LM

Tour de fourrage semaine 45 - betteraves fourragères

La betterave fourragère augmente les niveaux dans le lait, mais la récolte varie

14 Novembre 2022 -Manon van der Meer

Les éleveurs laitiers qui participent au Boerenbusiness Tour de fourrage sont occupés à nourrir et à récolter les betteraves fourragères. L'alimentation des betteraves fourragères se répercute sur la production laitière, selon leurs expériences. La récolte varie, mais s'avère décevante pour certains éleveurs laitiers.

À Hans Schönmakers d'Udenhout (Nord Brabant) 15 tonnes de betteraves fourragères sont enlevées toutes les deux semaines. Avec cela, il nourrit ses vaches avec environ 10 kilos de betteraves fourragères par vache et par jour. Il fait ça depuis deux mois. Cela a augmenté la teneur en matières grasses de 0,2 % et sa teneur en protéines de 0,1 à 0,15 %. Schoenmakers dit que cela ne peut pas être entièrement lié aux betteraves fourragères, car il a également commencé à nourrir du nouveau maïs pendant cette période. Il ne sait pas encore exactement combien de tonnes de Schoenmakers tireront de la terre. Il soupçonne qu'il devrait être supérieur à 100 tonnes par hectare de toute façon. Le rendement n'est pas trop mauvais pour lui, malgré la sécheresse. Les betteraves fourragères sont nourries fraîches, après avoir été nettoyées à sec et broyées. 

Les vaches apprécient les betteraves fourragères chez Hans Schoenmakers d'Udenhout

aussi Joost van Nostrum de Sint-Oedenrode (Brabant du Nord) les betteraves fourragères sont alimentées à partir de mi-septembre. Il le fait pour la quatrième année consécutive. Van Nostrum nourrit les vaches avec 12 kilos de betteraves par vache et par jour, la teneur passant de 3,65 % à 3,85 % de protéines et de 4,6 % à 4,9 % de matières grasses. Les autres années, Van Nostrum indique que la teneur dans le lait était même montée à 5,15 % de matières grasses. Les betteraves fourragères sont fraîchement alimentées et coupées dans le wagon mélangeur. Un tiers des betteraves fourragères a été récolté durant cette période. 

La sécheresse a un impact
Bert Wissel de Hengelo (Gueldre) a encore des betteraves fourragères en terre. La semaine prochaine, toute la parcelle sera récoltée en une seule fois. Wissels s'attend à un faible rendement en raison de la sécheresse et de la forte pression des mauvaises herbes cette année. En conséquence, il s'attend à une récolte de moins de 100 tonnes par hectare. Cela alors qu'il peut facilement récolter 140 tonnes par hectare dans une bonne année. Wissels s'attend à ce que l'alimentation des betteraves fourragères augmente la teneur en lait à 5 % de matières grasses et 4 % de protéines. 

A Wapse (Drenthe) près de Robert Welhouse les betteraves fourragères sont encore au sol. Welhuis s'attend également à les récolter cette semaine. Il nourrit toujours des betteraves fourragères à base de maïs d'il y a deux ans. Cette année, tout comme l'année dernière, Welhuis fournira les betteraves fourragères fraîchement broyées. D'après ce qu'il peut voir maintenant, le rendement au champ est très décevant. Comme il le dit lui-même : "ce sera la pire récolte des dix dernières années que je cultive des betteraves fourragères". Cela est dû à la sécheresse et à la chaleur, la feuille a eu du mal avec la chaleur et la sécheresse. Il y avait aussi plus de mauvaises herbes cette saison. Welhuis prévoit de nourrir les betteraves fourragères fraîches jusqu'en avril. 

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Manon van der Meer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception