Shutterstock

Actualités Fond d'investissement

Schouten fait une coupe pour un agriculteur qui veut changer

13 Juillet 2021 - Editeurs Boerenbusiness - Commentaires 18

La ministre de l'Agriculture, Carola Schouten, alloue 9 millions d'euros à un test pour accompagner financièrement les entrepreneurs agricoles dans la transition vers une agriculture biologique ou respectueuse de la nature. Avec ce montant, environ 35 entreprises agricoles peuvent participer au projet pilote du Fonds d'investissement pour l'agriculture durable. La réduction des émissions d'azote est une priorité.

Cela a été annoncé par le ministre de l'Agriculture mardi 13 juillet. Le Fonds vert national (FNG) mettra en œuvre ce dispositif. Le fonds parle d'« acquérir de l'expérience avec cette nouvelle approche, qui répond aux initiatives durables du secteur lui-même ». 

Un maximum de 400.000 XNUMX € est disponible par entreprise. Selon la NGF, les conditions financières sont flexibles : « Les entrepreneurs ne paient pratiquement pas d'intérêts et n'ont pas à rembourser les premières années. Cependant, il doit y avoir un cofinancement privé. Les investissements doivent être en partie financés par d'autres sources, telles que les banques, le crowdfunding, d'autres fonds ou la famille.

Commutateur souhaité
Le Fonds d'investissement entame une phase pilote pour acquérir de l'expérience et voir si le fonds répond aux attentes, rapporte le ministère de l'Agriculture, "pour amorcer la transition souhaitée vers, par exemple, une agriculture biologique ou inclusive de la nature". Le NGF souligne qu'il ne s'agit pas de se conformer à des mesures spécifiques, mais d'atteindre des objectifs. 

Une diminution des émissions d'azote est primordiale, selon le NGF. Le fonds d'investissement a également 7 autres objectifs spécifiques : moins de produits phytosanitaires, moins de gaz à effet de serre, moins de lessivage des nitrates, augmentation de la biodiversité, amélioration des sols, utilisation circulaire de l'alimentation animale et amélioration de la santé et du bien-être des animaux. Des progrès doivent également être réalisés dans au moins 4 de ces domaines, précise la NGF.

Financement difficile
Le comité d'évaluation qui évaluera les candidatures est composé de 11 personnes dont la quasi-totalité, à quelques exceptions près, a une spécialisation en azote, agriculture circulaire ou inclusive et biodiversité. Ce comité comprend Jan Willem Erisman, le célèbre "professeur d'azote", Martin Scholten (Wageningen UR) et Alex Datema (Boerennatuur). Datema, elle-même productrice laitière, déclare dans le communiqué de la NSF : "De nombreux agriculteurs et horticulteurs veulent franchir de nouvelles étapes en matière de durabilité, mais restent coincés dans les idées. Aussi parce que le financement est difficile à obtenir. Nous voulons appeler ces entrepreneurs à venir avec des plans concrets. venir."

Le Fonds d'investissement est au cœur du Programme de conversion à l'agriculture durable† À terme, 175 millions d'euros seront disponibles dans le cadre de ce programme à travers différents dispositifs. Au total, 70 millions d'euros ont été affectés au fonds d'investissement.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 18
Abonné
jk 13 Juillet 2021
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/agribusiness/artikel/10893243/schouten-trek-knip-voor-boer-die-wil-switching]Schouten fait une coupe pour l'agriculteur qui veut changer[/url]
heureusement qu'il n'y avait rien à faire...
Abonné
jan 13 Juillet 2021
rendre les agriculteurs plus dépendants financièrement ?
ferme 13 Juillet 2021
ils ne veulent pas avoir plus de 35 agriculteurs aux Pays-Bas ; le reste devra disparaître s'il ne tient qu'à ce "cabinet".
Abonné
Sud-ouest 13 Juillet 2021
Si seulement personne ne le ferait ! Laissez-les obtenir le chiot avec le cofinancement du Dr, laissez-les le faire eux-mêmes. Ignorez simplement, comme le fermier est également ignoré !!!
Abonné
flevo sud 13 Juillet 2021
Tout ce qui est encouragé par le gouvernement est voué à l'échec. Laissons le marché faire son travail et s'il y a une demande du marché, nous passerons au blabla "incluant la nature".
jan 13 Juillet 2021
C'est bien que les agriculteurs se déplacent ici et laissent le reste du monde mourir de faim pour cultiver des aliments biologiques bon marché pour l'élite des Pays-Bas
bombe à retardement 13 Juillet 2021
jan a écrit:
C'est bien que les agriculteurs se déplacent ici et laissent le reste du monde mourir de faim pour cultiver des aliments biologiques bon marché pour l'élite des Pays-Bas
Et s'ils ne peuvent plus se le permettre, alors les rôles tournent à nouveau.
Mais 1 consolation : L'agriculteur ne veut pas qu'il en soit ainsi, c'est le vert avec ses supporters.
Abonné
ikke 13 Juillet 2021
ce que vous dites Sud-Ouest.
En ce qui me concerne, l'agriculture se retirera de toute consultation avec les gouvernements tant qu'un certain nombre de règles, de lois et d'objectifs annoncés ne seront pas ajustés.
toutes les boules à l'agriculture c'est clair.
si nécessaire, action en justice jusqu'à la Cour européenne.
Cela vaut de l'argent pour moi en tant qu'entrepreneur.
Ruud Hendriks 16 Juillet 2021
Aux Pays-Bas, le rendement biologique est de 80 % du conventionnel. Cependant, le rendement habituel est sous pression en raison des restrictions dans le domaine de la chimie et du fumier et des problèmes de dégradation de la qualité des sols. Sous les tropiques, le bio produit déjà plus que d'habitude dans de nombreux endroits car ces processus y sont plus rapides. 30 % de la nourriture mondiale est perdue, l'obésité est un problème plus important que la faim. Cette histoire de "bio provoque la faim" semble agréable pour ceux qui n'aiment pas le bio, est souvent répétée, mais n'est pas vraie.
Abonné
Drent 16 Juillet 2021
les pommes de terre sont-elles aussi cultivées sous les tropiques ?
Abonné
fait, 16 Juillet 2021
ruud hendriks a écrit :
Aux Pays-Bas, le rendement biologique est de 80 % du conventionnel. Cependant, le rendement habituel est sous pression en raison des restrictions dans le domaine de la chimie et du fumier et des problèmes de dégradation de la qualité des sols. Sous les tropiques, le bio produit déjà plus que d'habitude dans de nombreux endroits car ces processus y sont plus rapides. 30 % de la nourriture mondiale est perdue, l'obésité est un problème plus important que la faim. Cette histoire de "bio provoque la faim" semble agréable pour ceux qui n'aiment pas le bio, est souvent répétée, mais n'est pas vraie.
peut demander d'où vous tirez les informations sur les 80 % que je ne trouve nulle part ? Il y a aussi beaucoup à découvrir sur la faim due au bio. il est écrit que le risque de catastrophe et de mauvaise récolte est beaucoup plus grand. Je voudrais vos informations et la position ou la place dans la société que vous avez vous-même. Je suis un agriculteur qui garde les yeux ouverts et qui est donc toujours consciemment commun. Je n'arrive même pas à 80% quand j'essaye le bio. maintenant, c'est à votre tour
Abonné
cm 16 Juillet 2021
Un certain Ruud Hendriks nous dit, en tant qu'agriculteur pratiquant, ce que nous faisons ou devrions faire de mal. Je pensais rester à l'écart en tant qu'enseignant pour crier ce qui ne va pas, mais une telle personne va d'abord à la ferme et n'a pas le droit de parler sur ce forum ou ailleurs. En bref, ignorez ces je-sais-tout et cette ignorance ; il est déjà d'accord avec cela.
Abonné
Capitaine parti 16 Juillet 2021
Belle histoire Ruud sur la qualité des sols, personnellement j'ai repris récemment une parcelle bio où je travaille depuis des années pour remettre la qualité des sols aux normes. normalement pas aussi mort que ce sol peut l'être, la seule chose qui voulait bien pousser était les mauvaises herbes.
Abonné
Klaas 16 Juillet 2021
ruud hendriks a écrit :
Aux Pays-Bas, le rendement biologique est de 80 % du conventionnel. Cependant, le rendement habituel est sous pression en raison des restrictions dans le domaine de la chimie et du fumier et des problèmes de dégradation de la qualité des sols. Sous les tropiques, le bio produit déjà plus que d'habitude dans de nombreux endroits car ces processus y sont plus rapides. 30 % de la nourriture mondiale est perdue, l'obésité est un problème plus important que la faim. Cette histoire de "bio provoque la faim" semble agréable pour ceux qui n'aiment pas le bio, est souvent répétée, mais n'est pas vraie.
Et l'histoire de la dégradation de la qualité des sols avec le conventionnel sonne bien pour ceux qui n'aiment pas le conventionnel et voudraient imposer leur fanatisme biologique aux autres.
S'il vous plaît, laissez chacun choisir comment et ce qu'il cultive, la culture suit automatiquement le marché. mais imposer quelque chose aux gens se heurte toujours à de la résistance.
Abonné
ikke 16 Juillet 2021
vous voyez donc qu'un enseignant n'est pas l'autre, et que la lecture douteuse est également présente dans l'enseignement supérieur.
peut-être que notre Ruud aimerait relever le gant et nous démontrer sa vaste expérience pratique.
parce que ce qu'ils disaient à l'école
DONNER LE BON EXEMPLE.
Abonné
jk 16 Juillet 2021
Je pense que Ruud est professeur d'agriculture circulaire au Warmonderhof. j'espère qu'il pourra toujours enseigner aux gens là-bas et non l'inverse. warmonderhof vous pouvez aller voir pour être inspiré mais j'y suis allé une fois et ça m'a rendu très triste. Ruud réussit-il cela?
optimiste 16 Juillet 2021
ruud hendriks a écrit :
Aux Pays-Bas, le rendement biologique est de 80 % du conventionnel. Cependant, le rendement habituel est sous pression en raison des restrictions dans le domaine de la chimie et du fumier et des problèmes de dégradation de la qualité des sols. Sous les tropiques, le bio produit déjà plus que d'habitude dans de nombreux endroits car ces processus y sont plus rapides. 30 % de la nourriture mondiale est perdue, l'obésité est un problème plus important que la faim. Cette histoire de "bio provoque la faim" semble agréable pour ceux qui n'aiment pas le bio, est souvent répétée, mais n'est pas vraie.
quelle histoire, j'ai moi-même une biographie et des affaires en cours.
pour être honnête le rendement n'est malheureusement que de 50 à 60%, parfois supérieur plus souvent inférieur.
De plus, la plupart sont très vagues sur leur nombre.
ennnuh capitaine parti a un peu raison, le sol organique n'est certainement pas plus riche que d'habitude avec beaucoup de fumier nourri
Abonné
frites 18 Juillet 2021
Ici dans le nord ça pue le mildiou de la pomme de terre, la torréfaction bio. Pas bon. Comment durable?
Vous ne pouvez plus répondre.

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Actualités Mest

FrieslandCampina et Rabo se concentrent sur la fermentation du fumier

Actualités L'azote

Azote et phosphate au-dessus du plafond renforcé d’ici 2025

Fond Humeur azotée

Aerius, errata et autres données impures

Fond Humeur azotée

Inspection du Cabinet et personnages de Van der Wal

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login