Shutterstock

Actualités Les cochons

Rabobank voit les pénuries augmenter dans l'élevage porcin

26 Juillet 2022 - Wouter Job - Commentaires 5

Les bénéfices alimentaires dans l'élevage porcin sont loin derrière la moyenne à long terme. Le secteur doit faire face à deux incertitudes majeures : la politique de l'azote et la menace de la peste porcine africaine. De plus en plus, les entrepreneurs se tournent vers Rabobank pour obtenir des financements supplémentaires, a déclaré le responsable du secteur René Veldman lorsqu'on lui a demandé. 

Les coûts (alimentaires) ont augmenté pour tous les éleveurs aux Pays-Bas, mais seuls les éleveurs de porcs ne voient pas cela suffisamment compensé par des revenus plus élevés, souligne Rabobank. "Les bénéfices des aliments sont loin derrière, il n'est donc pas surprenant que les entrepreneurs utilisent leurs actifs", déclare Veldman. Il ne s'agit pas de grands nombres, mais les demandes affluent de plus en plus. Les problèmes de liquidité touchent principalement les éleveurs de truies, mais parfois aussi les éleveurs de porcs d'engraissement. La situation est devenue encore plus désastreuse maintenant que le régime TVL a été aboli. "Nous allons certainement aider les entreprises ayant des perspectives suffisantes et une bonne prévision de rentabilité."

Toujours un surplus de viande
À l'exception de l'Espagne, la production de viande est en baisse dans presque tous les pays européens. Dans la superpuissance porcine allemande elle-même, une baisse de la production de 11,7 % est visible. Aux Pays-Bas, c'est presque 4 %. Pour 2022, Rabobank s'attend à ce que la production de porc dans les 27 pays de l'UE chute d'environ 3 %. Contrairement à la baisse de la production de viande, les chiffres des exportations en dehors de l'Europe sont également en baisse. Dans l'ensemble, il y aura toujours un excédent de porc de 200.000 XNUMX tonnes à travers l'Europe au cours des quatre premiers mois de cette année, calcule Veldman. Une nouvelle contraction est donc une évolution souhaitable pour rétablir l'équilibre entre l'offre et la demande.

Rabobank est plus optimiste quant aux opportunités de vente en Chine au second semestre de cette année. Le prêteur s'attend également à ce que les coûts d'alimentation diminuent. Cependant, en raison de la menace de peste porcine africaine, il est très incertain que les Pays-Bas puissent bénéficier de l'amélioration de la demande d'exportation chinoise. Après tout, lorsque le virus apparaîtra dans notre pays, de nombreux marchés hors de la zone euro fermeront, avec toutes les conséquences que cela implique. 

L'azote freine les investissements
Un autre facteur d'incertitude est la politique de l'azote. Selon Veldman, cela inhibe les plans d'investissement des éleveurs de porcs, s'il y en avait. "Quand il y a du brouillard, il n'est pas sage d'accélérer", a déclaré Veldman. Les entrepreneurs doivent rester fermes dans leurs chaussures pour faire face à tous ces défis, conclut la banque. Sur la base de la politique de l'azote, Rabobank a l'agriculture conditions de financement durcies. Les perspectives d'avenir d'une entreprise et l'application de mesures de durabilité deviennent de plus en plus importantes. 

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Wouter Job

Wouter Baan est rédacteur en chef de Boerenbusiness. Il se concentre également sur les marchés des produits laitiers, du porc et de la viande. Il suit également les développements (commerciaux) au sein de l’agro-industrie et interviewe des PDG et des décideurs politiques.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 5
Abonné
xx 26 Juillet 2022
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/varkens/ artikel/10899759/rabobank-ziet-shortening-in-varkenshouderij-oplopen]Rabobank constate une augmentation des pénuries dans l'élevage porcin[/url]
Cette comparaison avec le brouillard n'est pas tout à fait valable, car il ne dure jamais longtemps.
Dans le passé, ils disaient toujours à la banque qu'il fallait penser de manière anticyclique, ou est-ce qu'ils en sont revenus.
Abonné
jack 28 Juillet 2022
tout est cher dans l'élevage sauf les cochons...(et ce depuis un moment)
Abonné
gerard 28 Juillet 2022
bienvenue au club les carottes devaient aussi rajouter de l'argent, les betteraves n'étaient pas un gros pot et les oignons étaient à pleurer
et j'espère une meilleure année
Abonné
dans la clandestinité 28 Juillet 2022
Tout ce qui est trop ne vaut rien.
Donc trop de porcs ou un engraissement trop cher.
Abonné
jack 29 Juillet 2022
gérard a écrit:
bienvenue au club les carottes devaient aussi rajouter de l'argent, les betteraves n'étaient pas un gros pot et les oignons étaient à pleurer
et j'espère une meilleure année
oui, mais ces produits étaient bons il y a 2 ans... les cochons toujours pas
Vous ne pouvez plus répondre.

Que fait le courant
cotations porcs et alimentation

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Actualités Melk

La liquidité reste un défi pour les fermes laitières

Actualités Rabobank

Rabobank veut plus de force à son siège social

Analyse Rabobank

Bulletin Carbone Rabo fait une erreur avec un agriculteur

Actualités Chiffres annuels Rabobank

Les agriculteurs demandent encore moins de crédit à Rabobank

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login