Shutterstock

Opinie Paul Blocker

Nous devons mieux utiliser les flux résiduels

5 janvier 2019 - Conseils DLV - Commentaires 5

Aujourd'hui, on ne peut plus ouvrir une revue professionnelle sans rencontrer les termes biodiversité, agriculture circulaire et climat. À mon avis, il s'agit (dans de nombreux cas) de faire le meilleur usage des ressources, sans trop perdre.

Lorsque des pertes surviennent quelque part dans la chaîne, il est important de s’assurer qu’elles puissent servir de matière première pour un autre maillon de la chaîne. Par exemple, j'ai entendu parler du concept Kipster dans le magazine Wageningen World.

Législation et réglementation limitées
Dans ce concept, les poulets sont nourris exclusivement avec des matières premières qui ne peuvent plus servir de nourriture aux humains. Cela signifie également que ces animaux ne reçoivent pas de nourriture pouvant être utilisée la nourriture pour les humains. Dans l'élevage bovin comme dans l'élevage porcin, cela se fait avec des sous-produits de l'industrie alimentaire ; pensez au concentré de levure de blé issu de la production de bioéthanol et aux drêches de la brasserie.

Ceci n'est qu'un petit exemple. Il existe bien d’autres possibilités. Or, le même magazine décrit que seules 4 à 5 millions de tonnes provenant de l'industrie alimentaire européenne sont utilisées pour l'alimentation animale. Et ce, alors que 115 millions de tonnes sont disponibles. Ainsi : seulement 4 % de ces flux résiduels sont utilisés pour l’alimentation animale.

Le fait que les flux résiduels ne soient actuellement pas suffisamment utilisés pour l’alimentation animale est en partie dû à une législation et une réglementation limitées. Par exemple, depuis 2003, il n'est plus autorisé de transformer les déchets de cuisine et les restes alimentaires pour nourrir les animaux. En ce qui concerne la législation et la réglementation, un certain nombre de changements devraient encore être apportés pour augmenter la part de l'alimentation animale.

Déchets de l'industrie alimentaire
En plus de cette cause, il existe probablement d’autres raisons pour lesquelles le pourcentage est si faible. Cela est peut-être dû à des problèmes de logistique ou à des problèmes de traitement. Ou les motivations économiques jouent-elles un rôle ? Ou est-ce peut-être un manque de connaissances et de sensibilisation ?

Au Japon, environ 35 % des déchets de l’industrie alimentaire sont transformés en aliments pour porcs. C'est donc possible. Quelle que soit la raison, en tant que secteur, nous avons la tâche (et peut-être l'obligation) de veiller à utiliser une partie substantielle des flux résiduels pour l'alimentation animale. Désormais, les flux résiduels seront probablement utilisés dans des incinérateurs, comme matière première pour le compostage ou dans des biodigesteurs.

Cependant, à mon avis, en tant que secteur agricole, nous devrions essayer d'utiliser les déchets alimentaires principalement pour la production de lait, de viande et d'œufs et non directement comme matière première pour un incinérateur, un compostage ou un biodigesteur.

L'étape suivante
Selon moi, l’utilisation du fumier animal (le flux résiduel de l’élevage) est la prochaine étape. Il y a quelques semaines, j'étais dans un bureau du gouvernement provincial pour une réunion. De nombreux invités ont été surpris que les éleveurs soient obligés d'éliminer les déjections animales et de fournir ensuite des engrais. Les engrais artificiels doivent servir de complément et non d'une nécessité absolue, car en tant qu'éleveur, vous devez dans certains cas éliminer le fumier animal.

Voici le point crucial : comment pouvons-nous (et devrions-nous) mieux utiliser le fumier animal comme flux résiduel ? Je me demande également si nous ne devrions pas envisager de nourrir la vie du sol au lieu de simplement nourrir la plante. Si l’on se concentre sur la vie du sol et qu’on le nourrit avec du fumier animal, ce qui provoque alors une minéralisation, on ferme un peu plus le cycle.

Dans le même temps, de nombreux défis subsistent. De quel engrais (à quelle période de l’année) la culture et la vie du sol ont-elles besoin ? Est-ce possible avec le lisier actuel ou faut-il d'abord procéder à un traitement ? Ou devrions-nous remonter le temps et laisser le fumier mûrir ? C'est pourquoi (au vu de la nouvelle réglementation sur les engrais et de la politique commune), je voudrais plaider en faveur d'un soutien aux projets et onderzoeken qui visent cela. Avec la technologie moderne, il devrait être possible de mesurer les besoins nutritionnels de la vie dans le sol.

Rôle crucial
Sur la base des termes décrits dans la première ligne de ce blog, les 2 thèmes que j'ai décrits dans ce blog jouent un rôle crucial. Du point de vue de l’agriculture circulaire et du climat, il est essentiel de valoriser les flux résiduels de l’industrie agroalimentaire comme alimentation animale.

De plus, à partir de agriculture circulaire, de la biodiversité et du climat, la vie du sol doit être correctement alimentée par le fumier animal. De quels flux de déchets/flux de fumier pensez-vous que nous avons besoin, et lesquels pouvons-nous utiliser pour nourrir le bétail et la vie du sol ?

Conseils DLV

DLV Advies est un cabinet de conseil indépendant pour les entrepreneurs, les entreprises et les organisations du secteur agricole. En plus des conseils individuels, DLV supervise des groupes d'étude et est actif dans divers projets agro-alimentaires.
commentaires
Commentaires 5
péta 5 janvier 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/column/10880944/we-moeten-reststromen-beter-benutten]Nous devons mieux utiliser les flux résiduels[/url]
Cher Paul,

Ces réglementations restrictives ne sont pas démodées, elles sont même en partie assez récentes et concernent la prévention des maladies. Pensez à la tremblante, à la maladie de la vache folle, etc. !
Lorsqu'il s'agit de promouvoir et de nourrir la vie du sol, il suffit de s'appuyer sur les connaissances des entreprises biologiques ou des agriculteurs conventionnels qui y travaillent déjà. Ou, par exemple, en Suisse, en France ou en Allemagne, où ils en savent déjà beaucoup plus grâce à la recherche financée par le gouvernement ! Les Pays-Bas ne sont pas obligés de réinventer la roue une énième fois, n'est-ce pas ? Peut-être que certaines institutions du savoir néerlandaises se sont concentrées pendant trop longtemps sur ce que les acteurs du marché commercial vendent et proclament donc. Bien qu'il y ait bien plus encore, vous pouvez obtenir gratuitement via Google. C'est utile si vous parlez des langues étrangères comme l'allemand et le français, mais bon, Google peut également organiser cela pour vous. Jetez par exemple un oeil sur Fibl.org ou agriculture-de-conservation.com.
Abonné
erik 6 janvier 2019
Dans tous les cas, il ne faut pas nourrir le sol avec du fumier liquide. Pour la fertilité du sol, il faut du fumier solide, qui peut certainement être épandu sur l'argile jusqu'à l'automne, à condition qu'il y ait une culture dérobée dessus. Jouer avec des tuyaux de traînage au printemps sur du blé ruine la structure, mais oui, cela implique de l'argent et c'est souvent le facteur décisif. Pour plus de recyclage, il y a beaucoup de changements, notamment au niveau de la réglementation.
bep 6 janvier 2019
Le monde entier avance, sauf le secteur agricole qui doit remonter aux années 60-70, alors vous êtes vraiment fou (agriculture circulaire) et le reste du monde rigole.
Roel 7 janvier 2019
Il faut alors évoluer vers un système qui fonctionne au niveau de l’entreprise. Il existe encore de nombreux sols qui NE PEUVENT PAS retenir le surplus de fumier, c'est-à-dire que le niveau de poussières organiques n'est pas suffisant (risque de lessivage). Ce sont les raisons pour lesquelles un surplus d’engrais peut être épandu, car l’engrais peut être absorbé plus rapidement. De plus, c'est une excellente pièce de Paul Blokker
Ton Westgeest 7 janvier 2019
Seuls 4 % de ces flux résiduels de matières premières sont utilisés pour l’alimentation animale.
J'ose en douter. Je pense que c'est environ 80 % aux Pays-Bas. Surtout parce que Wageningen produit un tel rapport. Ils ont probablement inclus tous les aliments jetés dans ces 96 % pour des raisons de commodité.
Oui, et on ne peut tout simplement pas donner ça aux animaux, les flux résiduels des supermarchés, de Rendac, des criées, de l'industrie, etc. Il s'agit de choses complètement différentes.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login