Shutterstock

Analyse Agriculture

La saison 2023 se termine comme elle a commencé : bien trop humide

3 Novembre 2023 - Jurphaas Lugtenburg

Le début humide de la saison de croissance actuelle se poursuivra de la même manière au cours des mois d’automne. Après un mois d'octobre extrêmement humide, novembre commence également de cette manière. Cela affecte la récolte des pommes de terre, qui sont loin d'être cultivées partout derrière les étagères. La récolte des carottes et des chicorées n'est pas encore pratiquement terminée. La satisfaction au travail a diminué depuis un certain temps pour la plupart des agriculteurs et l'ambiance n'est pas plus positive.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Avec environ 220 millimètres, octobre a été le mois le plus humide à De Bilt depuis le début des mesures en 1906. Cela bat le record établi en 1932, où 193 millimètres étaient tombés. En moyenne, 150 millimètres sont tombés à travers le pays, contre 75 millimètres normalement. Des précipitations considérables sont tombées dans la plupart des régions arables, à l'exception du sud du Limbourg. La première quinzaine de novembre est également difficile. Les précipitations sont annoncées presque tous les jours.

La comparaison avec 1998 est erronée
Il n'est donc pas surprenant que la comparaison avec l'automne 1998 soit régulièrement faite. Pourtant, ce parallèle n’est pas valable. En 1998, des averses se sont produites dès la mi-septembre, les observateurs du KNMI signalant des quantités de précipitations comprises entre 50 et 100 millimètres en 24 heures. Dirksland (Hollande méridionale) était en tête de liste avec 134 millimètres en une journée le 14 septembre. Les vendanges venaient à peine de commencer. Aux endroits nécessaires, il y avait des récoltes les pieds dans l’eau. Il ne faisait pratiquement plus sec cet automne 1998. Pour ne rien arranger, le gel a commencé le 19 novembre et le dernier espoir de sauver le reste de la récolte a disparu.

Si l’on regarde cette saison, ce n’est qu’à la mi-octobre qu’il a vraiment plu. Nous n’avons pas non plus eu de fortes averses à grande échelle. Cependant, au début de la récolte des pommes de terre et des oignons dans le Brabant et le Limbourg, des parcelles ont été endommagées par les eaux en raison des fortes pluies du mois d'août.

Que faut-il encore clarifier ?
Heureusement, une partie importante des pommes de terre était déjà arrivée avant qu'elles ne commencent vraiment à être mouillées. Les estimations sur ce qui est encore sous terre varient. PCA écrit dans sa dernière estimation (du 30 octobre) qu'environ 36% des pommes de terre en Flandre doivent encore être récoltées. En Wallonie et en France, les vendanges sont encore plus avancées, selon les initiés, mais ils n'osent pas y mettre de pourcentage. Aux Pays-Bas, les estimations varient considérablement. Ils varient considérablement selon les régions. Une personne estime qu’à l’échelle nationale, il en reste encore un peu moins de 30 % dans le sol, tandis que l’autre pense que 20 % ont complètement disparu. Aviko Potato assume également ce dernier point dans sa dernière estimation du 27 octobre. L'Allemagne est celle qui a réalisé les plus grands progrès dans l'UE-4 en matière de récolte, selon des initiés.

La question de savoir si tout peut être éclairci est sujette à débat. Le printemps tardif, humide et frais a retardé la totalité des cultures. Il y a des producteurs qui ont pris le pari de garder les pommes de terre vertes le plus longtemps possible pour obtenir les derniers kilos. Un autre groupe n'a pas eu la possibilité d'arracher plus tôt, par exemple en raison du choix de la variété ou d'un poids sous l'eau trop faible. Surtout sur le sol plus lourd, les pommes de terre ont eu du mal à démarrer.

Sur les sols sableux de l’est et du sud des Pays-Bas, les producteurs ont l’habitude de récolter une partie de leurs récoltes plus tard. Normalement, on essaie de laisser pour la fin les parcelles les plus élevées, car elles sont plus facilement accessibles. Selon certains, de nombreuses parcelles basses seraient restées debout à cause des pluies de ces dernières semaines. Cela va être toute une bataille pour faire sortir cela. Des tentatives sont faites pour récolter chaque jour, en utilisant en outre des abatteuses-batteuses sur chenilles, mais la capacité est limitée et le travail est extrêmement difficile.

Également des pommes de terre de semence non arrondies
Il est frappant de constater qu’il reste encore pas mal de graines dans le sol. C'est particulièrement le cas dans le Noordoostpolder, mais de nombreux travaux de défrichage doivent encore être effectués dans le Wieringermeer. Les tubercules mères n'avaient pas disparu plus tôt cet automne, il a donc fallu attendre. Dans les zones de plants de pommes de terre le long de la côte des Wadden, la grande majorité a été récoltée, à l'exception de quelques zones.

Qualité
Il est difficile de se faire une idée de la qualité des pommes de terre actuellement arrachées. S’il y a de l’eau entre les crêtes, il est presque inévitable qu’il y ait de la pourriture au fond du lit. Si cela se produit en août, la devise est d'attendre qu'ils soient pourris avant de les récolter. Début novembre, ce n’est plus une option. Si les choses tournent mal, il n’y aura pas beaucoup d’occasions de récolter. Les températures plus basses ralentissent la décomposition des pommes de terre infectées. Faire sécher ces lots est également un défi pour les producteurs. Surtout lorsque le lot contient des tubercules infectés par le phytophthora, présent dans le Flevoland et le sud-ouest.

Ce n'est pas seulement la récolte de pommes de terre qui est en difficulté. Seule une petite quantité a été récoltée dans des cultures telles que les carottes de stockage et la chicorée. La tête est coupée, mais pas grand chose d'autre. Et la qualité de ces cultures suscite également des inquiétudes, notamment dans les endroits où il y a ou va y avoir de l’eau. La récolte de betteraves sucrières a été jusqu’à présent plutôt réussie. Les choses commencent maintenant à devenir très humides pour la récolte des betteraves, même si Cosun Beet Company indique qu'elle ne voit pas encore de problèmes de livraison. Une arracheuse de betteraves peut entrer dans le champ plus tôt qu'une arracheuse de pommes de terre, mais quelques jours secs pour permettre à l'eau de s'écouler ne sont pas un luxe inutile.

Retards pour la prochaine récolte
Semer des céréales d’hiver ou une culture dérobée après la récolte constitue le prochain défi. Les producteurs qui ont récolté des pommes de terre ou des betteraves à temps ont généralement pu mettre en terre du blé d'hiver et de l'orge dans de très bonnes conditions. Que cela se passe bien est une autre affaire. Les endroits humides et recouverts d’eau ne font pas exception. Si la récolte est tardive ou n’a pas encore été récoltée, il devient difficile de semer du blé ou d’effectuer une culture dérobée. Dans les circonstances actuelles, de nombreuses parcelles de terrain ne sont pas laissées pour compte comme une table de billard, c'est le moins qu'on puisse dire. Le blé d'hiver peut désormais être semé jusqu'à la mi-janvier et le semis à la broche deviendra bientôt possible. Alors bien sûr, des jours secs sont nécessaires.

Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception