Shutterstock

Actualités L'azote

"Seuil générique difficile à court terme"

27 Novembre 2019 - Kimberley Bakker - Commentaires 4

Une valeur seuil générique pour l'azote est difficile à atteindre à court terme, écrit le Conseil d'Etat dans son avis au conseil des ministres ce mardi 26 novembre. L'organisation propose d'étudier les valeurs seuils sectorielles ou spécifiques à une zone pour les dépôts d'azote.

la conseils d'experts personnalisés du Conseil d'État intervient à la demande de la Chambre des représentants. En octobre, la ministre Carola Schouten (Agriculture, Nature et Qualité alimentaire) a demandé au Conseil d'État dans quelles conditions une valeur seuil pour l'azote peut être introduite. Si cette valeur est fixée, aucune autorisation n'est requise pour les activités dont les dépôts d'azote restent inférieurs à cette valeur seuil. Ceci dans le cadre de la loi sur la conservation de la nature. Les milieux d'affaires ont plaidé pour une valeur seuil de (minimum) 1 mol par hectare et par an, équivalent au Nitrogen Approach Programme (PAS).

pas en faveur
Toutefois, le Conseil d'État indique dans son avis qu'il ne voit pas l'intérêt d'une valeur seuil applicable au niveau national. Il propose donc un certain nombre d'alternatives réalisables. "Une valeur seuil sectorielle peut s'appliquer au secteur de la construction, qui contribue relativement peu aux dépôts d'azote. Il est également possible de fixer des valeurs seuils spécifiques à une zone. Celles-ci doivent ensuite être spécifiées en fonction de la situation dans une certaine région", rapporte l'organisation. .

Le Conseil d'État précise également qu'aucune valeur seuil ne peut être fixée pour les zones Natura2000 en zone frontalière. À partir de l'armoire cette demande a été faite, car dans ces régions il y a peu de possibilités de réduire les dépôts d'azote (en raison des influences de l'étranger). "L'argument selon lequel ces zones Natura2000 ont besoin de moins de protection contre les dépôts étrangers d'azote n'est pas acceptable", déclare le conseiller.

Date limite de décembre
Le cabinet s'est fixé la date limite pour présenter un ensemble de mesures à la mi-décembre pour s'attaquer aux problèmes d'azote dans le pays. En raison de la publication de l'avis du Conseil d'État, la probabilité que la valeur seuil nationale soit incluse a diminué.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Kimberley Baker

Kimberly Bakker est rédactrice polyvalente à Boerenbusiness† De plus, elle a un œil sur les canaux de médias sociaux de Boerenbusiness.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 4
sefO 27 Novembre 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/financieel/ artikel/10884820/generic-threshold-value-on-short-term-difficult]'Valeur seuil générique difficile à court terme'[/url]
Qui fait la politique aux Pays-Bas ?
Même si vous nettoyez tous les agriculteurs et les animaux aux Pays-Bas, les normes actuelles dans de grandes parties des Pays-Bas ne peuvent pas être respectées.
Le Conseil d'État le sait, le gouvernement et les provinces le savent, qu'est-ce qu'on fout.
On ne peut pas demander l'impossible à un groupe professionnel, le Conseil d'Etat non plus.
Le gouvernement doit avoir la possibilité de corriger ses erreurs fatales sans demandes impossibles du même Conseil d'État.
À mon avis, le Conseil d'État ne peut pas fixer des exigences (irréalisables).
péta 27 Novembre 2019
Là où il n'y a pas de volonté, il n'y a pas de chemin !
Et les partis paysans comme le CDA et le VVD continuent de déconner dans ce gouvernement de mauvaise volonté paysanne et de régentisme à courte vue. Il n'y a pas de vision et pas de décision de vision, malgré tous les porte-parole agricoles bienveillants autoproclamés !
Ton Westgeest 27 Novembre 2019
Ce n'est pas la faute du RvS, sjefO, le RvS vérifie seulement si c'est correct. Si la loi est respectée.
L'Europe ne peut pas non plus vous blâmer pour cette situation. C'est de la politique qui se tire une balle dans le pied...

Les politiques, à l'écoute du lobby vert, réclament des espaces naturels. Vous pouvez obtenir de l'argent de l'Europe pour cela et il y a des règles à cela. Mais les politiciens eux-mêmes proposent également des règles supplémentaires, en consultation avec Staatsbosbeheer, Natuurmonumenten et toute une série d'organisations. Toutes les organisations gourmandes en subventions (l'argent des impôts) imprégnées d'anciens politiciens, comme Veerman. Bien sûr, cela ne facilite pas l'élimination des zones désignées par erreur de la liste maintenant...

Et vous demandez : qui fait la politique aux Pays-Bas ?

Il est très facile de répondre à cette question, car aucune politique n'est élaborée. Les politiciens s'occupent du contrôle des symptômes. Ils ne proposent quelque chose que lorsque les choses tournent mal. Dans la police, l'éducation, les soins de santé, les soins aux personnes âgées, les personnes handicapées, la pêche, la construction, le climat, etc. et le secteur agricole... et dans notre secteur, ils ne peuvent rapidement plus trouver de solution !! Ils paniquent !!

Mais ils reviendront...
producteur durable 27 Novembre 2019
Les agriculteurs néerlandais travaillent sur des terres cultivées,
il y a une différence entre les bonnes et les moins bonnes et les moins bonnes terres cultivées.
Tous ces sols nécessitent les soins et les soins nécessaires pour chaque culture à cultiver.
si cela est fait correctement et qu'il pleut suffisamment et qu'il ne sèche pas trop pendant les saisons de croissance et la saison (de repos) hivernale, alors les cultures sont réussies.
Depuis de nombreuses années, une nature s'est développée sur les sols marginaux trop pauvres, trop humides, trop marécageux ou trop secs pour être cultivés.
Maintenant, nous vivons dans un pays densément peuplé où nous organisons tout bien,
cependant, il apparaît maintenant que la pluie qui tombe aux Pays-Bas n'est peut-être pas la même.
C'est pourquoi il faut choisir si la pluie qui doit tomber sur la nature est la bonne ;
en tant qu'agriculteurs, nous croyons qu'il en est ainsi, mais aimerions avoir la folie que nous avons trop peu de connaissances sur le sujet. et ainsi nous vivons
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Fond Humeur azotée

Les projets ministériels de l'Omtzigt s'annoncent après le débat sur l'agriculture

Fond Humeur azotée

Le règne de l’ombre longue provoque de l’irritation et de la grogne

Fond Humeur azotée

L’orientation mission du Rutte IV battu

Interview Marie Dekkers

Les prix élevés des terrains constituent le plus grand défi de l’extensification

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login