Shutterstock

Actualités L'azote

Les Belges font aussi des coupes pour la réduction de l'azote

1 mars 2022 -Steve Wissink

L'azote n'est pas seulement un casse-tête pour la politique néerlandaise. En Belgique aussi, les politiciens - en partie à cause de divers jugements - ont été confrontés à la tâche de proposer un plan d'avenir pour l'azote. La semaine dernière, des décisions ont été prises chez nos voisins du sud. L'élevage porcin en particulier devra se contracter. Les plans coûteront des milliards.

En Belgique, le gouvernement du Premier ministre belge Jambon est parvenu la semaine dernière à un accord sur la manière de réduire les émissions d'azote en Belgique. Le problème de l'azote en Belgique a été clairement mis en évidence lorsque le juge a statué dans une affaire concernant la construction d'un grand poulailler à Kortessem que les politiques ne faisaient pas assez pour résoudre le problème de l'azote. La pression exercée sur le pays s'est également accrue de la part de l'Europe pour trouver une meilleure approche du problème.

Des conséquences importantes pour l’élevage
Les accords conclus dans le cadre de « l'accord crocus » auront un impact significatif sur le secteur de l'élevage. Un groupe d'une soixantaine d'entreprises « rouges », les plus polluantes, seront obligées d'arrêter d'ici 2025 au plus tard. Les gouvernements étaient déjà en pourparlers avec dix-huit de ces entreprises pour fermer leurs activités.

Outre les entreprises rouges, il existe un groupe d'environ 120 entreprises « orange » qui ont reçu du gouvernement une offre de cesser leurs activités. Ces entreprises ne peuvent perdurer que si elles respectent des conditions environnementales plus strictes. Ils devront réduire considérablement les émissions d’azote. S'ils ne veulent pas ou ne peuvent pas répondre à ces exigences, l'entreprise se voit proposer une compensation d'achat.

Outre le rachat des Peak Loaders mentionnés ci-dessus, un programme supplémentaire destiné à l'élevage porcin sera mis en place. Le gouvernement Jambon vise à réduire le nombre de porcs de 2030 % d'ici 30. Un programme d'achat supplémentaire sera mis en place à cet effet, doté d'un budget de 200 millions d'euros. Les éleveurs de porcs et de volailles devront également réduire leurs émissions à un niveau stable de 2030 % d’ici 60. Des réductions légèrement inférieures s'appliquent aux fermes laitières.

Les parties ont exprimé leur inquiétude
Les groupes de défense des agriculteurs sont préoccupés par les mesures annoncées. Le Syndicat général des agriculteurs (ABS) qualifie cet accord de "pilule amère qui laissera un mauvais arrière-goût pendant longtemps".

En politique, certains partis d’opposition sont également sceptiques. Le Vlaams Belang estime que le secteur agricole est mis en cause et craint pour l'avenir de l'élevage et celui des jeunes agriculteurs. Le parti progressiste des Verts s'inquiète de savoir si les objectifs fixés par la décision sur l'azote et l'Europe seront atteints. Le parti d'opposition Vooruit considère cet accord comme un gaspillage d'argent public. "Le gouvernement flamand rachète aujourd'hui pour des milliards d'euros des autorisations qu'il n'aurait jamais dû accorder", affirment les députés du parti.

L’accord belge sur l’azote coûtera aux contribuables du pays environ 3,6 milliards d’euros.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Steve Wissink

Stef Wissink est éditeur chez Boerenbusiness et écrit sur les développements actuels du marché des produits laitiers et porcins. Il suit également l'agrobusiness néerlandais et international.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Fond Humeur azotée

Chamber prépare le bal pour le premier succès de Wiersma en fumier

Actualités Mest

FrieslandCampina et Rabo se concentrent sur la fermentation du fumier

Actualités L'azote

Azote et phosphate au-dessus du plafond renforcé d’ici 2025

Fond Humeur azotée

Aerius, errata et autres données impures

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login