Shutterstock

Analyse Énergie

L’Opep ne parvient pas à inverser la tendance sur le marché pétrolier

7 Décembre 2023 - Jurphaas Lugtenburg

Les réductions de production annoncées par l'Opep+ la semaine dernière n'ont pas inversé la tendance baissière du marché pétrolier. Les acteurs du marché se concentrent davantage sur la demande que sur l’offre. Poutine effectue un rare voyage hors de Russie, probablement avec les intérêts pétroliers russes comme principale raison.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient
Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Le pétrole brut Brent a légèrement rebondi aujourd'hui après avoir chuté pendant cinq séances de bourse consécutives. Hier (mercredi 6 décembre), le Brent a clôturé à 74,30 dollars le baril, son plus bas niveau depuis fin juin. Aujourd'hui, le marché se situe à 74,91 dollars le baril. Selon les analystes, cette hausse limitée n'est pas tant le signe d'un retournement du marché que d'une reprise de nature technique.

La faible demande de pétrole prévaut sur le marché. Les acteurs du marché ont vu dans les chiffres des stocks américains un signe de la baisse de la demande de pétrole. Les stocks d'essence ont augmenté de 5,4 millions de barils. Il s’agit de la plus forte augmentation depuis neuf semaines et bien supérieure à l’augmentation d’un million de barils attendue par le commerce. Le pétrole est soumis à de nouvelles pressions en raison des attentes modérées en matière de croissance économique. La demande de pétrole en provenance de Chine augmente, mais pas dans la mesure où les producteurs de pétrole l’espéraient. En Europe, l'économie est en difficulté et la demande de pétrole est sous pression, selon les chiffres de Morgan Stanley.

Moins d'huile
Les pays de l'OPEP ont pompé 27,81 millions de barils par jour en novembre, selon Reuters. C'est 90.000 2,2 barils de moins qu'en octobre. La décision du cartel la semaine dernière de pomper 1,3 millions de tonnes de moins par jour n'a eu que peu d'effet sur le marché. Sur cette réduction de production, 6 million de barils sont dus aux restrictions volontaires de l’Arabie saoudite et de la Russie. Le fait que les acteurs du marché pétrolier ne soient pas très préoccupés par la décision de l'Opep+ est également dû aux importants chiffres d'exportation des États-Unis, qui ont exporté XNUMX millions de barils par jour en octobre, principalement vers l'Asie et l'Europe.

Le président russe Poutine a effectué une tournée au Moyen-Orient. En raison d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale, Poutine apparaît rarement hors de Russie. Selon les experts, la visite éclair en Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis était entièrement consacrée au pétrole. La Russie est le deuxième producteur mondial de pétrole après l’Arabie Saoudite. Le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdulaziz bin Salman, a déclaré dans une interview à Bloomberg qu'il souhaitait que la Russie soit plus ouverte sur la question de savoir si le Kremlin respectait réellement les réductions de production promises. Il s'agit d'un sujet extrêmement sensible pour le Kremlin, car il ne veut pas sensibiliser l'Occident à l'importance stratégique du secteur pétrolier russe. Selon certaines sources, ce point de discorde pourrait être la principale raison pour laquelle Poutine est monté à bord de l'avion.

Le pétrole brut a chuté de manière significative la semaine dernière, mais ce n’est pas le cas du diesel. Le prix baisse, mais à un rythme plus lent. Le 4 décembre, le prix est tombé à 128,89 € les 100 litres. Il s'agit du prix le plus bas depuis fin juillet.

radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception