Tour de fourrage Impression vidéo

Option féverole d'été pour économiser sur les achats de protéines

21 mars 2022 - Ronald Smith

Pour économiser quelque peu sur les coûts élevés des concentrés, les producteurs laitiers recherchent des alternatives. Les féveroles ont récemment fait l'objet de beaucoup d'attention comme moyen d'ajouter des protéines à la ration à moindre coût. Également participants au Boerenbusiness Cette année, la tournée des fourrages grossiers portera sur la culture de féveroles. Cela vaut également pour l'éleveur laitier Robert Welhuis de Wapse dans la Drenthe. Il a semé des féveroles d’été la semaine dernière. Une impression vidéo. 

Welhuis, qui fait ses débuts au Roughage Tour cette année, a adapté son plan de culture l'hiver dernier en raison des prix toujours élevés des concentrés. L'exploitant laitier de Drenthe cultive depuis longtemps des betteraves fourragères et ne participe pas à la dérogation. Cela lui permet également de maintenir une part plus élevée de maïs dans son plan de culture. En 2021, Welhuis a obtenu du fourrage grossier à partir de 67 hectares d'herbe, 30 hectares de maïs et 5 hectares de betteraves fourragères. Cette année, 8 hectares de féveroles seront ajoutés. "L'intention était de semer initialement 4 hectares, en partie à cause des exigences de verdissement imposées par la PAC. Mais en raison des prix élevés des concentrés, cela deviendra 7,75 hectares et nous cultiverons un peu moins de maïs cette année. De cette façon, nous pouvons économiser à l'achat de blanc d'oeuf." 

Les féveroles d'été conviennent mieux aux sols sableux
Welhuis choisit de cultiver des féveroles d'été plutôt que des féveroles d'hiver. C'est sur les conseils de Ludwig Oevermars, spécialiste des fourrages grossiers de Limagrain. "Les féveroles d'été conviennent mieux aux sols sableux plus légers. En effet, le risque d'engorgement et d'hivernage est plus faible. La pression des mauvaises herbes est également moindre lors du semis des féveroles d'été, car un herbicide de sol peut alors être utilisé. Celui-ci est pulvérisé après le semis. et avant la montée des haricots", explique Oevermars. "Un herbicide de sol est également utilisé sur les féveroles d'hiver, mais cela ne fonctionne plus au début du printemps." Les féveroles d’hiver donnent de meilleurs résultats sur les sols plus lourds, car la terre n’est souvent pas accessible suffisamment tôt au printemps. Les féveroles d'hiver produisent en moyenne environ une tonne par hectare de plus que la variété d'été, souligne Oevermars. Les féveroles d'été donnent un rendement compris entre 6 et 7 tonnes, tandis que le potentiel de rendement des féveroles d'hiver est de 8 à 9 tonnes.

Welhuis souhaite combiner les haricots : "Je m'attends à ce que les haricots soient mûrs à la fin du mois d'août. Je préfère donner les haricots au robot en remplacement des morceaux. Les haricots contiennent à la fois de l'amidon et des protéines. Avec le robot de traite, je peut combiner spécifiquement des haricots. le donner aux vaches qui en ont besoin. Je m'attends également à ce que l'appétit du robot s'améliore, car les vaches trouvent les haricots savoureux. Welhuis a déjà donné des haricots achetés l'été dernier pour évaluer la réaction des vaches. "C'était un peu décevant à l'époque, mais c'était en partie dû au fait que les vaches manquaient de protéines rapides en raison de la qualité de l'ensilage. Nous examinerons donc principalement la qualité de l'herbe extraite au cours de la saison à venir pour déterminer exactement comment nous allons l'utiliser. les haricots. ."

Moment de semis
Les haricots ont été semés jeudi 17 mars (vidéo). Pour la préparation du sol, Welhuis a d'abord incorporé l'engrais vert et les mauvaises herbes avec un déchaumeur à disques Väderstad Carrier équipé de disques CrossCutter de l'association locale des outils. Environ 10 tonnes de fumier solide et 25 mètres cubes de lisier ont ensuite été épandus à des fins de fertilisation. Ensuite, la parcelle a été ameublie avec le cultivateur à dents permanentes. Le semis en plein champ a été réalisé par l'entreprise Joldersma de Smilde avec une bêcheuse Imants et un semoir pneumatique Kuhn. La variété est LG Cartouche de Limagrain. L'espacement des rangs entre les haricots est de 12,5 cm et 230 kilos sont semés par hectare. 

Les féveroles n'ont pas été semées uniquement à Welhuis. Les féveroles d'été sont également en terre chez Sander Vijverberg, participant au Roughfeed Tour de Strijen (ZH). Hij meldt al op donderdag 10 maart: "Hier nu nog vijf hectare aan het klaarmaken om vanmiddag nog veldbonen te zaaien. Dit was eerst niet de bedoeling, maar ik kon in november nog vier hectare grond bijhuren voor de maïsteelt. Hierdoor had het totale areaal maïs op 24 hectare uitgekomen. Door de hoge prijzen en omdat het super bevalt, toch besloten om naast de zeven hectare winterveldbonen die ik al heb nog eens vijf hectare zomerveldbonen te zaaien. Het maïsareaal komt zo weer op 19 hectare te staan, net als elk année."

Semis de féveroles chez Sander Vijverberg à Strijen (ZH)
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cette vidéo ? Faites le nous savoir

Ronald Smith

Stagiaire au Boerenbusiness Tour de fourrage

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login