Shutterstock

Actualités Crise de la couronne

Les ventes de porcs aux États-Unis harcelées par la discrimination

25 mai 2020 - Jorine Cossé

Le secteur porcin américain est sous le charme de la crise du coronavirus. L’avenir des petits élevages porcins est en jeu maintenant que les grandes entreprises tentent de voler leurs ventes.

Jim Hagedorn, représentant de l'État du Minnesota, tire la sonnette d'alarme dans une lettre adressée au ministre de l'Agriculture, Sonny Perdue, selon laquelle des interventions majeures dans le secteur porcin écarteraient sournoisement les ventes des petites exploitations familiales.

La crise du coronavirus a durement frappé le secteur porcin américain. On s’attend à ce qu’environ 10 millions de porcs soient ainsi euthanasiés. Ceci est le résultat de la fermeture de plusieurs abattoirs dans le pays. Alors que chaque entreprise porcine a du mal à vendre ses animaux, la rumeur court désormais que les grandes entreprises d'intégration porcine tentent de mettre de côté les ventes des petites exploitations familiales.

Intégration vs. affaire de famille
Selon Jim Hagedorn, les chiffres du Price Reporting du Département de l'Agriculture des États-Unis (USDA) montrent que les ventes d'intégrations ont augmenté de 7,4 % entre janvier et mai. Et ce, alors que les chiffres d'affaires des entreprises familiales ont chuté jusqu'à 8,8 %. Très inquiétant, étant donné que la transformation des porcs est très difficile. Une baisse dans les deux cas serait plus logique.

C'est pourquoi Hagedorn demande au secrétaire américain à l'Agriculture, Perdue, de corriger cette situation si elle s'avère effectivement discriminatoire. Selon Hagedorn, il est important que le secteur reste exempt de pratiques déloyales, afin que chaque éleveur de porcs ait une chance équitable de survivre à cette crise.

Poulet et viande rouge
Outre les problèmes rencontrés dans le secteur porcin, d’autres secteurs de la viande souffrent également de la crise du coronavirus. La production de viande rouge a chuté de 23 % en avril par rapport à mars. Les transformateurs de viande n'auraient pu fonctionner qu'aux trois quarts de leur capacité, ce qui a porté un coup dur à l'industrie de la transformation de la viande et aux producteurs.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Jorine Cossé

Éditeur chez Boerenbusiness qui étudie les marchés du lait, du porc (viande) et de l'alimentation animale. Jorine analyse hebdomadairement le marché du fourrage grossier et périodiquement le marché des aliments composés.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login