Shutterstock

Actualités L'azote

L'expansion du troupeau laitier dans la nature freinée

9 Octobre 2019 - Editeurs Boerenbusiness - Commentaires 11

Si un plan de zonage permet l'extension des exploitations laitières, la commune doit étudier les conséquences pour les zones protégées Natura 2000. Les conséquences d'un surpâturage doivent également être prises en compte. Cela peut signifier que les options d'extensibilité seront supprimées.

Cela ressort d'une décision du Conseil d'État portant modification d'un plan d'urbanisme pour la périphérie de Halderberge. La plus haute juridiction administrative a jugé que la commune n'avait pas suffisamment étayé les conséquences d'un surpâturage sur les zones Natura 2000. Les options d'agrandissement que le plan de zonage offre à cet effet, selon le Conseil d'Etat, seront donc supprimées.

Examen obligatoire
La décision stipule que les conséquences du pâturage doivent également être prises en compte dans l'enquête de la municipalité. La municipalité est tenue de mener une enquête, tant dans le cas où le bétail supplémentaire reste dans la grange que dans la situation dans laquelle les animaux sortent dans le pré.

Le Conseil d'État souligne que l'arrêté ne signifie pas que les animaux doivent toujours être gardés à l'étable et qu'ils ne sont plus autorisés à sortir dans le pré. « Si la recherche montre que les conséquences sont acceptables, il est possible d'étendre le cheptel. Les animaux peuvent donc se promener dans le pré et ne doivent pas toujours être dans l'étable », explique la mairie.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 11
Abonné
petit malin 9 Octobre 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/melk/artikel/10884272/expansie-melkveestapel-bij-natuur-aan-banded]Extension du troupeau laitier dans la nature restreinte[/url]
qui siège réellement au conseil d'état ?
sont-ce que ces stupides chaussettes en laine de chèvre de gauche ne portent rien ?
Abonné
petit malin 9 Octobre 2019
fait quelques recherches sur Google
Thom de Graaf D66 est dedans, c'est suspect
notre roi est aussi dedans
mais il n'y a pas d'agronome dedans
grain 9 Octobre 2019
quelle connerie, désormais je ne fais plus de vache au pré !!!!
Pieter 9 Octobre 2019
Aux Pays-Bas, vous ne laisserez pas vos terres fertiles vous être enlevées sous couvert du problème climatique (mensongé), imposé par l'ONU.
Dans le but d'un contrôle complet sur la terre et les gens.
recherche le sur Google. un calendrier21
Maxwell 10 Octobre 2019
Incompréhensions persistantes sur l'agriculture durable (1)

Garder les vaches à l'intérieur est meilleur pour l'environnement… en intensifiant l'agriculture, nous pouvons préserver la nature…

Si vous êtes à nouveau confronté à l'une des affirmations ci-dessus, il est important de jeter un coup d'œil à la situation dans son ensemble pour voir ce qu'il reste de ces affirmations. avant cela ; pratiquement tout l'argent de la recherche va à l'agriculture industrielle, le lobby est dominé par les fournisseurs (engrais et produits chimiques) et l'industrie alimentaire à grande échelle et la vente au détail et il y a peu de médias vraiment indépendants où vous obtenez les faits. Derrière de nombreux programmes se trouvent des financiers/sponsors tels que Unilever et cetera. Toujours bon à savoir quand on lit ou entend quelque chose. Suivez l'argent.

Cela exige beaucoup de personnes qui veulent vivre consciemment et faire des choix durables. Dissipons donc quelques malentendus.

Une agriculture véritablement durable garantit que les animaux obtiennent leur nourriture autant que possible des zones proches et des flux alimentaires qui ne concurrencent pas ou concurrencent le moins possible la nourriture des humains. Donc les vaches sur les prairies et les cochons et poulets sur les aliments de la ferme et en partie sur les flux résiduels. C'est ainsi que l'agriculture a toujours été organisée. Le fumier animal a de nouveau été utilisé pour la fertilité des sols et c'est ainsi qu'il en est encore dans l'agriculture biodynamique.

Si vous voulez garder des millions d'animaux sans qu'ils soient « liés au sol », mais dépendants des importations de soja principalement d'Amérique du Sud, oui, alors il serait peut-être préférable de les garder à l'intérieur à cause des émissions de méthane, surtout si vous allez donner beaucoup de concentrés aux vaches pour qu'elles aient constamment de la diarrhée et pètent. Mais c'est un modèle complètement insoutenable de toute façon. Les animaux doivent avoir leur place dans le cycle et ensuite vous pouvez occasionnellement manger un morceau de viande ou utiliser du lait et des œufs. C'est mieux pour l'environnement et notre santé. Et les animaux ont droit à l'existence d'un animal, donc ils peuvent paître ou paître à l'extérieur. Grâce au pâturage, l'urine et les matières fécales restent séparées, comme dans la nature, de sorte que moins d'ammoniac est libéré. Autrement dit, une véritable agriculture circulaire régionale et pas de cycle via les importations d'aliments pour animaux via l'Argentine ou le Brésil, d'où un gigantesque surplus de fumier dans notre pays. Un problème qui est imputé à la communauté et non aux commerçants.

Autre chose, si nous devions cultiver très intensivement, alors nous aurions des terres laissées à la nature, selon les « éco-modernistes » autoproclamés. Mais dans les extrêmes climatiques actuels, la production du bio égalera voire dépassera largement celle du conventionnel, car seuls les soins à la biodiversité et à la fertilité des sols peuvent maintenir la production. Des essais comparatifs à long terme sur le terrain entre les cultures conventionnelles et biologiques l'ont prouvé. (Rodale Institute farm trial) Les engrais artificiels et les labours profonds s'épuisent, la fertilité des sols décline presque partout dans l'agriculture conventionnelle. Il s'agit donc bien d'une agriculture inclusive de la nature, pensant et travaillant le plus possible en cycles au niveau de l'entreprise ou du territoire et augmentant la biodiversité et la fertilité des sols par l'utilisation de compost et la rotation extensive des cultures avec des cultures améliorant les sols pour augmenter la résilience des système à augmenter. Malheureusement, les fournisseurs n'ont pas grand-chose à en tirer. L'argent doit également être gagné beaucoup plus sur et autour des fermes.

La prochaine fois à propos des 'cadres' constitués par le lobby qui biologiquement ne seraient pas plus sains, les contes de fées technologiques et le problème alimentaire mondial dont les Pays-Bas s'occuperaient.

Bert van Ruitenbeek, directeur de Demeter, le label de qualité pour l'agriculture et l'alimentation biodynamiques


Date de publication : lun. 30 sept. 2019
Maxwell 10 Octobre 2019
D'abord le problème de santé. Si quelqu'un peut m'expliquer comment le contrôle des mauvaises herbes et des insectes avec des produits chimiques est une approche saine, j'aimerais l'entendre. Le seul moyen véritablement durable consiste à investir dans la fertilité des sols et la biodiversité pour lutter contre les ravageurs et les maladies et exploiter le pouvoir de la nature. Cela garantit un système sain qui peut fournir de l'eau propre, de l'air frais, de la terre propre et une nutrition vitale. La base d'un environnement vivable. Mais la «santé» est souvent réduite au produit final. Pouvez-vous y prouver qu'il a des effets directs sur la santé sur la base des ingrédients. Il existe de nombreuses indications pour ce dernier, mais peu de recherches ont été faites jusqu'à présent. Pour l'instant, nous pouvons conclure qu'il n'y a pas de restes de substances auxquelles nous renonçons. Et surtout à propos des cocktails de substances toxiques que nous ingérons - bien qu'à faible dose - il y a de nombreuses inquiétudes, surtout pour les enfants en pleine croissance. L'industrie alimentaire gagne de l'argent avec des aliments transformés fabriqués à partir de matières premières aussi bon marché que possible, et non de laitue non pulvérisée.Mais surtout, comprenons que la santé est un concept beaucoup plus large et que nous ne pouvons rester en bonne santé que dans un environnement propre. Peut-être obtiendrons-nous une production de serre plus «technologiquement» propre, mais avec les concombres et les tomates, ils produisent principalement de l'eau et des cultures avec peu de cultures riches en nutriments et en calories, qui devront continuer à provenir de la pleine terre.

Et puis la question alimentaire mondiale. Cela n'a rien à voir avec l'augmentation de la production dans notre pays. En fait, cela a l'effet inverse. Le fait est qu'un agriculteur africain passe de 2 tonnes à 4 tonnes de rendement par hectare et non que nous produisons plus de 8 tonnes par hectare et que nous inondons par la suite les marchés des pays en développement. Il en va de même pour nos poulets de chair et nos élevages intensifs. Cela nécessite de l'artifice, avec une utilisation à grande échelle des énergies fossiles. Produire moins de viande (et donc importer beaucoup moins d'aliments pour animaux) et manger, moins de déchets et, au contraire, l'extensification dans notre pays, crée de l'espace pour le développement agricole ailleurs où les gens ont besoin d'être nourris. Pour les pays souffrant de pénuries alimentaires, il s'agit principalement d'améliorer la situation des femmes, d'améliorer les infrastructures et d'aider les petits agriculteurs à acquérir des connaissances sur la fertilité des sols et des crédits pour les investissements dans les semences, les engrais et les outils. Il est également très important que les pays les plus pauvres aient la possibilité de protéger leur propre marché avec des droits d'importation. Pour que les choix soient faits à partir du contexte écologique et social plutôt que du lobby des multinationales des semences et de la chimie.

Nos agriculteurs biologiques et biodynamiques atteignent des rendements suffisamment élevés pour passer complètement à une alimentation végétale en Europe, garantir la sécurité alimentaire et contribuer également à la préservation de la biodiversité et au stockage du carbone dans les sols. Le principal défi est de nourrir le "jardin urbain" aux Pays-Bas de manière saine et durable, tout en préservant la nature et le paysage, et il passera d'une économie actionnariale de multinationales aux intérêts directs des agriculteurs et des citoyens de leur propre pays.

Bert van Ruitenbeek, directeur de Demeter, le label de qualité pour l'agriculture et l'alimentation biodynamiques


Date de publication : mer. 02 oct. 2019
Bart de Boer 10 Octobre 2019
A juste titre, la réglementation stricte ! Potdorie, devenu populiste Jaco Geurts, remet en question les méthodes de mesure éprouvées. Aujourd'hui, l'image des agriculteurs se détériore encore davantage, à cause de notre comportement non constructif. Pendant des années, nous, les agriculteurs, avons reporté des mesures pour nous et le gouvernement a toléré ce comportement. Maintenant pleurez ! L'annonce "fier des agriculteurs" des fabricants d'aliments pour animaux était également un gros mensonge. Est-ce que nous, les agriculteurs, en avons besoin, vraiment pas. Nous, les agriculteurs, sommes indemnisés par les contribuables de la Randstad. Les fabricants d'aliments perdent immédiatement du chiffre d'affaires en cas de contraction. Ils veulent maintenir leur modèle d'affaires sur le dos de nos agriculteurs. Pure tromperie paysanne, et nous met sous un mauvais jour. Soyez un entrepreneur et non une poignée de main.
gueus rouge 10 Octobre 2019
Maxwell si vous tombez malade vous n'allez pas non plus à la pharmacie, car alors vous mourrez de la chimie
Maxwell 10 Octobre 2019
Bien dit Bert de Boer. Ces grandes entreprises ont en effet passé des années sur le dos des agriculteurs qui travaillent dur. Ils vous maltraitent, tout comme la Rabobank et l'industrie chimique. Ils n'ont vraiment pas de cœur pour les agriculteurs, mais seulement pour leur propre modèle de revenus.
Ne les laissez pas vous mettre sous leur ceinture.
Le passage à de véritables solutions agricoles durables est la seule voie pour un avenir meilleur pour les agriculteurs, une agriculture saine et de meilleurs revenus pour les agriculteurs. Aussi mieux pour la nature et TOUS les gens.
Ne suivez pas le comportement populiste révolutionnaire des Geurts, Wilders, Lodders ou Farmers Defence Force PARCE QUE VOUS NE GAGNEZ JAMAIS CETTE RÉVOLUTION !!!!
??? !!! 10 Octobre 2019
maxwell retour à geus rouge.

les agriculteurs proches de l'urbanisation n'ont pas d'eau de surface sûre, car les médicaments, la pollution CHIMIQUE des humains!!!!!!!!!!! contaminer l'eau.

donc : répondez :
quand tu peux vivre grâce à la chimie, tu prends une pilule ou tu meurs ???????
JWL 21 Octobre 2019
Maxwell.
Rappelons les différentes productions et respectons les entrepreneurs concernés. Veulent-ils des aliments BD, réguliers ou autrement produits ? Laisser le choix au consommateur. Notre ascendance a développé la production alimentaire d'une certaine manière dans le passé. Avec les connaissances actuelles, nous aurions pu le faire différemment, mais à l'époque, c'était considéré comme le modèle le plus souhaitable et nous devons également le respecter. Mais regardez ce qui se passe en ce moment, beaucoup d'attention et de mesures pour la fertilité des sols, moins d'utilisation de produits phytosanitaires chimiques, utilisation d'engrais animal maximisée, baisse importante du cheptel depuis 1984, moins d'utilisation d'engrais, limitation des émissions d'ammoniac , gestion de la nature agricole et stimulation de la biodiversité, etc. Modes de production bio et réguliers se rapprochent de plus en plus. Tout n'est pas possible, mais l'agriculture se renouvelle comme aucune autre et cela se poursuivra dans les années à venir. Pour cela, il n'est pas nécessaire d'asservir davantage l'agriculteur comme le faisait la noblesse d'alors au Moyen Âge. Encouragez les détracteurs de l'agriculture d'aujourd'hui à démarrer leur propre entreprise. Ils peuvent alors montrer de manière positive, sans dénonciation du mode de culture actuel, qu'ils ont raison ou tort. Et arrêtez de pointer du doigt. En tant que producteur régulier, je ne fais pas ça au collègue BD ou bio. Mais là encore, respectons les différents modes de production, la forme la plus recherchée par la société s'épanouira alors le plus.
Jan Willem Lagerwey.
Éleveur de vaches allaitantes en combinaison avec la gestion de la nature agricole.
Vous ne pouvez plus répondre.

Que font les prix actuels du lait ?

Voir et comparer
dans la comparaison des prix du lait

Fond Humeur azotée

Le règne de l’ombre longue provoque de l’irritation et de la grogne

Fond Humeur azotée

L’orientation mission du Rutte IV battu

Interview Marie Dekkers

Les prix élevés des terrains constituent le plus grand défi de l’extensification

Fond Humeur azotée

Sceptiques résignés et réflexions après coup

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login