Agriphoto

Opinie Gérard Ros

Devenez agriculteur pendant 1 mois et travaillez pour un monde durable

16 Juin 2021 - Gérard Ros - Réaction 1

Se pourrait-il que nous, en tant que chercheurs du sol, nous soyons creusés trop profondément dans le sol ? Avons-nous perdu de vue quand nous avons vu à quel point les processus qui se déroulaient sous terre étaient beaux ?

Cette question m'est venue à l'esprit depuis que j'ai dû accepter le commentaire selon lequel « tous ces administrateurs et chercheurs en pédologie sont préoccupés par les effets sur l'environnement, mais ont perdu de vue la vie agricole ».

En effet, la vie à la ferme est devenue compliquée. Le chercheur A vient parce que l'émission de nutriments dans l'eau de surface est trop élevée, tandis que le décideur B veut empêcher les nuisances olfactives. Le chercheur C veut retenir de l'eau supplémentaire à la source, sinon des inondations se produiront en aval. Tandis que le conducteur D souhaite capter le carbone dans le sol pour atteindre les objectifs de CO2. Le chercheur E s'intéresse aux produits phytosanitaires et aux antibiotiques, tandis que le chercheur F s'efforce d'avoir une biodiversité florissante dans et sur le sol. Sera-t-il un jour possible d'être un agriculteur durable aux Pays-Bas ?

Pas pour rien
Bien sûr, les chercheurs et les décideurs politiques ne viennent pas pour rien. Une grande partie de la gestion des exploitations est motivée par des intérêts économiques, tandis que la qualité des sols reçoit moins d'attention à long terme. Les améliorations survenues ces dernières années en matière de qualité de l'eau et de l'air sont également davantage attribuables à une législation plus stricte qu'à des initiatives du secteur agricole.

Mais la durabilité du secteur agricole n'aurait-elle pas été beaucoup plus élevée si tous ces millions d'euros consacrés à la recherche à l'appui des politiques avaient été consacrés à la mise en œuvre de prouvé mesures des Bonnes Pratiques Agricoles ? Une véritable innovation n'a lieu que si la recherche atterrit également dans l'esprit et le cœur des entrepreneurs agricoles individuels.

Poussé par le monde des rêves
C'est pourquoi j'ose dire que notre société, y compris les chercheurs en pédologie, est animée par un monde de rêve dans lequel une alimentation bon marché va de pair avec une agriculture durable. Cependant, la réalité est trop indisciplinée pour s'inscrire dans ce monde de rêve : les pertes sont inhérentes à la production d'aliments et les techniques de culture durable ne sont pas toujours économiquement justifiées. La gestion par la recherche axée sur la pratique est donc cruciale.

Une alternative consiste à payer en tant que société non seulement pour les produits alimentaires, mais aussi pour la durabilité de leur production. Cela donne aux entrepreneurs agricoles la possibilité (et l'incitation) de rendre le processus de production plus durable. Un avantage supplémentaire est que nous pouvons atteindre à court terme les objectifs nationaux et internationaux en matière de qualité du sol, de l'eau et de l'air.

Mon conseil aux pédologues : enrichissez votre vie de sagesse agricole, devenez agriculteur à temps plein pendant un mois tous les 5 ans et contribuez ainsi à un monde durable.

Gérard Ros

Chef de projet senior en sol, eau et agriculture au Nutrient Management Institute (NMI).

En savoir plus sur

Gérard Ros
commentaires
Réaction 1
Abonné
Le soleil 16 Juin 2021
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/column/10892803/word-1-month-boer-en-werk-aan-duurzame-wereld]Devenez agriculteur pendant 1 mois et travaillez pour un monde durable[/url]
Belle pièce, et je suis en désaccord avec 2 points.
1) la qualité du sol à long terme reçoit moins d'attention.
Celui-ci a toute l'attention, c'est mon facteur de production le plus important. Cependant, la législation actuelle m'empêche de lui donner la quantité d'OS, etc. dont il a besoin. C'est donc la politique qui est à l'origine de ce problème et non l'agriculteur.

2) L'agriculture n'est pas durable.
Ma position est que l'agriculture est l'un des secteurs les plus durables parce que :
A) Mon sol se perpétue de génération en génération, maintes et maintes fois. Je n'ai pas de machine aussi vieille que mon cul et qui fonctionne toujours au top.
B) Mes cultures, p. À quel point voulez-vous qu'il soit durable? De plus, le produit est également naturellement dégradable, donc pas de déchets. Quand vous voyez ce processus de production, comment pouvez-vous dire qu'il n'est pas durable ? Quels sont les processus de production qui sont si durables ?

Suggestion pour les chercheurs A à F de choisir un autre secteur, où plus de rendements peuvent être obtenus de la recherche que de rendre l'agriculture durable durable.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login