KvdH

Fond L'azote

"Parler sans accord est aussi une victoire"

29 mars 2023 -Klaas van der Horst - Commentaires 3

Le ministre Piet Adema de LNV dit qu'il est toujours très occupé à parvenir à un accord agricole. Du coup, il a à peine eu le temps mardi de passer à une réunion organisée par LTO Nederland. Pourtant, il y avait beaucoup de doute dans l'air. Peut-être a-t-on dit trop souvent que se parler sans accord est aussi un avantage.

Cette dernière est sans aucun doute vraie, car des discussions intensives à l'échelle de l'agriculture avec le gouvernement afin de conclure ensuite une série d'accords ensemble n'ont pas eu lieu depuis longtemps. Selon l'Adema, il faudrait presque remonter à l'ère Braks.

Repenser la politique azote
En attendant, il devrait devenir clair à un moment donné ce qui devrait être inclus dans tout accord agricole à conclure. On a l'impression qu'il y a encore des allers-retours entre les dossiers : l'un est dedans, l'autre pas. De plus, les règles du jeu ont considérablement changé depuis les élections provinciales, comme l'a mentionné presque inutilement le président du LTO, Sjaak van der Tak. Pour son organisation, c'est une raison de faire un peu monter les enchères. Il a dit qu'il voulait une refonte de toute la politique de l'azote. En outre, il existe une série d'autres exigences. Si cela est rempli, un accord agricole peut être conclu en ce qui concerne le LTO. Le président du LTO a qualifié un tel accord de "maintenance en retard", mais pas à n'importe quel prix.

Accord sans gouvernement
Parler d'un accord agricole peut cependant aussi avoir l'effet inverse, selon les propos du président de la jeunesse agricole Roy Meijer. Il préfère voir la filière agricole passer ses propres accords et ensuite dire au gouvernement : « C'est comme ça qu'on va faire ». Cette idée a été soutenue par d'autres, comme le président de l'agriculture arable Tineke de Vries. De préférence, le moins d'ingérence gouvernementale possible, car cela n'entraînera que davantage de réglementations.

Bien parlé, rien dit
Adema et Van der Wal étaient présents trop brièvement pour commenter quoi que ce soit et là où il y avait une opportunité de dire quelque chose, elle n'a pas été saisie. Adema a prononcé un bref discours, mais a seulement souligné l'importance de la conversation mutuelle.

Le ministre flamand chargé de la politique des engrais et de l'azote, Zuhal Demir, était également invité. Son histoire, surtout en présence des ministres néerlandais, a rendu la réalité ici d'autant plus triste. Son histoire était celle d'une approche flamande énergique, douloureuse, mais aussi terre-à-terre. Pas de brouillon pendant quatre ans après une décision de justice et pas de gouvernement qui place la quasi-totalité du problème de l'azote sur l'assiette d'un seul secteur. En moins de deux ans (là aussi) d'un jugement ferme sur l'azote, un accord a été trouvé avec tout le monde, avec l'agriculture, les transports et l'industrie. Demir: "Personne ne reçoit d'exception." Ce qui peut être un facteur, c'est que les ONG exercent une pression en Flandre, mais en tout cas il n'y a pas de MOB qui exerce également une pression sur elle. Assez remarquablement, la Région wallonne n'a aucun problème d'azote.

Pas seulement un oui à Bruxelles
Demir a également donné quelques conseils gratuits aux politiciens de La Haye : « Vous devez bien réfléchir avant de dire oui à l'Europe. N'appuyez pas simplement sur le bouton vert. Des applaudissements spontanés ont été sa récompense.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Klaas van der Horst

Klaas van der Horst est un passionné du marché laitier et de tout ce qui s'y rapporte. Il recherche les nouvelles et interprète les développements.

En savoir plus sur

Dossier Crise de l'azote
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 3
Abonné
Zélande 29 mars 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikel/10903509/lsquo-talk-without-agreement-is-also-profit]'Parler sans accord est aussi un profit'[/url]
Meilleure action-réaction depuis 1 an : en tant que secteur, déterminer jep,an van aakpak, montrer aux citoyens ce que nous voulons, puis entrer en concertation pour un accord.
TOP NAJK !
Abonné
Henkjan Otten 29 mars 2023
Le fait est que désormais seuls les suiveurs sont à la table des négociations, et non plus une large représentation du secteur.
C'est facile de s'entendre avec Sjaak Cda, qui parle de transition, et Roy Cda, qui opte pour les jeunes agriculteurs.
Et on sacrifie le reste des paysans ?
Mieux vaut arrêter avant qu'il ne soit trop tard. Laissez La Haye ajuster les plans d'abord, puis passez à autre chose.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 29 mars 2023
Je pense qu'il y a un avertissement clair aux électeurs pour amener les agriculteurs et les citoyens en mouvement à ENSEMBLE trouver les meilleures solutions pour notre société. Quand j'entends ce qui se discute à La Haye, il semble qu'il y ait un mouvement en cours qui n'a rien à voir avec les grands principes de BBB, mais a tout à voir avec la façon dont les mots dans les principaux fichiers peuvent être modifiés sans rien changer. C'est une marque de commerce des cabinets Rutte et cela doit changer. Alors que le secteur agricole aux Pays-Bas est en difficulté, des négociations sont actuellement en cours à Pékin sur la manière dont la Chine peut financer l'agro brésilien pour convertir 40 millions d'hectares de prairies négligées en terres arables sans avoir à déboiser. Un exemple à méditer je dirais,
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Fond Humeur azotée

Des oiseaux étranges de La Haye et des représentants du gouvernement

Fond Humeur azotée

La leçon de la lente constitution de l’équipe ministérielle

Fond Humeur azotée

Réévaluation de l'ancien ministre à la fin de Rutte 4

Fond Humeur azotée

Le cabinet « stupide et indésirable » se dirige vers le bloc de départ

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login