Financement BB TV

Est-il possible d'emprunter de l'argent pour les droits de phosphate ?

15 Septembre 2017 - Editeurs Boerenbusiness - Commentaires 22

Les éleveurs laitiers qui veulent acheter des droits de phosphate et qui ont besoin de financement pour le faire sont confrontés à une attitude très réticente de la part des banques. Néanmoins, il existe des possibilités, explique Peter Pals, directeur de Farmers Funding. 

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cette vidéo ? Faites le nous savoir

En savoir plus sur

financieringPeter copains
commentaires
Commentaires 22
Greuste cartoffelbauer 15 Septembre 2017
Ceci est une réponse à cet article :
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/video/bb-tv/video/10875885/is-geld-lenen-voor-phosphatesrecht-possible][/url]
Ensuite, vous l'achetez simplement avec votre propre argent. LA VIE est parfois simple.
Greuste cartoffelbauer 15 Septembre 2017
La vie est si simple
a 15 Septembre 2017
doit d'abord venir la dérogation.
Le fermier Joop 15 Septembre 2017
Si personne n'achète, tout le monde finira par récupérer de l'espace supplémentaire pour le phosphate grâce aux bouchons. Beaucoup plus intelligent que de payer ces prix ridicules.
ça va continuer alors ?? 15 Septembre 2017
Les droits de phosphate continueront-ils alors ? Il y a une promesse : pas de dérogation, pas de droit au phosphate !! Les conditions de dérogation 2018 ne sont même pas connues. Bientôt, ils introduiront une interdiction de la culture du maïs comme conditions. Alors ça devient vraiment amusant
Hans 15 Septembre 2017
Me semble une interview claire, dans laquelle l'intérêt personnel de Peter Pals ne reste pas non exposé.
Écoutez, pour un secteur qui produit du lait, je ne pense pas que ce soit un désavantage qu'il y ait des droits de phosphate, seul le prix sera la pierre d'achoppement.
Plus on dit souvent au marché (donc à nous) qu'on en a besoin, plus on commence à y croire, d'accord..........
Les droits au phosphate, c'est bien, et cette fois je salue l'attitude des banques car des prix exorbitants vont sérieusement détériorer notre prix de revient.
Je pense aussi que c'est merveilleux de voir comment de tels commerçants peuvent si bien manipuler le marché à l'avance que tout le monde commence à y croire !!
Bonne chance à tous, faites votre propre choix !!
andré vw 15 Septembre 2017
Les producteurs laitiers ci-dessus n'ont-ils jamais payé de quota laitier ?
2 euros le litre x 8000 soit 16000 euros pour 1 vache.
Greuste cartoffelbauer 15 Septembre 2017
andre vw a écrit:
Les producteurs laitiers ci-dessus n'ont-ils jamais payé de quota laitier ?
2 euros le litre x 8000 soit 16000 euros pour 1 vache.

Mais les banques étaient toujours gentilles avec les agriculteurs.
andré vw 15 Septembre 2017
Les banques ne doivent pas être gentilles mais pragmatiques.
Accessoirement, je pense que la banque est actuellement un peu "préférée" Je paye désormais 2% d'intérêts à l'époque du Quota autour de 5%.
Hans 15 Septembre 2017
André vw,
C'est justement le gros problème.
Si nous ne faisons pas attention, les Pays-Bas obtiendront un énorme surcoût que les autres pays européens n'ont pas.
andré vw 15 Septembre 2017
Bonjour Hans,

Les banques sont en fait très satisfaites des droits.
De l'argent nouveau est fait (à partir de rien).
Par exemple, une entreprise avec peu de fonds propres (Intensive) a soudainement beaucoup plus de valeur.
Donc moins de risque pour la banque.

Le prix de revient n'est pas trop mauvais 2% d'intérêt de 8000,00 soit seulement 160,00 par vache.
A l'époque de la location de lait, beaucoup de gens payaient 0,20 cents le litre, ce qui fois 8000 litres c'est déjà 1600,00 euros par vache.
Pour info je n'ai pas participé à ça, il y avait plein de collègues infatigables qui m'ont payé ça.
Fermier 15 Septembre 2017
Fin de dérogation bien quand même.

Je n'ai jamais compris pourquoi le maïs relève d'une dérogation chez un éleveur de bétail et non chez le cultivateur d'un voisin.
Fermier 15 Septembre 2017
Fin de dérogation bien quand même.

Je n'ai jamais compris pourquoi le maïs relève d'une dérogation chez un éleveur de bétail et non chez le cultivateur d'un voisin.
Abonné
Dirk 16 Septembre 2017
Si un participant dérogatoire sème du blé, je pense qu'il s'inscrit également dans le ratio de 80 à 20 % de prairies par rapport aux terres arables.
N'a rien à voir avec le type de culture [maïs dans ce cas]
geert 16 Septembre 2017
ce commerce est bon pour les banques et les courtiers, moins bon pour les éleveurs laitiers
Fermier 16 Septembre 2017
Oui, la culture n'a pas d'importance pour la dérogation.

Il reste donc étrange qu'un éleveur de bétail obtienne une dérogation et qu'un agriculteur ne l'obtienne pas.

Probablement en raison de l'utilisation efficace du fumier qui est épandu en février car la fosse est pleine.
Dirk 16 Septembre 2017
Est-ce correct? qu'un agriculteur arable ne peut pas demander une dérogation? Je pense que oui.
Dans tous les cas, il devrait remplir les conditions pour cela, comme 80% de sa superficie en herbe, etc. etc.
Ce n'est pas très réaliste.
info 17 Septembre 2017
Le fait que les droits de phosphate sont à vendre est, je pense, donné par le gouvernement, si nous dépensons le bénéfice qui est actuellement réalisé sur ces droits et ne payons pas de supplément, vous n'imposerez pas de charge financière supplémentaire à votre entreprise et parce que de ces droits achetés l'année suivante, vous aurez plus de profit que l'année prochaine et vous pourrez alors en acheter à nouveau, une croissance lente est certainement meilleure mentalement et mentalement qu'une croissance rapide. Nous devons apprendre à ne pas être trop fous.
Fermier 18 Septembre 2017
Dirk a écrit :
Est-ce correct? qu'un agriculteur arable ne peut pas demander une dérogation? Je pense que oui.
Dans tous les cas, il devrait remplir les conditions pour cela, comme 80% de sa superficie en herbe, etc. etc.
Ce n'est pas très réaliste.


Que doit faire un agriculteur avec de l'herbe ?????

Le fait est qu'il ne peut et ne doit y avoir aucune différence dans les normes d'utilisation entre les cultures arables et l'élevage
Abonné
fabricant de perruque 18 Septembre 2017
Il suffit de faire en sorte que tout le bétail soit lié à la terre, comme le reste de l'Europe.
N'avons-nous pas besoin de droits de phosphate
Sinon, réintroduire des contrats de vente de fumier, interdire l'exportation de fumier.
Droits des poulets, droits des porcs, droits des phosphates, quelles bêtises et tout cela augmente les coûts.
Poire 27 Septembre 2017
réduire le cheptel laitier et introduire un plafond de production par les droits de phosphate n'est plus une question ! Un nouveau fait dont chaque éleveur de vaches devrait faire quelque chose. Pals a certainement un intérêt qui lui est propre, mais je pense qu'il comprend ce qui se passe et je peux faire quelque chose avec ça.
Elena 15 Augustus 2018
Chers demandeurs de prêt

Avez-vous des problèmes financiers? Voulez-vous démarrer votre propre entreprise? Cette société de prêt a été fondée dans le monde entier avec des organisations de défense des droits de l'homme pour aider uniquement les pauvres et les personnes ayant des difficultés financières dans la vie. Si vous souhaitez faire une demande de prêt, veuillez nous contacter à l'email ci-dessous : elenanino0007@gmail.com

nom:
Montant du prêt requis :
temps de prêt :
Numéro de portable:

Merci et que Dieu te bénisse
Confiance
Elena
Pieter 15 Augustus 2018
andre vw a écrit:
Les producteurs laitiers ci-dessus n'ont-ils jamais payé de quota laitier ?
2 euros le litre x 8000 soit 16000 euros pour 1 vache.
Vous ne pouvez plus répondre.

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Opinie Peter copains

L’agriculture exige beaucoup des agriculteurs en période de turbulences

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login