NZO

Interview De Groot et les Rats

Battre le tambour plus fort pour l’importance du secteur laitier

10 Octobre 2023 - Wouter Job - Réaction 1

Avec un nouveau président et un nouveau directeur, la Dutch Dairy Organisation (NZO) est bien équipée pour relever les défis majeurs auxquels elle est confrontée. Il est bien entendu indéniable que les défis à l’heure du débat actuel sur l’azote sont considérables. L’un des aspects préconisés par l’association professionnelle est le maintien d’une échelle suffisante. Le NZO veut catégoriquement rester à l’écart des chiffres et des chiffres pris du ciel. "La discussion doit être basée sur des faits."

Albert de Groot, PDG de Vreugdenhil Dairy Foods, tient le marteau depuis juillet. Cette position n'est pas complètement nouvelle pour lui, car il était déjà président par intérim après le départ de Hein Schumacher de FrieslandCampina. En tant que plus grand transformateur au sein du NZO, la coopérative laitière d'Amersfoort est autorisée à nommer un président et s'est retrouvée avec De Groot. Avec près de trente ans d'expérience chez Vreugdenhil, il connaît les tenants et les aboutissants de l'industrie laitière. La gestion quotidienne du groupe d'intérêt a récemment été reprise par Joep Rats. Il vient de Bouwend Nederland et, de ce fait, connaît très bien les tenants et les aboutissants de la politique à La Haye.

Nouvelle composition du conseil d'administration
Depuis le 6 octobre 2023, Dustin Woodward a rejoint le conseil d'administration du NZO au nom de FrieslandCampina. Il remplace Jan-Pieter Tanis, démissionnaire, au conseil d'administration du NZO. Le conseil d'administration de NZO est composé du président Albert de Groot (Vreugdenhil Dairy Foods), Jan Anker (Royal A-ware), Dustin Woodward et Koert Verkerk (tous deux FrieslandCampina), Raymond Noordermeer (De Graafstroom) et Klaas Hokse (Rouveen Cheese Specialties).

Pas trop à l'étroit
Le duo estime que le NZO devrait être plus visible. L’importance du secteur laitier doit être davantage soulignée à une époque où le secteur est parfois sous le feu des critiques. Dans une conversation avec les deux, il aborde rapidement les défis environnementaux. Néanmoins, De Groot préconise avant tout de ne pas tirer dans une position tendue. "98 % des Néerlandais consomment des produits laitiers. 1 % ne les aiment pas et 1 % n'en consomment pas pour des raisons personnelles. " Il ne ferme pas les oreilles aux critiques, mais estime que le secteur n'a pas à rougir : "Les produits laitiers sont à mes yeux un produit magique. Une alimentation saine et équilibrée est presque impossible sans eux."

Lorsque De Groot parle de produits laitiers, il fait référence aux produits à base de lait de vache. Sinon vous parlez d’alternatives laitières, mais pour lui il ne faut pas les associer au lait. Il comprend que de nombreuses entreprises laitières se concentrent sur le marché des produits végétaux et que ce n’est pas nouveau. "Nous l'avons également fait il y a des décennies avec des crèmes à café, par exemple."

Importations d’engrais et de soja
Après quelques mois au NZO, Rats fut impressionné par le professionnalisme des membres. Mais le secteur laitier ne peut pas se reposer sur ses lauriers, il en est bien conscient. Il entend par là, entre autres, réduire l'empreinte CO2 et garantir le bien-être des animaux. Bien que la NZO soit étroitement associée à l'élevage laitier, elle se concentre principalement sur l'industrie laitière de transformation. "Nous ne prenons pas position sur l'utilisation d'engrais artificiels ou de soja sud-américain dans l'alimentation animale. C'est avant tout l'affaire des représentants des intérêts de l'élevage laitier", déclare Rats. Rats et De Groot en plaident pour un un terrain de jeu égal en Europe en termes d'exigences légales sur l'exploitation agricole. Il s’agit de pouvoir rivaliser équitablement sur le prix de revient. En outre, il doit y avoir de la place pour des initiatives privées telles que PlanetProof ou les programmes « Better for » dans les chaînes de produits frais. "Il n'existe plus de transformateur de lait sans son propre programme de développement durable et c'est une bonne chose", déclare De Groot.

Cela fait toute une différence que les Pays-Bas soient bientôt gouvernés par la droite ou par la gauche.

Albert le Grand

Maintenir l'échelle
Le NZO s’engage fortement à maintenir une échelle suffisante. Les députés se rendent de plus en plus compte que la taille actuelle de l'appareil de production ne va plus de soi, étant donné que le cheptel est sous pression. Les transformateurs néerlandais se concentrent de plus en plus sur l'approvisionnement en lait de Belgique ou d'Allemagne. Même si le NZO prône une taille suffisante, il souhaite éviter une taille minimale. En partie parce que de tels chiffres ont rapidement un effet polarisant. Cela dérange les Rats que les ONG publient souvent au hasard des chiffres qui ne sont pas basés sur des faits. "Cela ne fait pas avancer la discussion." Même si le NZO ne souhaite pas exprimer de souhaits quant à la taille, De Groot estime que le secteur laitier devrait pouvoir continuer à exporter à l'avenir. "Nous n'exportons pas des produits laitiers en vrac, mais des produits laitiers de haute qualité qui sont produits dans notre pays avec un impact relativement faible sur l'environnement. Il prend son iPhone et déclare ensuite : " Cela ne dérange personne que cet appareil soit produit en Chine, n'est-ce pas ? il?"

Détermination des élections
Dans les mois à venir, les Pays-Bas seront sans aucun doute dominés par une campagne électorale féroce et convaincante. Ceux-ci déterminent également l’orientation que prendra le dossier azote. Et avec lui, l’avenir de la production laitière et du secteur laitier. Le NZO a récemment rédigé un document contenant des recommandations à l'intention des partis politiques. Outre l’importance économique des exportations de 10 milliards d’euros, cela met également en évidence l’importance paysagère et la valeur nutritionnelle des produits laitiers. Les élections de novembre seront probablement plus décisives que jamais en matière de cheptel. De Groot regarde déjà vers l'avenir : "Cela fera une grande différence que les Pays-Bas soient bientôt gouvernés par la droite ou par la gauche."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Wouter Job

Wouter Baan est rédacteur en chef de Boerenbusiness. Il se concentre également sur les marchés des produits laitiers, du porc et de la viande. Il suit également les développements (commerciaux) au sein de l’agro-industrie et interviewe des PDG et des décideurs politiques.
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Réaction 1
Abonné
Zélande 10 Octobre 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/melk/artikelen/10906278/harder-op-de-trom-slaan-voor-belang-zuivelsector]Parlez plus fort de l'importance du secteur laitier[/url]
N'attendez pas et ne prêtez pas attention aux élections. Maintenant, en tant que secteur, nous avons une vision sur la table, nous faisons des choix et fixons ensuite les orientations. Ce dont parle l'invité : réduire les gaz à effet de serre CO2, No2 et NH3 : toutes les options sont connues, alors choisissez et optez pour cette banane. Dans quoi l'industrie - les fournisseurs et les transformateurs veulent-ils investir, y compris RaBo, y compris CBL !!!!!!
Vous ne pouvez plus répondre.

Que font les prix actuels du lait ?

Voir et comparer
dans la comparaison des prix du lait

Analyse Melk

Un producteur laitier fait face à de grands choix avec son transformateur

Fond Humeur azotée

Inspection du Cabinet et personnages de Van der Wal

Actualités Melk

L'offre de lait allemande en hausse en avril, en baisse fin mai

Actualités Melk

Perspective d’amélioration avec une production de lait irlandaise plus faible

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login