Pour les agriculteurs

Analyse Pour les agriculteurs

Comment ForFarmers s'est déformé

14 mai 2019 - Wouter Job

Pour parler en termes sportifs : ForFarmers n'est pas en forme. Le groupe d'alimentation animale coté en bourse a réussi année après année à démentir de merveilleux chiffres, mais depuis l'été 2018, on assiste à un renversement de tendance. Depuis lors, un avertissement sur résultats a été émis à deux reprises et la valeur de l'action a presque diminué de moitié. Comment est-ce possible?

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

En 2000, la fusion d'une série de coopératives régionales d'alimentation animale a abouti à la fusion d'ABCTA, le prédécesseur de ForFarmers. En 2006, le nom a été changé pour ForFarmers, dans l'espoir de gagner en popularité à l'échelle internationale. Depuis lors, la coopérative d'aliments pour animaux est devenue la huitième plus grande entreprise d'aliments composés au monde et la plus grande d'Europe.

ForFarmers se démarque
ForFarmers ne peut pas être qualifié d’entreprise grise d’alimentation animale, mais veut plutôt paraître fraîche, ambitieuse et parfois un peu effrontée. Après tout, il faut du courage pour vouloir être le meilleur. ForFarmers est fermement convaincu que le Brexit ne fait que créer des opportunités. Que les attentes le groupe ne s'en cache pas. Ces déclarations sont peut-être un peu naïves, étant donné que l’avenir du Royaume-Uni est incertain. ForFarmers s'est également distingué ces dernières années par sa démarche d'acquisition et son introduction en bourse en 2016.

L’introduction en bourse n’a pas été réalisée dans le but de lever des fonds, mais principalement pour accroître la notoriété de la marque en dehors du secteur agricole. Après tout, ForFarmers veut être un employeur intéressant afin de pouvoir retenir les talents. Si plusieurs membres de la coopérative FromFarmers étaient initialement réticents, la démarche a néanmoins été franchie sur l'insistance de la direction. Rétrospectivement, on entend peu de commentaires négatifs, à partir desquels on peut conclure que l’introduction en bourse a été un succès.

Part stable sur le long terme
Le temps joue également en faveur de ForFarmers. Depuis l’introduction en bourse, le prix a affiché une nette tendance à la hausse, soutenue par le climat boursier positif. Cela a fait taire les sceptiques, car ils voyaient leurs titres de propriété gagner en valeur. ForFarmers a également pu réfuter d’excellents résultats ces dernières années. Les ventes d’aliments pour animaux augmentent chaque année et ForFarmers dispose de suffisamment d’argent pour acheter des entreprises intéressantes. Divers analystes ont également été positifs à l'égard de ForFarmers ces dernières années et ont décrit l'action comme un investissement stable à long terme.

Les ambitions de rachat de ForFarmers se sont réalisées. Ces dernières années, le groupe d’alimentation animale a racheté 10 sociétés. Aux Pays-Bas, Vleuten-Steijn a été repris, mais plusieurs partis belges ont également reçu les couleurs bleu-vert. En 2018, elle a réalisé une acquisition en Pologne. Le groupe d'alimentation animale est désormais actif dans 5 pays (Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Pologne et Royaume-Uni). Contrairement à d’autres grandes entreprises néerlandaises d’aliments pour animaux (telles qu’Agrifirm et De Heus), implantées dans le monde entier, ForFarmers n’exerce ses activités qu’en Europe. Cette approche est délibérément adoptée afin d'être (presque) leader du marché dans les pays actifs.

Frappé par un été sec
Jusqu’à l’été 2018, il n’y avait aucun problème pour ForFarmers. La diminution du cheptel laitier (due au plan de réduction des phosphates) n'a eu que peu d'influence sur les chiffres de vente et les volumes de ventes dans d'autres secteurs ont augmenté. En raison de l'été sec, la volatilité sur le marché des matières premières s'est soudainement accrue, ce qui a fait grimper considérablement le prix du blé et de l'orge. ForFarmers a déclaré qu'il ne pouvait pas répercuter cette augmentation sur ses clients en temps opportun.

Les faibles niveaux d'eau sur les voies d'approvisionnement à proximité des usines posaient un autre problème, ce qui signifiait que la logistique s'effectuait en partie par route. Cela impliquait des coûts supplémentaires. Les chiffres du troisième trimestre 2018 ont montré une rupture de tendance et juste avant le début de l'année, l'entreprise d'aliments pour animaux a officiellement annoncé un avertissement sur les bénéfices désactivé. Les investisseurs étaient donc attirés par l’attente de résultats nettement inférieurs.

Le cours de l'action ForFarmers est en baisse depuis l'été 2018. Depuis, le titre a presque diminué de moitié, pour atteindre un cours de clôture de 7,05 € par action le vendredi 10 mai. Même si l’été sec fait déjà un certain temps, ForFarmers n’a pas encore réussi à inverser la tendance. Le premier trimestre 2019 a encore été moindre. De plus, début mai, il a été annoncé que l’année 2019 ne s’annonce pas encore meilleure. Dans le prospectus des résultats semestriels, l'entreprise estime que l'EBITDA (bénéfice d'exploitation) diminuera de 30 à 35 %, tandis que le bénéfice net sera probablement divisé par deux.

Les intérêts des agriculteurs sont centraux
ForFarmers est donc moins performant, même si le revers de la médaille est que les intérêts des agriculteurs passent avant ceux des investisseurs. Pour rendre le prix des aliments compétitif, l’entreprise d’aliments pour animaux se contente depuis des mois de marges plus faibles. Cela réfute effectivement le contre-argument en faveur de l’introduction en bourse, selon lequel les rendements des investisseurs occuperont une place centrale. La devise : « par les agriculteurs, pour les agriculteurs » est toujours d'actualité après l'introduction en bourse.

De diminution du bétail En toile de fond, une évolution inquiétante se dessine en Europe du Nord-Ouest. ForFarmers n'est actif « que » dans une poignée de pays du nord-ouest de l'Europe, ce qui signifie que la diminution du cheptel aux Pays-Bas et en Allemagne est particulièrement difficile. Le pas vers Pologne a donc été prise en connaissance de cause, car l'élevage n'y est pas pieds et poings liés. Du point de vue de la répartition des risques, il est fort possible qu'un sixième pays vienne s'y ajouter à terme. La question est de savoir si ce sera un pays européen ou si ForFarmers regardera plus loin.

Des conditions difficiles 
Aux Pays-Bas, ForFarmers poursuit ses acquisitions. En mars, la direction de ForFarmers a déclaré qu'elle ciblait toutes les entreprises néerlandaises d'aliments composés. Grâce à ces acquisitions, le volume des ventes aux Pays-Bas devrait être maintenu à un niveau raisonnable. Avec la montée en puissance des automélangeurs et la diminution du nombre d'éleveurs, la situation dans notre propre pays reste néanmoins difficile.

Les éleveurs restants deviennent de plus en plus grands et acquièrent ainsi une meilleure position de négociation. Les fabricants néerlandais d’aliments composés devront probablement se faire encore plus concurrence dans les années à venir pour retenir ceux qui restent. C’est pourquoi ForFarmers ajoute de l’eau (en termes de marges) depuis des mois. L'organisation des achats du groupe peut en tenir compte. En raison du changement climatique, les mauvaises récoltes sont plus susceptibles de se produire dans les différentes régions de production, ce qui signifie que les marchés des matières premières restent volatiles.

Entreprise solide
ForFarmers finira sans doute par présenter à nouveau une meilleure présentation, même si l'arrière-goût après quelques trimestres médiocres est que le groupe de l'alimentation animale est sensible aux incidents (météo). L’époque de la croissance effrénée appartient probablement au passé. Malgré la baisse de forme, ForFarmers est et reste une entreprise capable de résister aux coups durs. En outre, c'est l'une des rares entreprises agricoles dont les investisseurs peuvent bénéficier, même si le cours de l'action a encore du temps à parcourir avant de revenir à son niveau antérieur. Les ForFarmers doivent d’abord se remettre en forme. 

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login