NMI

Interview Gérard Ros (WUR)

Les innovations peuvent réduire considérablement le nuage d'azote

9 Novembre 2022 - Commentaires 8

Les politiciens se méfient de l'innovation lorsqu'il s'agit de son utilisation pour résoudre le problème de l'azote, entre autres. Pourtant, beaucoup est possible avec l'aide de l'innovation et à des coûts bien inférieurs à ce que l'on prétend souvent. Par exemple, une proposition de réduction de 50 % du bétail pourrait être limitée à 25 %, avec la même réduction des émissions.

Des scientifiques de Wageningen Environmental Research et de l'Université de Wageningen ont calculé cela à l'aide du modèle Initiator. Il contient toutes les données agricoles actuelles des exploitations néerlandaises, car elles sont également fournies pour le recensement agricole, entre autres, explique le chercheur Gerard Ros. Sur la base des connaissances actuelles, il a été cartographié ce que l'agriculture maximale peut réaliser grâce à l'utilisation d'innovations et de bonnes pratiques agricoles. Cela inclut des mesures telles que des ajustements d'alimentation, une fertilisation appropriée et des innovations techniques, telles que la Lely Sphere et de meilleurs systèmes de logement. 

Vous dites clairement que beaucoup peut être réalisé avec l'innovation. Pourtant, une réduction du cheptel est également nécessaire, dites-vous.
« Certes, nous ne pouvons pas y arriver avec l'innovation seule, mais nous pouvons aller très loin avec, c'est clairement indiqué dans cette étude. Nous montrons que grâce à l'innovation, 50 % des émissions d'ammoniac peuvent être évitées, à condition que tous les agriculteurs utilisent le meilleur. supposons un scénario plus réaliste, où certaines des mesures sont moins efficaces, ou où tous les agriculteurs ne participent pas, les émissions d'ammoniac ne diminuent que de 36 %. Cela signifie que les innovations doivent être correctement mises en œuvre ; les résultats des 10 dernières années montrent que ils réussissent moins bien autrement."

Dans quels domaines l'innovation seule n'aidera-t-elle pas ?
"Entre autres choses, en ce qui concerne la réduction des pertes dans les eaux de surface et le climat. Afin d'atteindre les objectifs, des ajustements sont nécessaires dans l'utilisation des terres. De plus, la diminution du cheptel est nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques proposés jusqu'en 2050."

C'est ça alors ?
"Non, une approche intégrée reste cruciale. Les mesures doivent être déployées de manière à se renforcer mutuellement lorsque cela est possible. Il n'y a pas que de l'ammoniac. Tenez également compte de la qualité de l'eau, de la qualité des sols et du climat."

Tous les objectifs environnementaux sont-ils réalisables dans tous les cas ?
« Tout n'est pas possible partout, précise le rapport Remkes. Par exemple, on peut vouloir faire monter le niveau dans l'ouest du pays pour empêcher l'installation de tourbières, mais on n'atteindra pas les objectifs de phosphate en faisant monter le niveau. sera alors beaucoup trop exempt de phosphate du sol.

Peut-être que tout le monde n'y a pas pensé. Y a-t-il plus de ces aperçus plus ou moins surprenants que vous avez rencontrés ?
"C'est très facile à dire : nous allons réduire le cheptel et atteindre ainsi les objectifs pour la nature, l'eau et le climat, mais cela n'a pas été calculé, par exemple, à partir de l'exportation de fumier. La quantité de fumier qui est appliquée ne pas changer non plus.

Il ne s'agit pas seulement de l'élevage, mais des émissions et des tâches de l'agriculture dans son ensemble. Y a-t-il quelque chose à dire à ce sujet ?
"Les tâches et la perspective de gestion des émissions varient considérablement aux Pays-Bas. Les règles génériques ne fonctionnent donc pas non plus. Pensez, par exemple, à la culture de légumes en plein champ sur des sols sablonneux secs. Des mesures supplémentaires sont certainement nécessaires pour limiter le lessivage des nitrates. Il faut donc davantage s'orienter vers des solutions sur mesure qui correspondent au territoire.

Avez-vous également pris en compte les émissions de l'extérieur de l'agriculture dans le modèle Initiator ?
"La présente étude se concentre sur la tâche et les solutions possibles pour l'agriculture. D'autres acteurs doivent également contribuer à la tâche.  

Le modèle Initiator ressemble un peu à Aerius de loin. Quelles sont les différences?
"Initiator calcule les pertes de carbone et de nutriments par entreprise et ne fait aucune déclaration sur la distribution d'azote dans l'air et le dépôt ultérieur. Aerius cartographie cette distribution et ce dépôt d'azote. Plusieurs études ont montré que ces modèles peuvent être utilisés pour l'effet des mesures au niveau du territoire, les résultats ne peuvent pas être utilisés pour calculer les émissions d'une entreprise individuelle, ils sont donc également utilisés pour calculer les mesures du NPLG (Programme national pour les zones rurales). chaque domaine. Les tâches et la perspective d'action sont différentes pour chaque domaine et il faut agir en conséquence. 

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir
boerenbusiness. Nl

Klaas van der Horst

Klaas van der Horst est un passionné du marché laitier et de tout ce qui s'y rapporte. Il recherche les nouvelles et interprète les développements.

En savoir plus sur

Dossier Crise de l'azote
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 8
Abonné
Intelligent? 10 Novembre 2022
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/ artikel/10901496/innovaties-kon-flinke-hap-uit-stikstofwolk-halen]Les innovations peuvent réduire considérablement le nuage d'azote[/url]
Attention : un nouveau modèle de calcul !
Cela peut, je dis peut, être juste partout aux Pays-Bas. Cela ne doit pas nous effrayer. Il le fait un peu inaperçu. Nous n'en avons pas encore résolu un, qui n'est même pas décent à mesurer, et le suivant est déjà sur la plaque. Je veux dire 25 % de réduction du bétail ici et 50 % de croissance en Chine pour compenser cette diminution. Les amis, c'est de la politique de l'autruche !
Abonné
jan janssen 10 Novembre 2022
Et pourtant, l'innovation est-elle vraiment la solution ? L'innovation est une augmentation directe du prix de revient. C'est peut-être la plus grande frustration de l'agriculture : nous ne pouvons pas répercuter les coûts encourus directement sur le consommateur (dépendance vis-à-vis de nos transformateurs). Le prix de revient élevé de ces dernières années est une conséquence directe de notre crise agricole actuelle. Le passé a montré qu'un prix de revient élevé est à l'origine du fait qu'il y a de plus en plus d'élevages de plus grande taille dans notre pays. Les grands élevages n'ont pas de solution à la crise actuelle. Autre innovation : les sols à faibles émissions, c'est un gros drame. Et ce sont précisément ces grandes entreprises qui font maintenant pression sur le gouvernement pour leur droit d'exister. Un lobby dirigé par nos "contremaîtres". Même ZLTO a un membre du conseil d'administration avec 500 vaches. Pour les solutions, vous devez vous adresser à une entreprise plus petite, au moins le pâturage doit être disponible. Le pâturage des pâturages a un "plancher à faibles émissions" sans précédent. L'agriculture respectueuse de la nature ne leur est pas étrangère. L'agriculture d'aujourd'hui est devenue beaucoup trop complexe. La complexité n'offre que des perdants.
ikke 10 Novembre 2022
La solution est que notre politique, ne faites pas l'erreur qui a été commise il y a longtemps dans le bloc de l'Est, donnez au gouvernement le pouvoir sur tout, la seule différence ici est que l'agriculteur doit encore prendre le risque, pour le reste, plus rien à décider
Abonné
Hendrik 11 Novembre 2022
pas écrit :
La solution est que notre politique, ne faites pas l'erreur qui a été commise il y a longtemps dans le bloc de l'Est, donnez au gouvernement le pouvoir sur tout, la seule différence ici est que l'agriculteur doit encore prendre le risque, pour le reste, plus rien à décider
Cette idée ne vient que lorsque le veau s'est noyé.
Theo 12 Novembre 2022
Le problème de l'azote est résolu par une innovation très simple. Prenez les zones forestières comme point de départ de la nature souhaitée, et non les landes artificiellement pauvres en azote. La nature originale n'a aucun problème avec l'azote. Il y a 2000 ans, la vraie nature dans la plupart des zones Natura 1000 était constituée de forêts et non de landes. Les landes ont été créées parce que nos ancêtres avaient besoin de 4 à 5 ha de landes pendant des centaines d'années pour fertiliser 1 ha de terres arables (par l'élevage ovin et par les gazons), et sont donc devenus artificiellement pauvres en azote. En prenant comme point de départ les forêts d'origine, et non les landes artificielles, le problème de l'azote a été résolu. Comme une innovation peut être simple.
Abonné
bombe à retardement 13 Novembre 2022
Intelligent? a écrit:
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/ artikel/10901496/innovaties-kon-flinke-hap-uit-stikstofwolk-halen]Les innovations peuvent réduire considérablement le nuage d'azote[/url]
Attention : un nouveau modèle de calcul !
Cela peut, je dis peut, être juste partout aux Pays-Bas. Cela ne doit pas nous effrayer. Il le fait un peu inaperçu. Nous n'en avons pas encore résolu un, qui n'est même pas décent à mesurer, et le suivant est déjà sur la plaque. Je veux dire 25 % de réduction du bétail ici et 50 % de croissance en Chine pour compenser cette diminution. Les amis, c'est de la politique de l'autruche !
Cela ne marche pas. Au contraire, et quelle différence ces 25% font sur ce timbre par rapport à la Chine. Quelqu'un a-t-il vu la diffusion de la tournée universitaire avec v / d Wal. Elle a dit que je suis un vvd vert.
Abonné
oignon 13 Novembre 2022
J'ai entendu parler de magnésium liquide qui est pulvérisé sur les grilles, il semble lier l'ammoniac, qui en sait plus à ce sujet
Abonné
bombe à retardement 13 Novembre 2022
Recherchez simplement tout en utilisant ????. J'espère que quelque chose pourra être trouvé, de sorte qu'aucun abattage par v/d Wal n'ait lieu dans le troupeau hollandais.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Podcast La voix de la région

"Pas de souhait nature, éducation végétalienne et Stroe City"

Fond Humeur azotée

Henk ou Piet, le ministre de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire n'a pas de place

Nouveautés L'azote

L'Adema ne regrette pas de partager ses inquiétudes sur la dérogation

Fond L'azote

« Attention au ralentissement de la production » dû à la politique de l'UE »

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception