À l'intérieur : marché aux cochons

Le marché du porc n'est pas encore prêt à augmenter

10 Novembre 2017 - Wouter Job

Des chiffres d'abattage vertigineux et des cotations stables caractérisent le marché néerlandais du porc. Est-ce que ça va rester comme ça jusqu'à la semaine prochaine ?

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le marché du porc du nord-ouest de l'Europe a une nouvelle fois passé la semaine sans encombre. En Allemagne, le prix du porc (ZMP) est resté à 1,45 € le kilo. L'échange Internet a balayé le moins du mardi vendredi et a augmenté de 0,01 € à 1,47 € le kilo. Après quelques semaines lentes, la majorité des 2.200 XNUMX porcs proposés ont finalement été à nouveau commercialisés.

Passer à autre chose est moins un problème

Cela peut être considéré comme un signe que le bas du marché du porc se renforce, mais rien de plus. Le chemin vers le sommet est bloqué par une grande quantité de porcs. Plusieurs commerçants signalent que l'ajustement, le glissement et la mesure diminuent. Dans le même sens, on ajoute que les abattoirs n'ont plus de trous et que la semaine prochaine encore de nombreux porcs lourds sont au programme.  

Chaque crochet d'abattage rempli
Le fait qu'il y ait eu moins d'abattages dans les pays voisins la semaine dernière se reflète dans les chiffres d'abattage. Par rapport à la semaine précédente, il y a eu 18 % d'abattages en moins pour 832.535 15 porcs en Allemagne. En France, les lignes d'abattage étaient plus de 314.354 % moins remplies, ce qui se traduit par 98,5 1 porcs abattus en dessous de la ligne. Les poids en Allemagne sont stables d'une semaine sur l'autre à environ XNUMX kilos, soit à peine XNUMX kilo de plus que la même semaine l'an dernier. 

Plus de 6 300.000 porcs ont été abattus aux Pays-Bas pendant 314.000 semaines consécutives. Avec 6,5 2016 abattages, les hameçons étaient environ 320.000 % plus remplis la semaine dernière que la même semaine en 10. Dans la dernière semaine complète d'octobre, ce pourcentage, avec 0,87 95,40 abattages, était même de XNUMX %. Les poids ont chuté de XNUMX kilos la semaine dernière pour atteindre une moyenne de XNUMX kilos. Jamais il n'y a eu autant de massacres à cette époque de l'année. 

(Le texte continue sous le tableau)Les chiffres des abattages en disent long 

Concurrence pour les ventes de viande  
Sur le marché européen de la viande, les abattoirs allemands et espagnols semblent se faire concurrence pour proposer la viande au meilleur prix. Ils essaient de saisir les volumes en fonction du prix. Il existe actuellement une demande croissante de l'industrie de la viande pour la production de hamburgers et de saucisses (fumées). À l'approche de Noël, la demande de viande fraîche (de porc) augmentera probablement également. Cela donne au marché du porc, sur le papier, un certain soutien. Bien que la vente de jambons et de bacon soit encore plutôt terne. 

On s'attend à ce qu'il y ait peu de place pour une augmentation. En fait, il y a même un abattoir qui met l'ambiance en indiquant qu'il baisse encore, car avec le prix d'achat actuel un moins est réalisé sur le porc entier. Selon certains commerçants, le calme est la devise et il ne faut pas trop forcer, car le marché est trop fragile pour cela. C'est pourquoi la bourse DCA 2.0 reste à 1,36 € par kilo pour les porcs abattus. Le prix du porc vivant est inchangé à 1,07 € le kilo. 

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login