Agriphoto

Fond Humeur azotée

Pénurie électorale d'azote et ACM jette une clé dans les travaux

3 mars 2023 -Klaas van der Horst - Commentaires 4

A deux semaines des élections du Conseil provincial, le bruit politique autour du dossier de l'azote s'intensifie à nouveau. Pour de nombreuses parties, les problèmes causés par le fumier, l'azote et autres sont soudainement plus aigus qu'il y a un mois. Sur le plan politique, bien sûr, il y a aussi un enjeu, mais cela a plus à voir avec les partis concernés et leur position dans la politique provinciale et le nombre de sièges au Sénat qu'avec la question de l'azote en soi.

La députée brabançonne Hagar Roijakkers (GroenLinks) est un bon exemple d'homme politique qui a réussi à remettre l'urgence de l'azote sous les projecteurs cette semaine. Avec des rapports épais d'Arcadis et d'Antea en main elle a rapporté que l'état de la nature dans quinze régions provinciales est si mauvais qu'aucune nouvelle autorisation ne peut être délivrée pour le moment aux entreprises du Brabant. Les nouvelles demandes ne seront temporairement plus traitées.

L'examen des rapports (130 à 340 pages chacun) ne permet pas de comprendre facilement ce qui rend la situation si grave. Des mesures de zéro claires ne peuvent pas être trouvées, pas même en référence aux décisions de désignation. Les épîtres des deux firmes d'ingénierie excellent dans l'imprécision sur les questions de cause à effet directes, ne sont pas claires sur le degré de détérioration ou d'amélioration sur des périodes de temps spécifiques, et par rapport à ce qu'est la détérioration. En définitive, les conclusions semblent s'articuler principalement autour de la question de savoir si le danger d'une détérioration de l'état de conservation (réel ou souhaité) peut être exclu. Pour les Roijakkers, il y en avait assez pour passer l'alarme et recommencer à pointer du doigt l'agriculture.

Calcul des émissions de Schiphol
Selon les données disponibles, l'agriculture reste la plus grande source d'émissions d'azote, mais la question est aussi un peu de savoir ce que vous mesurez exactement. Dans cet esprit, il est intéressant de jeter un autre regard sur certains groupe d'action Schipholwatch sur ce point, en se référant aux données européennes. En éliminant une grande partie des émissions du trafic aérien, de nombreuses émissions non agricoles restent tout simplement hors de propos. Cependant, ce que les Pays-Bas peuvent faire dans les airs au-dessus de 950 mètres (comme l'un des rares dans l'UE), n'est pas pour l'agriculture. Le sort de la dérogation en dit assez.

Procédure de référé Aerius
Bien que l'attention ait été principalement concentrée sur les provinces ces semaines-ci, quelques événements se sont produits à La Haye cette semaine. Pas en politique, parce que c'est la récréation, mais au tribunal. La Fondation Stikstofclaim et un éleveur de porcs de Twente avaient déposé une procédure en référé contre le modèle Aerius qui doit être utilisé pour calculer le dépôt d'azote dans la nature. Ils ont fait valoir que le modèle était trop imprécis pour pouvoir le faire, ce que le directeur du RIVM, Charles Wijnker, a également déclaré à la fin de l'année dernière. un briefing technique à la Chambre des représentants. Le gouvernement national ne veut pas encore le faire, car une telle chose aurait des conséquences majeures sur la politique. Le juge des référés s'en est également rendu compte. Elle a indiqué qu'elle aurait probablement besoin de plus de temps pour se prononcer sur la demande de suspension de l'utilisation d'Aerius. L'avocat de Stikstofclaim a mis sur la table des exigences très claires et a également prédit quels arguments l'avocat de LNV utiliserait pour les déclarer irrecevables, ce qui s'est produit rapidement. Lorsque le tribunal a demandé de trouver une solution à la situation dans laquelle s'était trouvé l'éleveur de porcs impliqué dans la procédure (sans que ce soit sa faute, car il était journaliste du PAS), l'avocat s'est également empêtré dans son propre raisonnement. . Cependant, cela ne dit rien sur le jugement qui doit encore être rendu par le tribunal. Cela prendra plusieurs semaines.

La conversation à table s'est détériorée
Cette semaine, les discussions se sont poursuivies aux tables agricoles. Le NOS a également eu vent de la situation là-bas et a confirmé que le processus ne se déroule pas selon les souhaits d'Adema et de Van der Wal. L'ambiance est mauvaise et le rythme des pourparlers est lent, a-t-on rapporté. Il n'est pas non plus certain qu'un accord sera trouvé. Un certain nombre de parties veulent éventuellement un accord sous une forme ou une autre, pour montrer leur bonne volonté. D'autres parties ont peur de perdre leur position juridique si elles signent un accord.

Le cabinet a également peu de quoi rendre les agriculteurs heureux. Il était déjà clair que le ministre Van der Wal ne peut pas et ne peut pas payer un prix foncier «délicieusement attractif» pour les agriculteurs. Cette semaine, ACM est venu à la table pour dire qu'il n'y a pas beaucoup d'opportunités de prendre position contre le secteur de la vente au détail. Les règles du concours laissent peu de marge de manœuvre.

Couvre-lit régional
Moins médiatisées, mais tout aussi réelles, sont les discussions au niveau régional sur les processus territoriaux. Là-bas, dans l'attente d'un éventuel accord national qui devra entériner le tout, il y a déjà beaucoup de discussions sur la mise en œuvre concrète des intentions politiques au niveau régional. Cela concerne des questions telles que : la politique foncière, la dépendance à l'égard de la terre, les zones de transition, la qualité de l'eau, le climat et l'azote (y compris les charges de pointe), les accords de gestion, etc. Ici le lit est déjà fait pour les cadres ruraux. En Gueldre, par exemple, le cabinet de conseil DLV veille à ce qu'il y ait toujours des textes de réunion, après quoi les parties peuvent en discuter avec la province.

En Flandre, où ils ont largement adopté le système d'azote néerlandais, les agriculteurs sont également descendus dans la rue cette semaine contre leur politique gouvernementale. Contrairement aux Pays-Bas, la contestation y est relativement unie. Les agriculteurs et les agro-industries protestent conjointement contre cette politique. Ils ne connaissent pas encore la phase des conversations à table là-bas. En Wallonie, on s'étonne de ce genre de choses. Les agriculteurs doivent composer avec les règles Natura 2000 et doivent observer, par exemple, comment les castors construisent des barrages et inondent ainsi de vastes zones de pâturage, mais il n'est pas question pour l'instant d'une politique très restrictive en matière de fumier et d'azote.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Klaas van der Horst

Klaas van der Horst est un passionné du marché laitier et de tout ce qui s'y rapporte. Il recherche les nouvelles et interprète les développements.

En savoir plus sur

Dossier Crise de l'azote
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 4
Abonné
Insider 4 mars 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikel/10903174/electoral-nitrogen emergency-and-acm-throws a spanner in the works]L'urgence électorale à l'azote et l'ACM jettent une clé dans les travaux[/url]
Hier nous étions à BXL avec plus de 3000 tracteurs.
Chez nous, la police était notre amie ! Je ne savais pas qu'il y avait autant de pédés.
À chaque intersection, rond-point ou autre, ils étaient là pour laisser passer les autres véhicules dans une certaine mesure.
Que ce stupide gouvernement flamand tombe.
A long terme, la NVA veut aligner l'azote de l'agriculture sur l'industrie.
Je n'ai aucune idée de la façon dont ces sales avions-citernes-citernes toxiques "améliorent" l'azote en azote nutritionnel pour nos animaux bien-aimés.

Pour l'instant, la merde arrive.

Les éco-communistes verts de Zulma Demir, oui c'est la NVA, vont aussi s'étouffer.
Abonné
gw 4 mars 2023
le gouvernement appelle toutes sortes de choses que nous devrions obtenir un prix équitable pour notre produit afin que nous ayons encore une perspective, mais comme vous l'avez lu, ce n'est pas du tout possible, pas dans ces belles discussions de van der wal et de respira,
Tout le monde vote le 15 mars, mais pas pour les partis de la coalition
Abonné
euro 4 mars 2023
au milieu de la période corona, l'air était si clair et propre, les avions sur les voitures gond à la maison devant la porte, tout le monde était loin de l'azote et de l'ammoniac à la maison, mais qu'en est-il des vaches qui n'avaient pas arrêté les émissions après tout
Abonné
bombe à retardement 9 mars 2023
Je viens de regarder le journal. 2 pages complètes sur Tjeerd de Groot. J'ai aussi lu sa vie des 10/12 dernières années. Quelle sieste. Il est déjà en disgrâce auprès de son propre parti. Si c'est dans les journaux de tout le monde, lisez-le s'il vous plaît. Serait-ce un coup d'éclat électoral pour D66 ? Pensez-y. Les agriculteurs ne sont soudainement plus si mauvais quand on le lit comme ça, et les érudits ont de très forts doutes sur ce chaos.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Fond Humeur azotée

Le règne de l’ombre longue provoque de l’irritation et de la grogne

Fond Humeur azotée

L’orientation mission du Rutte IV battu

Interview Marie Dekkers

Les prix élevés des terrains constituent le plus grand défi de l’extensification

Fond Humeur azotée

Sceptiques résignés et réflexions après coup

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login