autre moins. Du coup, certaines vaches devenaient trop grasses et d'autres trop maigres. ruelle."

En 2007, il y a eu un changement dans les opérations commerciales. Les truies reproductrices ont ensuite été éliminées et l'étable existante a été agrandie sur le site de la porcherie. En 2008, le nombre de vaches a doublé. En 2021, la salle de traite 2 x 6 chevrons a été remplacée par deux robots GEA d'occasion. Schoenmakers en est jusqu'à présent satisfait et satisfait de l'achat "les vaches qui en ont besoin peuvent maintenant être traites une fois de plus. C'est aussi un soulagement pour moi dans ma charge de travail". 

À l'intérieur de la nouvelle partie de l'étable laitière. Cette section a été construite en 2008
La section construite en 1985 avec une rangée de logettes à gauche et un couloir d'alimentation au milieu. La grange à stabulation libre à 6 rangs de 1976 est encore visible en arrière-plan. Le mur de droite sert également de mur pour le silo à tranchée.
Le plus ancien silo de la cour. Cette période est alimentée à partir d'une fosse à lasagnes. Le mur de gauche est aussi le mur de l'écurie. Dans le passé, les vaches à l'arrière pouvaient manger elles-mêmes sur la bosse.
La fosse à lasagnes.
Les robots GEA d'occasion dans la nouvelle partie de l'étable.
Un aperçu de l'écurie Schoenmakers.
La boîte à tartiner que Schoenmakers utilise pour remplir les boîtes. Cela peut être placé derrière le plus petit tracteur et à travers les portes arrière, il peut remonter les grilles pour remplir les caisses.
Schoenmakers mélange ses aliments depuis longtemps et est satisfait de sa mélangeuse Faresin.
Les betteraves fourragères récemment récoltées chez Schoenmakers.
La combinaison avec laquelle les betteraves fourragères sont récoltées chez Schoenmakers et les autres éleveurs laitiers.
L'ancien abreuvoir Schoenmakers. Récemment, un nouveau a été acheté qui n'avait pas encore été livré. Il était satisfait de cette machine, mais avec la nouvelle, il espère pouvoir éliminer encore plus de contamination.
Les plus petits veaux sont dans une section séparée.
Schoenmakers essaie autant que possible de travailler avec des groupes de quatre aux mollets et de continuer à avancer avec cela.

"Je préfère avoir une génisse ordinaire de moi plutôt qu'une bonne des autres"
Schoenmakers aime parler du développement de son troupeau laitier. "Traditionnellement, nous avions un troupeau MRIJ. Plus tard, j'ai commencé à élever des vaches HF rouges et blanches et nous avons également essayé des croisements. Aujourd'hui, je n'utilise que des taureaux HF noirs et blancs, l'accent étant principalement mis sur le pis et les pieds et jambes. jambes en particulier est un point d'attention pour moi. Il est maintenant raisonnablement bon, mais doit encore être amélioré », Schoenmakers résume ses objectifs d'élevage. Le lait de Schoenmakers est fourni à FrieslandCampina et les aliments pour animaux ABZ sont fournis : « En partie à cause des fusions d'entreprises locales d'aliments composés, nous sommes venus chez ABZ. Je ne suis pas quelqu'un qui change rapidement, tant que le rapport qualité/prix est bon ».

En ce qui concerne la culture de fourrage grossier et les travaux agricoles, la plupart des travaux sont sous-traités à des entrepreneurs agricoles. Le fanage et le ratissage sont effectués par Hans lui-même et il aide généralement à la tonte en faisant lui-même les petites parcelles. En plus du maïs et de l'herbe, Schoenmakers cultive également depuis plusieurs années des betteraves fourragères. "Avec deux autres producteurs laitiers de la région, nous récoltons les betteraves par étapes. Généralement pendant une période de deux à trois semaines. Un collègue du quartier a une moissonneuse devant le tracteur, qu'il utilise ensuite pour visiter les agriculteurs. . Parfois, nous allons récolter jusqu'en mars." Schoenmakers dispose d'un plateau de broyage qui nettoie et broie les betteraves pour nourrir les betteraves. 

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Ronald Smith

Stagiaire au Boerenbusiness Tour de fourrage

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception