Agriphoto

Actualités moniteur de liquidité

Un éleveur de porcs d'engraissement ferme 2020 comme en 2019

28 janvier 2021 -Chanti Oussoren - Commentaires 7

La liquidité des éleveurs de porcs était très bonne début 2020, mais au fil de l'année, le compte courant s'est encore détérioré. Au dernier trimestre, le compte courant s'élevait en moyenne à 81.000 29.000 €, soit 2019 2021 € de moins qu'à la même période en XNUMX, selon le moniteur de liquidité d'ABN Amro. Le compte courant des éleveurs de truies en particulier s'est détérioré. Quelle est l'attente pour XNUMX?

Début 2020, les liquidités des éleveurs de porcs ont commencé à s’améliorer. Cela est dû à la hausse des prix de la viande et des porcelets. Cependant, au fil de l’année, les prix ont fortement chuté en raison de la crise du coronavirus et des barrières commerciales. Lorsque la peste porcine africaine (PPA) a également frappé l'Allemagne, les prix sont tombés à un point bas et les liquidités moyennes des éleveurs de porcs ont fortement chuté.

Les prix des porcelets aux Pays-Bas sont passés de 89 € en mars à 25 € en décembre. Les prix des porcs à l'engrais ont également subi une baisse significative, passant de 1,86 € le kilo en mars à 1,25 € en décembre. Les dépenses totales d'un élevage porcin moyen ont été légèrement inférieures au quatrième trimestre 2020 par rapport à 2019, principalement en raison de la baisse des coûts d'achat des porcelets dans les élevages de porcs à l'engrais.

Les entreprises porcines ont attiré moins d’argent et dépensé moins en investissements. Les banques ont également suspendu leurs remboursements et moins d’impôts ont été payés.

Les éleveurs de truies subissent de nombreux dégâts
Le compte courant des éleveurs de truies, en particulier, s'est rapidement détérioré au cours du second semestre. Au quatrième trimestre, le prix des porcelets est tombé bien en dessous du prix de revient et le flux de trésorerie est devenu négatif en moyenne de 56.000 2019 unités. Par rapport à la même période de 40.000, cela représente une diminution de près de XNUMX XNUMX €.

Les dégâts chez les éleveurs de porcs à l'engrais ont été quelque peu limités par rapport à l'année précédente. Le compte courant s'élevait à 2020 116.000 fin 2019, ce qui reste pratiquement le même qu'en XNUMX. Les éleveurs de porcs d'engraissement ont pu compenser dans une certaine mesure la baisse des prix par la baisse des coûts d'achat des porcelets. Toutefois, au cours des mois d'avril à juillet, la baisse des prix des porcelets n'a pas apporté une compensation suffisante. La liquidité s'est légèrement améliorée au cours des mois d'août à novembre, car les prix des porcelets ont ensuite encore baissé.

Incertitude également en 2021
L’année écoulée a été une période pleine d’incertitudes pour les éleveurs de porcs. La situation ne s’annonce pas non plus tout à fait rose pour 2021, et l’AVP et le corona laissent leur empreinte sur le marché. Les ventes de viande de porc destinées à l'horeca pourraient à nouveau augmenter au cours de l'année, à condition que la propagation du coronavirus soit limitée.

La situation sur le marché porcin allemand restera probablement un facteur perturbateur sur le marché porcin européen. Ils s’y emploient pour freiner l’offre excédentaire de porcs à l’engrais. On s’attend à ce que cela soit supprimé dans les mois à venir, mais les barrières à l’exportation auxquelles l’Allemagne est confrontée ne disparaîtront pas à court terme.

Réduire les chiffres
En raison de la restructuration de l’élevage porcin, le nombre de porcs devrait encore diminuer en 2021. ABN Amro s'attend à une diminution d'environ 7% du cheptel porcin, cette diminution étant principalement due au nombre de truies. La banque prévoit également que le nombre d'éleveurs de truies en Allemagne diminuera considérablement en raison des conditions de marché difficiles et du débat social et politique dans le pays sur les exigences en matière de bien-être des porcs. ABN Amro n'exclut pas une baisse du cheptel de truies de plus de 10 %.

Les prix des porcelets et des porcs à l'engrais devraient s'améliorer au premier semestre, prédit la banque. Tant que l'AVP ne vient pas aux Pays-Bas et que la crise du coronavirus devient moins grave, la banque s'attend à une amélioration des liquidités en 2021.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Chanti Oussoren

Éditeur chez Boerenbusiness qui étudie les marchés du lait, du porc (viande) et de l'alimentation animale.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 7
Abonné
Roulade 28 janvier 2021
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/varkens/artikelen/10890808/vleesvarkenshouder-close-2020-af-equal-to-2019]Vleesvarkenshouder clôture 2020 comme 2019[/url]
quelle calculatrice utilises-tu ?
Si l'on part du fait que pour un certain nombre d'entrepreneurs, les intérêts et les remboursements sont quelque peu subordonnés, on peut alors suggérer que le solde bancaire était à peu près le même à la fin de l'année à deux reprises, mais je pense que ces banques veulent quand même cet argent, DROITE? Je pense donc que cela s’appelle combler les lacunes, et aucun entrepreneur n’en a jamais bénéficié.
Parce que je calcule simplement que mon achat de porcelets est devenu environ 7,50 euros moins cher et que mes porcs se sont vendus environ 13 euros moins chers. Les aliments pour animaux sont devenus plus chers, je pense donc être revenu à l'agriculture en tant qu'agriculteur.................................
Abonné
janus 28 janvier 2021
Oui, Roulade, je pense que tu as raison, mais tu sais désormais que tout le monde autour de l'agriculture vante toujours la victoire, et que toi seul as le sentiment que ça ne va pas pour toi. il suffit de regarder dehors et de VOIR ce qui se passe !!, tout le luxe ??
Abonné
vérité 31 janvier 2021
L’élevage porcin aux Pays-Bas est terminé
Vaillante 1 février 2021
janus a écrit:
Oui, Roulade, je pense que tu as raison, mais tu sais désormais que tout le monde autour de l'agriculture vante toujours la victoire, et que toi seul as le sentiment que ça ne va pas pour toi. il suffit de regarder dehors et de VOIR ce qui se passe !!, tout le luxe ??
C'est vrai, Janus, nos « amis » de la périphérie peuvent raconter une saucisse au fermier. Le comptable m'a récemment dit en toute honnêteté que le mérite, entre autres, L’élevage porcin (chez les agriculteurs) est mauvais depuis des années, mais nous le savions déjà.
Les agriculteurs modestes ayant de faibles coûts gagnent souvent « étonnamment », « bien », ce qui est logique. Et les agriculteurs que les gens pensent de l'extérieur sont ceux où l'on gagne de l'argent, il y a un drame dans les coulisses dans les livres, ou l'entreprise a plusieurs propriétaires, souvent des entreprises de la périphérie, et l'agriculteur est alors le gestionnaire avec une petite part. qui est souvent encore autorisé à supporter les risques et les coûts de l'échec.
Loup 1 février 2021
Il se passe toujours beaucoup de conneries dans le secteur agricole. Le conseiller en alimentation dit que vous payez trop cher pour la vaccination, le vétérinaire pense que vous en recevez trop peu pour les porcelets et le commerçant de porcs dit que vous payez trop cher pour l'alimentation.

Lorsque vous les confrontez et leur dites que vous avez fait des recherches et qu’il s’est avéré qu’ils vous prennent tous trop de marge, ils ont le visage rouge.
Abonné
poli 1 février 2021
Ils n'ont plus les cheveux roux, beaucoup souffrent de leur ego et semblent intouchables, sans émotions
1 février 2021
polo a écrit :
Ils n'ont plus les cheveux roux, beaucoup souffrent de leur ego et semblent intouchables, sans émotions
Eh bien, ces vendeurs sur le terrain ne sont souvent pas de tels héros et lorsque vous posez des questions difficiles, ils ne sont pas autorisés à faire quoi que ce soit car le directeur commercial doit alors passer en premier. Intouchables, etc. c'est la dernière chose qui me vient à l'esprit quand je pense aux gens qui travaillent en périphérie, peut-être qu'ils essaient de paraître comme ça, mais ensuite je ne le remarque pas ou ça ne marche pas, ils préfèrent rester raide sous la tension.

Vous pouvez voir qu’ils suivent tous et ont suivi le même cours. Ils racontent tous la même histoire et de la même manière, mais ils utilisent des noms de marque et d’entreprise différents, donc au moins vous pouvez découvrir une certaine distinction entre les conversations que vous avez avec ces personnes. Comme s'ils jouaient un disque.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Actualités Les cochons

Une chaîne porcine néerlandaise craint une PPA imminente

Actualités Les cochons

La Chine importe à nouveau du porc belge

Actualités Les cochons

La Chine autorise les importations de porc russe

Actualités Les cochons

La peste porcine apparaît en Suède chez les sangliers

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login