Shutterstock

Opinie Krijn J. Poppe

Qui prendra le contrôle d’une bonne vision de la production alimentaire ?

22 Avril 2024 - Krijn J. Poppe

Des appels à une vision et à une direction sont régulièrement lancés. Une conséquence d’une époque où le gouvernement ne voulait pas diriger, tout au plus résoudre les problèmes et attendait souvent trop longtemps. C’est pourquoi des mesures de panique sont désormais prises sous pression, ou même cela n’est plus possible. La question est donc souvent posée : où voulons-nous aller avec ce pays et ce secteur, et on reproche à La Haye de ne pas avoir présenté de vision.

Mais pourquoi le monde des affaires a-t-il réellement besoin d’une vision du gouvernement ? Ne peuvent-ils pas le faire eux-mêmes ? Un bon exemple d’auto-motivation dans le secteur est le conseil Om Clean Business qu’un comité chargé a adressé au Conseil de l’agriculture en 1989. Le titre à lui seul était magistral. Le comité était présidé par l'ancien ministre Fons van der Stee, Gert van Dijk en était le secrétaire. Et aussi un certain nombre d'adhérents de renom « qui ne sont pas impliqués dans la pratique quotidienne de l'activité agricole et horticole » et « regardaient donc le secteur avec une certaine distance ». Le comité a commandé 24 études et la liste des personnes interrogées occupait six pages.

Le secteur est confronté à un choix
Dans l'étude sur les perspectives du secteur agricole, la commission a constaté un certain nombre d'évolutions défavorables : la suppression progressive de la politique agricole commune (PAC) et les mesures qui doivent être prises pour réduire la pollution de l'environnement. Le comité a souligné l'intérêt du secteur à un environnement de travail propre, la réputation du produit ne devant pas être discutée. Le rapport présentait au secteur un choix : poursuivre la stratégie d'efficacité ou passer à une stratégie de pointe sur le marché. Cette dernière impliquait une forme d’inversion de chaîne, dans laquelle l’agriculture se concentre sur les produits et les sous-marchés pour lesquels elle produit d’une manière orientée client. Cela nécessite des investissements, notamment dans le marketing et la recherche. Le comité a vu plus de perspective dans cette stratégie que dans la stratégie du prix de revient.

Le rapport de près de 300 pages a abouti à 25 recommandations. Teneur : le comité ne considère pas les perspectives défavorables à condition que l'innovation et l'élargissement des objectifs soient atteints. Une agriculture néerlandaise caractérisée par un commercialisme propre peut envisager l’avenir avec confiance.

Les conseils utiles peuvent vite devenir obsolètes
Trente-cinq ans plus tard, il est difficile d’évaluer l’utilité de cette vision. Le développement de la PAC a été bien vu, mais les manifestations en faveur des grandes cultures quelques années plus tard n'ont pas été moins intenses. L'environnement allait rester un casse-tête, mais des initiatives ont été prises pour y remédier d'une manière commerciale, par exemple par le biais du bilan minéral. Ce qui n’empêcherait pas les atteintes à la réputation de la viande et des produits laitiers que nous connaissons actuellement.

Les années 90 ont été caractérisées par la formation de chaînes et une attention accrue portée à la recherche sur la différenciation des consommateurs et des produits. Des coopératives investies dans des marques. À cet égard, les conseils ont probablement été très utiles. Et pourtant, un conseil peut être dépassé le jour où il paraît : alors que le conseil était chez l’imprimeur, le mur de Berlin est tombé. Un scénario que le comité n'avait pas anticipé. En octobre 1989, non seulement les conseils ont été émis, mais les exportations vers l’Europe de l’Est ont également commencé et l’industrie alimentaire communiste a été rayée de la carte au profit de produits occidentaux fabriqués de manière efficace.

Malgré ces commentaires sur la relativité d'une vision, il ne serait pas surprenant que le milieu des affaires lui-même dispose d'une bonne vision élaborée par un groupe d'indépendants engagés. Cela fonctionne peut-être mieux que de négocier un accord agricole par des défenseurs directement impliqués. Et cela peut aider les partis politiques ayant des points de vue opposés et des idées fausses à élaborer de bonnes politiques. La question est bien sûr : qui va s’en charger, car nous n’avons plus de Conseil de l’Agriculture.

Krijn J. Poppe

Krijn Poppe a travaillé pendant près de 40 ans en tant qu'économiste chez LEI et Wageningen UR et occupe maintenant un certain nombre de postes de conseil et de gestion. Pour Boerenbusiness il plonge dans sa bibliothèque et discute des développements actuels à partir d'études devenues classiques.

Opinie Krijn J. Poppe

Le modèle de revenus sera également une préoccupation en 2024

Opinie Krijn J. Poppe

Récolte noyée, coûts irrécupérables

Opinie Krijn J. Poppe

Boer Cuckoo et le mouvement BoerBurger

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login