D66

Interview Tjeerd de Groot (D66)

« Une vision agricole doit être mise sur la table »

7 Novembre 2023 -Linda van Eekeres - Commentaires 25

Tjeerd de Groot (55 ans) est membre de la Chambre des représentants du D2017 depuis 66. Il a déjà réussi à irriter les agriculteurs avec sa déclaration sur la réduction de moitié du cheptel, mais il ne se considère absolument pas comme un anti-agriculteur.

L'homme politique se demande s'il doit se présenter à nouveau aux élections, mais il se présente à nouveau. "Il n'en est pas moins nécessaire de s'engager pour la restauration de la nature, de l'eau propre, des sols propres et de l'avenir de l'agriculteur. C'est là que réside mon cœur !"

Quel regard portez-vous sur la politique agricole du dernier gouvernement ?
"Il s'agit de deux éléments : l'azote et les perspectives pour l'agriculture. Si vous regardez l'azote, vous voyez qu'il y avait en fait une proposition très respectueuse de la part du ministre aux agriculteurs et aux provinces, dans laquelle les provinces ont un rôle majeur qui va bien au-delà de l'azote et aussi se concentre sur l'eau, le climat et le sol et qui donne aux provinces l'espace nécessaire pour travailler avec les acteurs concernés et aux agriculteurs pour donner corps à ce projet à leur manière. Ceux qui n'étaient pas d'accord avec cela ont présenté cela comme un diktat de La Haye et ont prétendu qu'il ne s'agissait que d'une question de l'azote, ce qui a conduit à un désastre et on se retrouve maintenant dans une situation où rien ne s'est passé, les plans provinciaux sont insuffisants et les agriculteurs sont encore une fois victimes du projet de loi.

"Le deuxième élément concerne les perspectives pour l'agriculture, un ministre distinct a même été nommé. Cette perspective n'a pas du tout vu le jour. Malheureusement, le ministre n'a pas été en mesure de mettre en œuvre le mandat de l'accord de coalition pour la transition vers la construction circulaire. "

Que s’est-il passé depuis l’installation du cabinet Rutte IV le 10 janvier 2022 ?
"Beaucoup de choses ont été mises en mouvement dans le domaine de l'azote. Une autorité écologique a été créée et les provinces ont commencé à travailler. Beaucoup de travail acharné a en effet été fait, y compris par le ministre de l'Agriculture."

Que faut-il faire différemment au cours du prochain mandat ministériel ?
"Ensuite, il faut qu'il y ait des résultats et certainement une vision sur la table. Si vous parvenez à un accord agricole sans avoir développé vous-même une vision, alors c'est bien sûr très étrange. L'accord agricole n'a pas été le début de la transition agricole, mais un moyen de maintenir le modèle actuel. Alors que Schouten a écrit que le modèle n'est pas durable. Il n'a toujours pas conduit à des objectifs convenus avec le secteur, comme dans le domaine du climat. Si vous voulez y consacrer de l'argent public, des objectifs doit également être atteint.

Les partenaires actuels de la coalition D66 ont fait marche arrière par rapport à 2030, date à laquelle les émissions d’azote devront être réduites de moitié. Pourquoi tu tiens encore à ça ?
"Nous suivons toujours les innombrables conseils scientifiques qui ont été donnés sur ce point. Nous ne les proposons pas nous-mêmes. Avec du courage politique, cela est également réalisable."

Les jeunes agriculteurs ont-ils encore un avenir aux Pays-Bas ?
"Certainement, mais il faudra ensuite définir cette perspective. Désormais, les agriculteurs dépendent principalement des autres pour leur modèle de revenus, leurs fournisseurs, leurs banques, leurs transformateurs. Il faudra vraiment que cela change en faveur des agriculteurs. La durabilité doit payer, il faut s'organiser qu'en tant que gouvernement, les acteurs du marché doivent initier la transition vers une agriculture circulaire. Ils peuvent alors choisir entre gagner de l'argent sur le marché grâce à l'agriculture circulaire ou contribuer à payer les dommages environnementaux calculés par le PBL (Bureau d'aménagement du cadre de vie). " : le pollueur paie. Les bénéfices doivent en partie être des bénéfices pour les agriculteurs qui font la transition vers l'agriculture circulaire ou biologique."

Vous vous engagez pour un quart des terres agricoles biologiques d’ici 2030, conformément au Green Deal européen. Le bio doit déjà parfois être commercialisé comme conventionnel. Faut-il également stimuler la demande ?
"Dans tous les cas, tout le secteur de la floriculture peut devenir biologique, parce qu'il y a beaucoup de discussions et d'inquiétudes à ce sujet parmi les résidents locaux et parce que c'est possible. En outre, vous devrez veiller à ce que la demande soit stimulée par le biais des mesures gouvernementales. politique d'achat. Et avec une transparence obligatoire des supermarchés - également pour les produits transformés - en indiquant clairement quel supermarché suit cette voie et lequel ne le fait pas.

Avec votre collègue Joris Thijssen du PvdA, vous vous êtes prononcé avec acharnement dans les débats contre le financement par Rabobank et avez plaidé pour que la banque contribue à la transition. Leur politique a-t-elle changé avec la nomination d'un directeur vert ?
"Je ne sais pas si la politique a changé, du moins la communication. Je pense que cela est également très difficile pour une banque individuelle. Elle doit respecter les normes internationales. Avec les règles de Bâle, la notation détermine à quel point il est bon marché d'emprunter. de l'argent S'ils investissent dans un modèle qui n'a pas encore de notation internationale, ils prennent un risque et leur note baisse. Je comprends la position de la banque, mais à ce jour, ils continuent d'investir dans un modèle sans avenir, ce qui Il faut également y voir un risque. Le bénéfice est pour les particuliers et les coûts pour la société et en partie pour les revenus des agriculteurs. Il appartient aux politiques de faire quelque chose à ce sujet."

D66 souhaite promouvoir de nouvelles opportunités d'investissement pour les exploitations agricoles en dehors des banques. Comment dois-je visualiser cela ?
"Vous pouvez y parvenir grâce à des investissements via des plateformes numériques ou des initiatives telles que Herenboeren et autres."

Vous avez envisagé de ne plus vous présenter aux élections, avez-vous déclaré à Omrop Fryslan. Quelle en était la raison ?
"Que vous commencez à douter : est-ce le lieu idéal pour travailler sur vos idéaux, parce que c'est extrêmement dur, rencontre une quantité extraordinaire de résistance, les images sur l'approche, la manipulation lâche des faits."

Qu’est-ce qui vous a décidé à briguer un nouveau mandat ?
"Parce que c'est tout simplement très nécessaire. Il n'est pas moins nécessaire de s'engager pour la restauration de la nature, de l'eau propre, des sols propres et de l'avenir de l'agriculteur. C'est là que réside mon cœur !"

Vous n’êtes donc pas anti-agriculteurs, comme on le dit parfois ?
"Ce n'est pas vrai, absolument pas. Quand je parle aux agriculteurs, je remarque toujours que les gens pensent : je ne le vois pas vraiment, mais au moins il a une proposition. Vous pouvez toujours vous en prendre à la personne. quand vous ne le faites pas. " Je n'aime pas le contenu."

Jusqu'à ce que vous deveniez député en 2017, vous avez été directeur de l'Organisation laitière néerlandaise pendant sept ans. On vous accuse d'être passé de l'expansion du secteur à la réduction du cheptel.
"J'ai également commencé à travailler au NZO pour rendre le secteur plus durable et cela a été en partie un succès avec le projet Sustainable Dairy. L'hypothèse était que la production pouvait augmenter et que nous veillerions en même temps à ce que la durabilité augmente, que vous puissiez maintenir cela dans les conditions environnementales, et c'était une idée fausse. Je me suis engagé à rendre le secteur plus durable tout au long de ma vie professionnelle, je n'ai jamais fait autre chose.

Pour D66, l’oiseau des prés a sa place dans chaque lait…
"C'est là que se pose le débat sur : qu'est-ce qui est normal ? À l'origine, les oiseaux des prés faisaient partie de la production laitière néerlandaise, tout comme les haies. Je pense que l'élevage laitier néerlandais pourrait être unique au monde. La bonne image des Pays-Bas dans ce domaine est en partie due à cela. remercier, même si ce n'est pas le cas dans tous les cas.

Le D66 dispose désormais de 24 sièges, mais se situe entre 5 et 9 sièges dans les sondages. Vous êtes au numéro 10 sur la liste. Savez-vous que vous ne serez pas élu ?
"Non, je me lance. En 2017, j'étais à la 19e place et tout le monde disait que je n'entrerais pas au Parlement. Je n'en ai jamais douté un seul instant."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.

En savoir plus sur

Dossier élections 2023
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 25
Abonné
Jantje 7 Novembre 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikelen/10906661/er-moet-een-landbouwvisie-op-tafel-komen]'Une vision agricole doit être mise sur la table'[/url]
Tant que tout ce que notre corps ne digère pas disparaît dans les égouts, l’introduction de l’agriculture circulaire est inutile et constitue une voie désastreuse.
Abonné
CM 7 Novembre 2023
Ne donnez pas de plateforme à cet homme. Ignorer complètement D66 n'est de toute façon plus pertinent.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 7 Novembre 2023
Eh bien, mon vote en tant qu'électeur hors des Pays-Bas et de l'Europe doit déjà être arrivé dans la commune de La Haye et en tant qu'ancien D66, j'ai désormais voté pour le BBB avec conviction. Lorsque vous parlez d'un sol « propre », vous ne savez tout simplement pas de quoi vous parlez lorsqu'il s'agit de sol, car c'est très différent d'un sol propre pour la construction de villes et de routes. Une grande partie du D66 et de ses affiliés se sont enfermés dans des cabines propres et ont ainsi perdu contact avec la réalité, dans une arrogance peut-être involontaire mais clairement visible envers la société, et même envers les électeurs ! Je retrouve pas mal de "vieux" D66 dans le BBB, heureusement qu'ils sont là.
Abonné
xx 7 Novembre 2023
Comme un homme comme ça me rend déprimé
Abonné
jan 7 Novembre 2023
EN TANT QUE MEMBRE D'UNE ENTREPRISE AGRICOLE, N'ATTENDEZ PAS DES DISCUSSIONS STUPIDES
ILS SUIVENT LES SCIENTIFIQUES
IL Y AVAIT UN SCIENTIFIQUE DANS SON PARTI, QUI A DIT TRÈS DIFFÉREMMENT, ET QUI A ÉTÉ EXCLU DU PARTI ET IGNORÉ
Abonné
vérité 7 Novembre 2023
alors je sais de quel genre de vue il s'agit... : Les agriculteurs sont partis !!!! !
Abonné
brise marine 7 Novembre 2023
Tjeerd le menteur. Je n'aime pas son visage et son langage indique qu'il est moins doué qu'un ver. Louis a fait un bon choix pour le BBB. J'espère que le D66 diminuera à 0,005 mol/ha/an. Il ne recevra pas d'autorisation pour participer à la consultation. Deviendra-t-il conseiller de Thom de Graaf/Conseil d'État pour maintenir les chantiers verrouillés encore plus longtemps en raison d'une déclaration insensée dans le passé dont il est responsable ? Il y a là un groupe d’avocats tellement faible qu’il faut d’abord demander à l’UE ce qu’elle veut dire par la voie b4kend3 et ensuite oser faire une déclaration. Ils auraient pu choisir d’imposer un blocus de 3 mois à LNV afin de définir une tâche claire en matière de politique N. Non, ils détruisent l’ensemble des Pays-Bas, à l’exception de Schiphol, sur la base du soi-disant principe de précaution. Le plus gros émetteur + trafic aérien au-dessus de 3 mètres de CO6 reste dans l'atmosphère pendant au moins 8 ans et 900% des émissions de N restent toujours dans l'atmosphère car elles ne sont pas comptées (même Remkes s'est fait avoir devant lui). Et ces idiots parlent de leur engagement en faveur du développement durable. En élevage porcin on dirait : castrez à temps car il n'y aura jamais de verrats !!
Abonné
Gert Hemke 7 Novembre 2023
L’attention portée à cet homme est déplacée. Il a préconisé une augmentation du secteur des bovins laitiers au NZO. Apparemment, il est parti frustré et a été radicalisé par des personnes dans sa vie privée. Il n'a jamais contribué à la mise en perspective à D66.
Il ne devrait pas s’agir d’azote, mais de biodiversité. Des experts du D66 l'ont prévenu que les modèles sont incorrects et que la politique n'est pas efficace. Ces personnes de D66 ont parlé de comportement transgressif lorsqu'il a souligné qu'ils devaient se taire. Il ne devrait pas y avoir de place pour quelqu’un comme De Groot dans un parti qui promeut la bonne gouvernance.
J'ai beaucoup appris grâce à un guide des monuments naturels de Kampina. S’il y a suffisamment d’eau, l’azote ne pose pas de problème. Et l’acidification n’a été identifiée que dans la zone autour d’un lieu de captage d’eau potable. Dans de nombreux endroits, les eaux souterraines ont baissé de plus de 50 cm, la hauteur des infiltrations calcaires est tombée et cela devient acide.
La politique de La Haye est comme le paracétamol. Traitement symptomatique stupide pour un problème qui a été causé par la politique et non par les éleveurs. Si l’on souhaite restaurer une nature sèche, c’est comme pour les personnes déshydratées : il faut de l’eau et des minéraux. Dans un sol naturel normalement plus humide, 28 kg de N2 peuvent facilement être libérés dans l’air par dénitrification. Arrêter l’extraction d’eau potable dans les réserves naturelles vulnérables, mais c’est certainement politiquement sensible.
Dans une réponse personnelle, il m'a indiqué qu'il y avait trop de vaches. Il y en a autant aujourd'hui qu'en 1960... alors n'écoutez plus cet homme.
Abonné
brise marine 7 Novembre 2023
J'espère quand même que ce petit salaud lira ce qu'on dit de lui ici.
Quelle triste personne tu es sur cette terre. Vous êtes très indigne d’agir en tant que représentant du peuple. Les mensonges et la tromperie sont vos seules armes. Arrêtez cela et commencez à travailler au service social patronal d'une municipalité !
Abonné
Énorme boeuf 8 Novembre 2023
Seawind a écrit :
J'espère quand même que ce petit salaud lira ce qu'on dit de lui ici.
Quelle triste personne tu es sur cette terre. Vous êtes très indigne d’agir en tant que représentant du peuple. Les mensonges et la tromperie sont vos seules armes. Arrêtez cela et commencez à travailler au service social patronal d'une municipalité !
Quelle agression verbale encore.
Abonné
CM 8 Novembre 2023
Huge Beef a écrit:
Seawind a écrit :
J'espère quand même que ce petit salaud lira ce qu'on dit de lui ici.
Quelle triste personne tu es sur cette terre. Vous êtes très indigne d’agir en tant que représentant du peuple. Les mensonges et la tromperie sont vos seules armes. Arrêtez cela et commencez à travailler au service social patronal d'une municipalité !
Quelle agression verbale encore.
Encore assez discret. Il a causé beaucoup de souffrances aux familles d'agriculteurs et a montré ses vraies couleurs avec ses performances crapuleuses à la Chambre des représentants.
Abonné
Louis-Pascal de Geer 8 Novembre 2023
Belle réponse de Gert Hemke, qui demande clairement comment sécuriser l'extraction d'eau potable dans les réserves naturelles dites "vulnérables", car personne n'a l'appétit politique pour l'empêcher. Cela commencerait à laisser la nature redevenir véritablement la nature avec son assimilation de carbone et sa production d'oxygène pendant la période la plus longue possible de l'année. Aux Pays-Bas, la pauvre nature ne peut pas être appelée Nature ; augmenter la biodiversité végétale dans ces zones serait mon conseil. Protéger les ressources là où l’eau potable deviendra de plus en plus importante.
Abonné
Biographie + 10 Novembre 2023
CM: "Formulé assez modestement. Il a causé beaucoup de souffrances parmi les familles d'agriculteurs et a montré son vrai visage avec ses performances crapuleuses à la Chambre des Représentants. " Et "J'espère quand même que ce petit salaud lira ce qu'on dit de lui ici." Pensez-vous vraiment qu’un politicien lit ce que font les agriculteurs ici ? Qu'y a-t-il de « nouveau » dans la réponse donnée ici à tous les porte-parole du monde agricole : que tous les agriculteurs sont des victimes et que tous les politiciens sont des connards. Ce n’est pas seulement une façon grossière de répondre. D’après mon expérience, tout ce qui ressemble à un désastre l’est rarement. En règle générale, c'est soit neutre, soit finalement même une bénédiction. Et tout ce qui semble positif – que les politiques mettent en œuvre ce que veulent les agriculteurs – ne fonctionne finalement pas ainsi. Souvent comme une catastrophe à long terme ou comme neutre, ce qui signifie que la situation ne s'améliore ni ne s'aggrave du tout.
Abonné
Sud-ouest 10 Novembre 2023
Vous avez mis le doigt sur la tête bio+. Les soi-disant bons ministres de l’Agriculture se sont bien comportés, mais la situation des agriculteurs a été pire. Les ministres qui n’étaient pas issus du milieu agricole n’en étaient que meilleurs.
Abonné
gerard 10 Novembre 2023
nous avions aussi un ministre de D..00 Brinkhorst ou quelque chose comme ça. ce n'était pas très bon
Abonné
CM 10 Novembre 2023
Connaissez-vous quelques-uns qui n'étaient pas issus de l'agriculture : Jozias v Aartsen, Haijo Apotheker, Maxime Verhagen, Carola Schouten, Henk Staghouwer et enfin Piet Adema. Ils n'en ont rien fait non plus, mais ils étaient même
généralement juste mauvais.
Abonné
Biographie + 10 Novembre 2023
"Ils n'en ont rien tiré non plus, mais ils étaient même
généralement tout simplement mauvais. " Pourquoi étaient-ils tous simplement mauvais ? La réponse (pas ma) me semble qu'ils n'ont pas fait 1 contre 1 ce que voulaient les agriculteurs. Comment est-il possible que la terre ici rapporte 50 100 à 15 20 par ha ? C'est assez C'est le chiffre le plus élevé au monde. La réponse (la mienne) est que les agriculteurs gagnent de l'argent ici, même sur des terres aussi chères. Attention : le groupe leader dans tous les secteurs (biologique-conventionnel, végétal-animal) est constitué d'environ XNUMX-XNUMX% des entrepreneurs peuvent payer ce genre de montants parce qu’ils gagnent de l’argent grâce à leur entreprise actuelle.
Abonné
gerard 10 Novembre 2023
ces prix élevés sont payés par des personnes qui ont racheté un moulin ou pour toute autre raison qui leur ont permis de recevoir beaucoup d'argent
Abonné
Janus 10 Novembre 2023
Et il y a toujours des raisons d’expliquer que vous ne pouvez pas ou ne voulez pas acheter davantage vous-même. Pour certains, c'est toujours la faute de quelqu'un d'autre et ils sont souvent principalement occupés dans leur ferme (louée).
CM 10 Novembre 2023
Je ne pense pas que les Bio soient précurseurs, sinon oui, mais pas plus que ça
péta 10 Novembre 2023
bio+ a écrit :
"Ils n'en ont rien tiré non plus, mais ils étaient même
généralement tout simplement mauvais. " Pourquoi étaient-ils tous simplement mauvais ? La réponse (pas ma) me semble qu'ils n'ont pas fait 1 contre 1 ce que voulaient les agriculteurs. Comment est-il possible que la terre ici rapporte 50 100 à 15 20 par ha ? C'est assez C'est le chiffre le plus élevé au monde. La réponse (la mienne) est que les agriculteurs gagnent de l'argent ici, même sur des terres aussi chères. Attention : le groupe leader dans tous les secteurs (biologique-conventionnel, végétal-animal) est constitué d'environ XNUMX-XNUMX% des entrepreneurs peuvent payer ce genre de montants parce qu’ils gagnent de l’argent grâce à leur entreprise actuelle.
Et à cette entreprise comptez-vous aussi le bonheur d'avoir une éolienne sur votre terrain ou d'être rachetée ailleurs pour un logement ou un parc d'affaires ?
Abonné
chef 11 Novembre 2023
Un gros cochon ne remarque pas qu'un cochon maigre a faim.
Abonné
Sud-ouest 11 Novembre 2023
petatje a écrit :
bio+ a écrit :
"Ils n'en ont rien tiré non plus, mais ils étaient même
généralement tout simplement mauvais. " Pourquoi étaient-ils tous simplement mauvais ? La réponse (pas ma) me semble qu'ils n'ont pas fait 1 contre 1 ce que voulaient les agriculteurs. Comment est-il possible que la terre ici rapporte 50 100 à 15 20 par ha ? C'est assez C'est le chiffre le plus élevé au monde. La réponse (la mienne) est que les agriculteurs gagnent de l'argent ici, même sur des terres aussi chères. Attention : le groupe leader dans tous les secteurs (biologique-conventionnel, végétal-animal) est constitué d'environ XNUMX-XNUMX% des entrepreneurs peuvent payer ce genre de montants parce qu’ils gagnent de l’argent grâce à leur entreprise actuelle.
Et à cette entreprise comptez-vous aussi le bonheur d'avoir une éolienne sur votre terrain ou d'être rachetée ailleurs pour un logement ou un parc d'affaires ?
Eh bien, c’est aussi ça l’entrepreneuriat. Il faut saisir les opportunités. Une personne ne gagne pas beaucoup et l’autre ne gagne pas beaucoup…
Abonné
Biographie + 11 Novembre 2023
petatje a écrit :
bio+ a écrit :
"Ils n'en ont rien tiré non plus, mais ils étaient même
généralement tout simplement mauvais. " Pourquoi étaient-ils tous simplement mauvais ? La réponse (pas ma) me semble qu'ils n'ont pas fait 1 contre 1 ce que voulaient les agriculteurs. Comment est-il possible que la terre ici rapporte 50 100 à 15 20 par ha ? C'est assez C'est le chiffre le plus élevé au monde. La réponse (la mienne) est que les agriculteurs gagnent de l'argent ici, même sur des terres aussi chères. Attention : le groupe leader dans tous les secteurs (biologique-conventionnel, végétal-animal) est constitué d'environ XNUMX-XNUMX% des entrepreneurs peuvent payer ce genre de montants parce qu’ils gagnent de l’argent grâce à leur entreprise actuelle.
Et à cette entreprise comptez-vous aussi le bonheur d'avoir une éolienne sur votre terrain ou d'être rachetée ailleurs pour un logement ou un parc d'affaires ?
L'idée est toujours que les prix des terres (ou les prix des quotas, des droits de production) sont déterminés par les plus chanceux : ceux qui ont été rachetés, etc. Mais à tout moment - même à une époque où pratiquement aucun agriculteur n'est racheté - la terre les prix restent raisonnablement stables. Ce qui a une influence, c'est si un secteur fonctionne mal, par exemple les grandes cultures jusqu'à il y a environ 5 ans. Mais regardez dans votre propre environnement/secteur. Il y a partout des entrepreneurs qui ont connu une croissance considérable au cours des 5 ou 10 dernières années. À propos du fameux modèle de revenus : ces 15 % ont depuis longtemps un bon modèle de revenus (avec parfois de mauvaises années). Et ceux qui ne disposent actuellement d’aucun modèle de revenus structurel feraient mieux de prendre en compte que cela n’arrivera pas non plus. Que le gouvernement ait l'intention de le faire ou non. Je ne sais pas comment il est possible de développer de l'extérieur un modèle de revenus pour l'ensemble du secteur agricole.
Abonné
bombe à retardement 11 Novembre 2023
Rares sont les partis politiques qui ne s’intéressent pas à l’agriculture au sens le plus large du terme.
Ils disent oui, mais ils ne le pensent pas. Tous les BBB et SGP je pense, et le reste ?? Vous en connaissez un autre ??
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Analyse Elections

Politique de l'azote avec PVV à l'ordre du jour, élevage flou

Interview Harm Holman (NSC)

La confiance et la perspective sont revenues, mais aussi moins de bétail

Interview Thom van Campen (VVD)

"Laisser les agriculteurs aux commandes en convainquant Bruxelles"

Interview Pieter Grinwis (Union chrétienne)

« Ne problématisez pas les agriculteurs, mais donnez-leur confiance »

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login