Agriphoto

Fond Mest

Les règles strictes en matière de fumier affectent les éleveurs et les agriculteurs de grandes cultures

23 janvier 2023 - Commentaires 12

Les agriculteurs arables et les producteurs laitiers doivent se conformer à un certain nombre d'exigences de culture de la Commission européenne cette année. Comme le semis plus précoce des cultures dérobées, des bandes tampons plus larges sans fumier et sans protection des cultures et des normes d'épandage de fumier plus strictes dans une grande partie du pays.

Cela est nécessaire pour maintenir une dérogation transitoire pour les Pays-Bas jusqu'en 2025 inclus. Le ministre Piet Adema de LNV l'écrit dans une lettre à la Chambre des représentants. Il avait indiqué fin décembre que la soupe devait être consommée un peu moins chaude en ce qui le concernait, mais le commissaire européen à l'environnement Virginius Sinkevicius s'y est opposé. Il est particulièrement préoccupé par la qualité de l'eau néerlandaise. Les chiffres dont il dispose à ce sujet ne le rassurent pas. Il a donc mis le couteau sous la gorge de l'Adema : soit des mesures plus strictes immédiatement, soit pas de dérogation transitoire du tout.

Cultures arables
L'Adema n'a donc vu d'autre choix que d'opter pour la première option, écrit-il à la Chambre des représentants. Cela menace de frapper durement les cultures arables en particulier. Une culture dérobée doit être semée avant le 1er octobre, sauf pour les cultures d'hiver. Ceux qui ne s'y conformeront pas s'exposeront à des sanctions. L'Adema cherche à soulager la douleur des plans de culture de cette année.

De plus, des bandes tampons plus larges doivent être maintenues le long des cours d'eau, bandes où les engrais et les produits phytosanitaires ne peuvent pas être appliqués. L'Adema veut rapidement clarifier cela à travers le règlement dit sur les activités de gestion environnementale. Le règlement entrera en vigueur le 1er mars. A plus long terme, le ministre vise des bandes tampons uniformes pour les engrais, la protection des cultures et la PAC. Le ministre veut clarifier cela avant le 1er janvier de l'année prochaine.

Pollué par les nutriments
Enfin, des zones polluées par des nutriments (VN) seront mises en place dès cette année. Ici, la qualité de l'eau est particulièrement en jeu et la dérogation est supprimée plus rapidement. Là, les normes d'application d'azote doivent être réduites de 2025 % supplémentaires d'ici 20. Ces zones seront déterminées à compter du 1er janvier de l'année prochaine et comprendront les régions Sand South, Central et la zone de loess. Pour cette année, trois zones au niveau de la régie de l'eau ont été désignées VN. Cela concerne la Hollande du Nord Noorderkwartier, Delfland et Brabantse Delta.

42% de la surface agricole
Selon le ministre, cela concerne 42 % de la surface agricole néerlandaise. Un régime dérogatoire moindre s'y appliquera, une obligation de semer une culture dérobée et les prairies ne seront peut-être pas simplement arrachées.

Ces mesures ont provoqué colère et protestation parmi les organisations agricoles. La Chambre des représentants a également des questions. La question serait également discutée aujourd'hui à la table principale de consultation sur un accord agricole, rapportent les parties. LTO Pays-Bas a déjà protesté vendredi et Agractie a également fait savoir qu'elle était très désagréablement surprise.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir
boerenbusiness. Nl

Klaas van der Horst

Klaas van der Horst est un passionné du marché laitier et de tout ce qui s'y rapporte. Il recherche les nouvelles et interprète les développements.

En savoir plus sur

Dossier Crise de l'azote
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 12
Abonné
drent 23 janvier 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikel/10902593/stricte-manure-rules-raken-veehouder-en-akkerbouwer]Des règles strictes en matière de fumier affectent les éleveurs de bétail et les agriculteurs[/url]
pourquoi l'agriculture arable doit-elle saigner pour que cela résolve les problèmes de l'élevage ? De plus, l'eau dans notre province est déjà bien en deçà de la norme, alors je ne comprends pas le problème.




Abonné
singe 23 janvier 2023
Tout le monde saignera pour ces communistes verts et gris béton.
Abonné
sefO 23 janvier 2023
Le problème, c'est que nous avons et avons eu une bande de ministres faibles.
Les Pays-Bas veulent innover et cela nécessite des ministres qui veulent construire au lieu de démolir.
des ministres ayant des connaissances et des compétences capables de faire face à Bruxelles.
Les agriculteurs néerlandais travaillent constamment sur la qualité du produit et l'environnement dans lequel la culture doit avoir lieu. aucune réglementation bruxelloise absurde ne correspond à cela.
Abonné
Zélande 23 janvier 2023
En tant qu'entrepreneur, je n'accepterais pas de mesures restrictives pour les régions où les gens sont facilement en dessous de la norme. Certainement pas de Bruxelles. Expliquez-le clairement à votre organisation. S'ils ne veulent pas défendre ce point de vue, il faut trouver ou créer une nouvelle organisation qui veuille le défendre. Si vous ne le faites pas, la ferme est terminée. Il y a d'abord une vraie concertation avec les représentants du secteur et sinon c'est tout !
Abonné
idées 23 janvier 2023
Je commencerais par réévaluer les chiffres sur la qualité de l'eau. Car il y a de fortes chances que ces chiffres soient un peu éloignés de la vérité, malheureusement c'est ainsi que cela fonctionne aujourd'hui.
Abonné
bombe à retardement 23 janvier 2023
Travaillons/coopérons pour nous débarrasser de ce gâchis. merde.
Abonné
Aucun caractère 23 janvier 2023
Laboratoire reconnu pour prélever des échantillons tous les mois à des points de mesure fixes. acte notarié
poser. Le bien est bien et le mal est de prendre des mesures.
Abonné
novateur 23 janvier 2023
que se passe-t-il si vous ne faites rien et continuez comme vous l'avez toujours fait et que vous ne demandez pas de droits au paiement. ce qui se passe alors. Je ne pense pas qu'ils puissent les enlever et leur donner une amende ?
ces quelques centaines d'euros par ha peuvent franchement m'être volés. laissez-les se détendre
Abonné
Zélande 23 janvier 2023
Les mesures autour de votre entreprise doivent alors se situer dans la zone de sécurité. Si vous pouvez faire déterminer cela par un laboratoire indépendant, alors vous êtes en position de force. Cependant, les réglementations générales par la loi s'appliquent à l'entreprise, je pense ! Mais l'idée est géniale !
Abonné
drent 24 janvier 2023
inno a écrit :
que se passe-t-il si vous ne faites rien et continuez comme vous l'avez toujours fait et que vous ne demandez pas de droits au paiement. ce qui se passe alors. Je ne pense pas qu'ils puissent les enlever et leur donner une amende ?
ces quelques centaines d'euros par ha peuvent franchement m'être volés. laissez-les se détendre
C'est exactement ce que je ressens à ce sujet, ne demandez plus rien, avec ces prix, nous n'avons pas besoin de cela non plus et c'est aussi taxable, alors qu'est-ce que vous obtenez? Sans nos données, il sera beaucoup plus difficile pour le gouvernement d'effectuer des contrôles, de nous envoyer, etc.
Hans Kuypers 24 janvier 2023
Je suis d'accord avec les agriculteurs pour dire qu'ils n'ont pas eu de chance avec le ministre de l'Agriculture deux fois maintenant. Essayer de plaire aux agriculteurs finit toujours mal. Il pense cela parce que toute l'approche de l'élevage de bétail dans ce gouvernement tient comme du sable meuble. Si vous trouvez quelque chose, faites un bon plan cohérent, présentez-le aux agriculteurs et concluez des accords clairs. Envoyer une carte d'azote dans le monde n'est vraiment pas suffisant. On peut s'attendre à ce que les agriculteurs réfléchissent de manière constructive et coopèrent pour trouver des solutions. C'est assez compliqué si cela signifie, par exemple, qu'il faut prendre du recul, mais la situation est tellement complexe qu'elle semble inéluctable. En retour, les gouvernements et l'industrie agricole doivent imposer des sanctions positives. En bref, ce dont nous avons besoin, c'est d'un nouveau Sicco Mansholt, pratique et visionnaire
Abonné
Zélande 24 janvier 2023
ET sa propre vision sur la table et aucun bavardage pendant 10 ans.
Rédiger les changements ensemble et ne pas se laisser manipuler par des points de vue 100% bio-écologistes. Participation à l'Autorité terre-nature et délégation d'écologues avec une vision LARGE nature-agriculture.



Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Fond Humeur d'azote

Les blaireaux nuisibles rendent les règles de la nature flexibles

Fond L'azote

Des performances azotées parfois contradictoires

Lettre ouverte Sieta de Keimpema

L'accord agricole est un obstacle à la démocratie

Nouveautés L'azote

Affaire contre le modèle d'azote Aerius retardée d'un an

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception