Pour les agriculteurs

Interview Pieter Wolleswinkel

"ForFarmers se concentre cette année sur les marchés existants"

25 février 2022 -Steve Wissink

ForFarmers a présenté ses chiffres annuels pour 24 hier, jeudi 2021 février. L'entreprise a terminé ce qu'elle dit être une année "turbulente" avec des résultats inférieurs. Pieter Wolleswinkel, COO Pays-Bas et Belgique de ForFarmers, à propos de l'impact de la guerre en Ukraine, des conditions de marché difficiles, de la situation au Royaume-Uni, des inquiétudes des investisseurs et de la situation des acquisitions.

ForFarmers a terminé 2021 avec un EBITDA sous-jacent en baisse de près de 20 %. Le groupe coté est principalement actif sur des marchés en décroissance, ce qui crée une forte concurrence. Le secteur des aliments composés souffre également des coûts élevés des matières premières et de l'énergie. Dans ses perspectives pour le premier semestre de cette année, le groupe s'attendait à la poursuite des prix élevés des matières premières et de l'énergie, en partie à cause du conflit armé entre la Russie et l'Ukraine. En outre, le secteur agricole du nord-ouest de l'Europe est confronté à une nouvelle baisse du cheptel.

Des développements que non seulement ForFarmers, mais l'ensemble du secteur surveillent de près. Wolleswinkel, directeur opérationnel aux Pays-Bas/Belgique du géant de l'alimentation animale Lochem depuis 2019, reste positif et veut surtout regarder les opportunités qui s'y trouvent. ForFarmers vise une croissance organique dans les pays où il est déjà actif. En cas de candidats potentiels au rachat, le groupe ne semble plus se concentrer sur l'entrée dans un nouveau sixième pays, ce que le PDG Yoram Knoop a annoncé plus tôt. "Le marché est turbulent et mouvant, cela exige notre attention. Pour le moment, les acquisitions possibles se concentrent sur les pays dans lesquels nous sommes déjà actifs", déclare Wolleswinkel.

Dans quelle mesure la situation actuelle en Ukraine affecte-t-elle les résultats de ForFarmers et existe-t-il également une menace directe pour l'activité en Pologne ?
"En réponse au conflit, nous voyons les prix de l'énergie et des matières premières augmenter presque immédiatement. Ce sont deux postes de coûts majeurs pour nous. Nous avons donc également indiqué dans la présentation de nos chiffres annuels que nous prévoyons l'EBITDA au premier semestre L'impact sur les prix ne peut pas être estimé à plus long terme. En ce qui concerne la menace directe sur nos activités en Pologne, elle semble faible pour le moment. Premièrement, nos usines sont encore relativement éloignées de la frontière polono-ukrainienne. De plus, la Pologne est membre de l'OTAN. Nos contacts avec des collègues là-bas ne révèlent aucune menace aiguë. Il est bien sûr vrai que les activités adjacentes à une zone de guerre, comme nous pouvons maintenant appeler l'Ukraine, exiger l'attention de l'afflux important de réfugiés que la Pologne recevra dans un proche avenir.D'autres acteurs du secteur actifs en Ukraine même, tels que Cargill et Nutreco, kri Nous comprenons qu'il y a des préoccupations majeures avec ces entreprises."

Knoop a qualifié 2021 d'année mouvementée. Comment décririez-vous vous-même les résultats : décevants ou satisfaisants ?
"Je pense que c'est quelque part entre les deux. Turbulent l'indique le mieux. Nous avons bien sûr vu beaucoup d'impact de corona, qui a eu un impact majeur sur nos employés et la chaîne d'approvisionnement. Malgré les infections corona et les quarantaines, nous avons pu livrer les aliments aux clients dans les délais. À mon avis, c'est une très bonne réussite. Nous avons vu que le prix de revient dans notre entreprise a énormément augmenté. Nous avons essayé de répercuter cette augmentation sur la chaîne de manière équitable et cela a été difficile. Difficile est un meilleur mot dans ce contexte que décevant ou satisfaisant.

Vous avez indiqué dans l'explication des chiffres annuels qu'il est trop tôt pour estimer exactement comment le cheptel va se développer. Mais quel est l'effet potentiellement négatif d'une baisse de, par exemple, 10 % du cheptel sur les résultats de ForFarmers ?
"La chose la plus importante pour ForFarmers et les autres parties de la chaîne est d'éliminer les coûts de défaillance qui surviennent. Pensez aux camions inutilisés, au manque de personnel dans les usines, etc. Dans cette optique, il sera important de nouer des collaborations et des partenariats. Bien sûr, aucun agriculteur n'est prêt à payer pour nos inefficacités, ce qui signifie que nous devrons peut-être aussi adapter notre organisation à la taille du marché.Cependant, nous sommes une entreprise ambitieuse et voulons surperformer le marché même en période de contraction. Grâce à cette approche, nous croyons fermement que nous pouvons continuer à être une entreprise saine avec une rentabilité saine.

Le rapport annuel indique que différentes parties prenantes ont fait part au Conseil de Surveillance de leurs préoccupations concernant la performance financière et que celles-ci ont été discutées avec le Directoire. Quelles parties ont exprimé leur préoccupation et quelle était exactement la préoccupation ?
"Bien sûr on voit que depuis qu'on a lâché les perspectives de nos résultats, il y a naturellement des interrogations des actionnaires (dont la coopérative) et des analystes. Ils se demandent : tiens, qu'est-ce qui se passe ici. Nous sommes en contact avec ces parties et Nous indiquons également ce que nous croyons être une attente réaliste. Nous indiquons aussi précisément que possible quels sont les incidents et les problèmes structurels. À notre avis, les prix élevés des matières premières et de l'énergie sont en partie accessoires. Nous déterminons ensuite, en consultation, si cela a conséquences pour la stratégie de l'entreprise. Nous devons également être réalistes sur le fait que, pendant cette période, en partie en raison des conditions du marché, nous réaliserons moins que ce à quoi nous aspirons d'un point de vue stratégique. C'est pourquoi nous évaluons actuellement également notre stratégie.

Essayez-vous de les garder à bord dans la conversation avec les actionnaires ?
"Certainement. Nous croyons en un avenir radieux pour l'élevage, certainement aussi dans le nord-ouest de l'Europe. Nous voyons que lorsqu'un marché bouge - il y a des turbulences - des opportunités se présentent. ForFarmers a un rôle clair dans ce terrain de jeu avec des conditions de marché turbulentes et incertaines. . Nos discussions avec les investisseurs ne portent certainement plus seulement sur les performances financières. Elles exigent également des progrès et des performances dans le domaine de la durabilité. Les investisseurs resserrent leurs mandats à ce sujet. Nous ne travaillons pas seulement avec des objectifs financiers, mais aussi avec des objectifs de durabilité intégrés. Heureusement, notre taille nous permet de bien répondre aux objectifs de durabilité, qui nécessitent parfois une marge de manœuvre financière. Cela nous permet de pérenniser les filières agricoles.

Vous venez d'indiquer l'objectif de croissance organique également. Ceci est toujours exprimé, mais ne s'est pas réellement réalisé depuis des années. Cet objectif est-il réaliste ?
"Si je regarde le cluster Pays-Bas/Belgique, nous avons pu bien maintenir nos parts de marché l'année dernière, malgré un certain nombre de revers. En ligne avec un marché en légère contraction. Je suis convaincu que nous pouvons croître de manière organique quand plus Dans le passé année, les soldes des clients dans certains segments ont évolué de manière agréable et positive. Notre concentration intensive sur le fait d'être le partenaire d'alimentation dans de nombreux partenariats de chaîne contribue également à de bonnes perspectives et jette de bonnes bases pour l'avenir. "

Pourtant, y a-t-il eu une baisse organique significative des volumes au second semestre ?
« C'est exact et c'est en grande partie grâce au programme d'assainissement à chaud dans l'élevage porcin. Le déploiement de concepts de bien-être animal dans le segment de la volaille signifie également que les entreprises individuelles achètent moins d'aliments pour animaux. De plus, nous rapportons les Pays-Bas en combinaison avec la Belgique, bien sûr, et c'est là que le nombre d'animaux est soumis à une forte pression."

Le volume va-t-il se stabiliser dans les premiers mois de 2022 ?
« Depuis avril/mai (2021) dernier, on constate des volumes sous pression en raison du dispositif d'assainissement chaud (annuel, ndlr). Dans les mois à venir, on s'attend à ce que ce dispositif ait un certain effet sur la vente de porc. et l'élevage bovin, cependant, nous sommes plus positifs. La suppression progressive des mesures corona conduira à une reprise de la population de poulets de chair. L'élevage bovin est un peu plus difficile à prévoir, mais les prix élevés du lait peuvent inciter les agriculteurs à décider de augmenter la production et utiliser plus de concentrés pour cela De plus, nous sommes très satisfaits de notre score technique sur les fermes laitières, ce qui se reflète dans la fidélité de nos clients bovins. »

Si l'on regarde les ventes d'aliments pour animaux au Royaume-Uni, on constate qu'en sept ans le volume est passé de près de 3,1 millions de tonnes à plus de 2,4 millions de tonnes. Une telle baisse de volume n'est-elle pas problématique et y a-t-il des pistes ?
"Certainement qu'il y en a. Lorsque nous avons repris BOCM Pauls au Royaume-Uni en 2012, il y avait un volume relativement important qui n'ajoutait pas grand-chose au résultat. Il y avait de nombreux contrats/accords de prix qui apportaient du volume, mais dont le prix était très minime pour nous. du point de vue de la marge. La chaîne des aliments composés est bien sûr également organisée de manière très différente au Royaume-Uni. Le pays est beaucoup plus grand et il y a plus de sites de production. De plus, les distances de transport par route des matières premières aux usines et aux aliments pour animaux sont plus grandes. En tant qu'entreprise, nous ne voulons pas seulement nous concentrer sur le volume, mais aussi sur une rentabilité appropriée.Cela signifie parfois que vous traversez d'abord un creux, mais que vous travaillez vers une entreprise plus efficace à plus long terme.Lentement mais sûrement, nous constatons maintenant aussi que le bénéfice brut par tonne d'aliments pour animaux augmente. C'est un pas dans la bonne direction.

Une baisse du volume d'aliment n'a-t-elle pas un effet significatif sur les coûts fixes par tonne d'aliment ?
« C'est bien l'équilibre que nous devons rechercher sur ce marché, la réorganisation de la production sans que les coûts fixes à la tonne augmentent trop. Cependant, en tant qu'entreprise, nous sortons renforcés d'un tel processus, dans lequel nous sélectionnons mieux les activités ajoute vraiment ce que pour l'entreprise. La direction en Angleterre ose vraiment prendre des décisions dans ce domaine, nous voyons donc les perspectives comme positives.

Le dividende pour les actionnaires est resté inchangé. Ceci est, bien sûr, basé sur les résultats. Le niveau actuel du dividende (0,29 €) est-il un point d'interrogation pour l'avenir, maintenant que les marges sont sous pression ?
"La question est : comment gérons-nous nos flux de trésorerie. Nous investissons massivement dans nos usines et dans des acquisitions intéressantes. Compte tenu de notre bilan solide, nous ne voulons pas non plus oublier nos actionnaires. C'est pourquoi nous avons vu pour cette année qu'il est justifié de verser un dividende de 0,29 €, inchangé par rapport à 2020. Cela signifie également que les sociétaires/clients de la coopérative FromFarmers, sur la base d'une répartition par rapport au nombre d'équivalents fourrages, paient un supplément de plus de 4,50 € par tonne de flux Notre politique de dividende est de verser 40 % à 60 % du bénéfice sous-jacent après impôt aux actionnaires, soit environ 2021 € par action sur la base des résultats de l'année 0,19. Le dividende "supplémentaire" de 0,10 € est possible car de notre bilan solide, de sorte que, puisque le dividende dépend du bénéfice sous-jacent fluctuant chaque année, nous ne pouvons faire aucune déclaration sur le montant des dividendes futurs. ig dividende est un point d'interrogation pour chaque entreprise, chaque année. Aussi pour nous."

En parlant d'acquisitions, il est question depuis un certain temps d'ajouter un sixième pays au portefeuille, pensez-vous que cela va se faire cette année ??
"Nous regardons vraiment les acquisitions avec politique. Nous voyons qu'il y a beaucoup de dynamisme et de mouvement dans les pays où nous sommes déjà actifs, en partie en raison de la diminution du nombre d'animaux. Voir, par exemple, l'acquisition de Coppens nutrition animale par De Heus, la collaboration d'ABZ avec De Collaboration. Sur le marché actuel, les parties se demandent : à quoi ressemblera mon avenir et quel rôle y jouerai-je ? Il en résulte des mouvements fondamentalement différents de ceux des marchés en croissance. Je peux dire que cette année, nous nous concentrons davantage sur les pays où nous sommes déjà actifs que sur les acquisitions dans de nouveaux pays."

En bref sur la liste de ForFarmers. A l'heure de l'entrepreneuriat social et durable, la forme organisationnelle coopérative semble avoir le vent en poupe. Hein Schumacher estime que le temps du capitalisme actionnarial est derrière nous, Wiebe Draijer parle à Rabobank du test coopératif par rapport auquel les produits et services fournis doivent être examinés. Croyez-vous toujours qu'une cotation en bourse corresponde à l'ADN d'une entreprise autrefois coopérative ?
"Nous devons revenir à la question : pourquoi sommes-nous devenus publics ? Nous n'avons pas fait cela pour lever des fonds. Avec la croissance de l'entreprise, la question s'est posée : à qui appartient cette entreprise à l'heure actuelle et comment cela C'est pourquoi les actifs ont d'abord été mis au nom des membres. Ensuite, une plateforme de négociation a été créée pour pouvoir négocier ces titres. La dernière étape de ce processus a été l'introduction en bourse.

"En ce qui concerne l'ADN d'une entreprise, je comprends qu'il y a toujours une certaine émotion avec une introduction en bourse, mais je pense aussi que la médaille a deux faces. La cotation garantit qu'aucune autre entreprise d'alimentation ne fonctionne de manière aussi transparente. Nous communiquons à agriculteurs sur ce que nous faisons, comment nous travaillons, ce que nous pensons et comment nous performons. Les clients apprécient cela. Nous avons eu des pics élevés, bien sûr, et nous avons maintenant des résultats un peu moins bons. Le plus important est : peu importe comment les choses optez pour ForFarmers, des aliments de bonne qualité retournent tout simplement dans le silo. De plus, une part importante des actions est toujours détenue par la coopérative et les membres individuellement. Nous sommes donc en partie coopératifs, en partie cotés en bourse.

Pourtant, y a-t-il une image quelque peu négative d'une introduction en bourse auprès d'investisseurs qui recherchent le rendement ?
"À mon avis, cela a aussi à voir avec le sentiment que les investisseurs veulent toujours rechercher des rendements à court terme. ForFarmers a une véritable vision à long terme, qui est également soutenue par le conseil de surveillance et coordonnée avec tous les actionnaires, y compris le Notre objectif à long terme est dans l'intérêt de nos clients et des autres parties prenantes. Le fait que nous ne nous concentrons pas sur les rendements à court terme ressort également du fait que nous avons investi pas moins de 2020 millions d'euros en 2021 et 75 dans conserver nos propres usines. Malgré les défis du secteur, nous n'avons jamais autant investi dans nos sites de production. C'est le signe que nous sommes là pour "l'avenir de l'agriculture". Le plus important, à mon avis, est que nous travailler avec tous les acteurs du secteur pour travailler sur la chaîne la plus efficace possible. Qu'elle soit privée, coopérative ou cotée, cet objectif est finalement le même pour tous."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Steve Wissink

Stef Wissink est éditeur chez Boerenbusiness et écrit sur les développements actuels du marché des produits laitiers et porcins. Il suit également l'agrobusiness néerlandais et international.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Interview Pieter Wolleswinkel

ForFarmers veut désormais tourner la page après une année difficile

Actualités Chiffres annuels 2023

ForFarmers termine 2023 avec une légère perte

Analyse Voer

La fin de la ligne est la baisse des prix des aliments composés

Analyse Voer

Le repos chez ForFarmers ne se reflète pas encore dans la valeur boursière

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login