Shutterstock

intérieur Pommes de terre

La discussion sur le prix du contrat 2019 éclate

27 Novembre 2018 -Niels van der Boom - Commentaires 21

Les discussions n'ont pas manqué lors du salon biennal de la pomme de terre Interpom Primeurs à Courtrai. En plus de la saison de culture exceptionnelle de 2, il y a beaucoup de discussions et de spéculations sur les prix et les conditions des contrats pour 2018. Le transformateur Clarebout est le premier à publier son prix pour les pommes de terre primeurs.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Mise à jour du 28/11 : Plus tôt, cet article mentionnait à tort différents prix contractuels pour les pommes de terre Clarebout. Ceux-ci ont été adaptés et complétés.

Outre la mécanisation et les fournisseurs, cette édition d'Interpom se concentre principalement sur les contrats au forfait pour la saison 2019/2020. De combien s’élève l’augmentation des prix ? Les plants de pommes de terre sont-ils suffisamment disponibles ? Quelles conditions sont imposées ? Ce sont des questions fréquemment posées.

Prix ​​du contrat Pommes de terre Clarebout
Le plus grand producteur belge de frites ; Clarebout Potatoes a été le premier transformateur de pommes de terre à annoncer un prix contractuel à Interpom. Cela s'applique aux « chips de pommes de terre fermières », livrées à partir de la semaine 28 (du 8 juillet au 14 juillet). En première moitié de semaine, Clarebout paie 18 € les 100 kilos et en seconde moitié de semaine 17 € les 100 kilos. Au cours de la semaine 29, le prix baisse deux fois de 2 € pour 1 kilos, pour finalement finir à 100 € pour 36 kilos au cours de la semaine 2 (du 8 au 12 septembre).

Le prix contractuel de la variété Amora s'applique de la semaine 28 à la semaine 30. Ils passent ensuite à la variété Sinora et à partir de la semaine 34 c'est la variété Santé.

Clarebout n'a pas pu être joint pour une réponse aux prix évoqués. Selon les initiés Boerenbusiness En 2, les prix ont augmenté de 4 € les 100 kilos sur les 2018 premières semaines (par rapport à la récolte 2017). En XNUMX payé l'entreprise avait encore un prix départ terre de 11 € les 100 kilos à la mi-septembre.

Les détails des contrats ne sont pas connus. Il est précisé que le volume maximum contractable par hectare diminuera à 30 tonnes, alors qu'auparavant il était de 40 voire 50 tonnes par hectare. Les prix contractuels pour la principale récolte de pommes de terre frites ne sont pas encore connus. Chez Interpom, une augmentation de prix d'environ 2 € à 2,50 € les 100 kilos a été prise en compte.

Augmentation significative des prix
De contrats à prix fixe La récolte 2018 a connu la plus forte baisse : entre 0,70 € et 1,50 € les 100 kilos. Lors de la semaine de livraison 17 et fin juin, le prix a effectivement baissé, mais dans la plupart des cas, pas plus de 0,60 à 0,80 € pour 100 kilos. Les hausses de prix évoquées pour la récolte 2019 constituent donc une augmentation significative par rapport aux années précédentes.

Cela ne veut pas dire que les producteurs belges et néerlandais reçoivent les messages avec joie. Il faut de la stabilité plutôt que de fortes fluctuations des prix. En outre, on craint également une expansion significative de la superficie. Il existe encore des opportunités en Wallonie, mais surtout dans le Nord de la France. La disponibilité des plants de pommes de terre dicte en grande partie la superficie cultivée. Pas de contrat, pas de plants de pommes de terre, voilà à quoi cela ressemble sur Interpom.

Appel à la résistance
Le groupement d'intérêt belge Syndicat général des agriculteurs (ABS) s'est déjà fait entendre à plusieurs reprises cette année au sujet des contrats. Le président Hendrik Vandamme parle de contrats de mainmise. Juste avant l'Interpom, ses propos étaient forts publié dans le magazine des membres 'De Drietand'. "Il faudrait peut-être réduire considérablement les superficies cultivées, pour que le bilan devienne négatif. Pourquoi ne pas sauter les pommes de terre pendant un an ?", suggère-t-il.

Même si tous les transformateurs déclarent vouloir être partenaire du producteur, ce n’est pas le cas. Aux Pays-Bas, les usines visent des contrats pluriannuels, qui incluent une majoration de prix. Cependant, la Belgique s'en tient aux contrats à prix fixe d'un an, avec un tonnage fixe par hectare. L'absence de clause de force majeure, comme aux Pays-Bas, fait défaut en Belgique. "Les nouveaux contrats ne montrent pas la moindre once de respect pour le producteur", a déclaré Vandamme. Les conditions contre lesquelles l'ABS et le Boerenbond se sont battus cette saison restent en place.

Les transformateurs rappellent aux défenseurs et aux producteurs que les agriculteurs signent en toute compréhension. "C'est trop simpliste", écrit Vandamme. "Seul un contrat dans lequel les deux parties sont considérées comme des partenaires égaux offre un avenir à toutes les parties."

En recherche de culture primeur
Alors que les usines de puces fonctionnent à une vitesse record, un casse-tête difficile est en cours de résolution. Cela a été souligné une fois de plus lors de l'Interpom. Il manque à la Belgique 1,5 million de tonnes de pommes de terre, ce qui rend l'importance de la « récolte au champ » cruciale. Il existe une recherche mondiale pour les pommes de terre frites de primeur.

En outre, les transformateurs sont actifs dans les zones de culture du sud de l'Europe ; une région productrice bien connue est Bordeaux, dans le sud-ouest de la France. Même les producteurs de pommes de terre belges voient leur opportunité et louent ici des terres pour la culture sous contrat, comme le disent les initiés.

La saison 2019/2020 comporte encore de nombreuses incertitudes et des fins ouvertes. Y aura-t-il suffisamment de précipitations cet hiver pour compenser les pénuries ? Quelle influence l’offre de plants de pommes de terre a-t-elle sur la superficie cultivée et les producteurs acceptent-ils de nouveaux contrats ? L'enregistrement de la récolte principale n'a pas encore commencé. C’est pourquoi il est trop tôt pour faire des déclarations fermes.

Conclusions saison pomme de terre 2019/2020 :

  • Une augmentation significative des prix (jusqu'à 4 € les 100 kilos) est attendue dans le contrat à prix ferme ex-terre, afin de disposer de suffisamment de matière première l'été prochain.
  • La hausse des prix pour la récolte principale devrait être moindre (2 à 2,50 € les 100 kilos).
  • Les conditions de livraison devraient rester (encore) inchangées pour 2019.
  • Les obligations non remplies lors de la récolte 2018 doivent être compensées en 2019.
  • Ne pas signer de contrat signifie ne pas pouvoir acheter de plants de pommes de terre.
  • On s’attend à une disponibilité limitée des variétés de chips populaires, en particulier des variétés précoces.
  • Une expansion de zone en Belgique est probablement difficile. Il y a plus d'options dans le nord de la France.
  • Des zones de culture alternatives sont recherchées pour la culture primeur.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login