VVD

Interview Thom van Campen (VVD)

"Laisser les agriculteurs aux commandes en convainquant Bruxelles"

9 Novembre 2023 -Linda van Eekeres - Commentaires 2

Thom van Campen (33 ans) est à la Chambre des représentants depuis plus de deux ans et demi. En tant que libéral, il n’a lui-même jamais été très favorable à l’expropriation des agriculteurs. Son parti abandonne désormais cet objectif, ainsi que 2,5 comme date cible pour réduire de moitié les émissions d’azote.

Selon le porte-parole de l'agriculture, les Pays-Bas doivent tout faire pour impliquer la politique européenne. "Le gouvernement doit être capable de convaincre Bruxelles que nous produirons non seulement la meilleure nourriture après la Seconde Guerre mondiale, mais que nous pouvons également le faire dans un environnement propre."

Vous étiez nouveau au Parlement en mars 2021. Était-ce un succès ou une déception ?
"J'étais auparavant membre du conseil municipal de Zwolle et j'étais également représentant, ce n'était donc pas nouveau. Cependant, l'échelle est plus grande et l'agriculture était un nouveau portefeuille pour moi. C'est tout un défi, mais je l'ai toujours trouvé "honorable et amusant. "J'espère pouvoir continuer à le faire après les élections."

Dans quoi vous êtes-vous engagé dans le domaine de l’agriculture ?
"Ce que nous avons vu au cours des dernières décennies, c'est que nous avons voulu donner autant d'espace que possible à la vision libérale, mais en même temps, l'arrêt sur le PAS en 2019 a montré très clairement ce qui devait être fait. "Nous avons constaté à maintes reprises que nous ne pouvons légalement pas y parvenir avec le plancher de faibles émissions. Nous devons commencer par réduire l'azote, c'est un message difficile, j'ai toujours voulu disposer d'une large boîte à outils en retour."

"Cela me frustre énormément que les choses prennent autant de temps. En tant qu'agriculteur, vous voulez être sûr de ne plus vous retrouver devant le portail dans trois ans, alors que vous avez un prêt de la banque et que le fabricant a longtemps C'est pourquoi nous devons "Une évaluation appropriée sera bientôt faite pour l'octroi de permis pour des systèmes de logements à faibles émissions. Une autre motion a été récemment adoptée à ce sujet (éd. Van Campen)." 

Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné ?
"J'imagine bien qu'en tant qu'agriculteur vous disiez : je n'ose toujours pas investir dans mon entreprise. Depuis un an et demi, je dis constamment au ministre (éd. Adema) : Allez, une version 0.0 du bilan des substances facturables, une sorte de Minas. Le cabinet est tombé, mais des mesures importantes dans ce domaine sont en train d'être prises.

C'était la première fois qu'il y avait deux ministres au ministère de l'Agriculture. La ministre de la Nature et de l'Azote du VVD, Christianne van der Wal, a connu des moments difficiles, surtout après la présentation du fameux ticket pour l'azote. Quel regard portez-vous sur cela ?
"Les choses ne se sont pas bien passées, Remkes en a également parlé de manière très pertinente. Le gouvernement n'a pas été cohérent au cours des dix ou vingt dernières années. Alors c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Les détecteurs PAS ; l'affaire autour du système de phosphate ; qu'il " C'était comme : il suffit d'élargir, jusqu'à ce que le gouvernement dise : nous vous tiendrons à la date de référence. Une restructuration très stricte a eu lieu. Ce n'est pas une base sur laquelle le gouvernement fait preuve de fiabilité. "

Aucun accord agricole n'a été conclu. Était-ce une déception ?
"C'est vraiment dommage, mais les bonnes idées ne disparaissent pas tout simplement. En tant que politiciens et en tant que VVD, nous avons examiné attentivement quels sont les bons plans pour atteindre les objectifs ; aucun homme politique ne parvient à mieux comprendre cela sur papier que dans la pratique."

Quelles propositions avez-vous adoptées ?
« De nouveaux modèles de revenus en plus de la production, comme l'écosystème, réduisent l'écart entre l'agriculture et la nature. Ce qui m'a également semblé très important : on peut demander la durabilité, mais on ne peut pas la transmettre au maillon principal. le secteur agroalimentaire doit y contribuer.

Le VVD est un parti qui valorise l’entrepreneuriat. Comment les agriculteurs restent-ils entrepreneurs ?
"Qu'il s'agisse de la qualité de l'eau ou du maintien de Natura 2000, les Pays-Bas n'ont pleinement respecté les accords que lorsque nous avons atteint des limites et que les entrepreneurs se sont retrouvés dans une situation difficile. Comment garder les entrepreneurs aux commandes ? En montrant à Bruxelles que nous voulons aussi investir à Bruxelles. J'ai souvent dit au ministre : substituts aux engrais, CRISPR-Cas, pêche aux légumineuses, lancez ces histoires et convainquez Bruxelles que nous atteindrons les objectifs en matière de nature, mais que nous avons besoin d'espace. Les agriculteurs me disent qu'ils peuvent se passer d'une dérogation, à condition qu'ils soient autorisés à utiliser des substituts d'engrais. Permettre que des mesures soient prises au niveau de l'entreprise et que des mesures de gestion puissent être prises, comme une piste. Le gouvernement doit être capable de convaincre Bruxelles qu'après la Seconde Guerre mondiale, nous produirons non seulement la meilleure nourriture possible, mais que nous pourrons également le faire dans un environnement propre."

Le VVD s’en tient désormais à l’objectif d’azote pour 2035 et ne vise plus 2030. Qu’est-ce qui a changé ?
"2035 figure dans la loi actuelle. Lors des récentes négociations de coalition, l'année 2030 a été choisie conformément au deuxième rapport Remkes. Nous espérions montrer au pouvoir judiciaire qu'il était sérieux, montrer que le gouvernement ne pouvait éviter d'atteindre ses objectifs. et ainsi être autorisé à délivrer des permis. Mais nous avons vu des décisions de justice après décisions selon lesquelles vous ne pouvez délivrer des permis que si vous avez économisé de l'azote. Je ne pense pas que nous devrions discuter sans fin de l'année, mais mettre la réduction de l'azote dans la pratique. Nous avons vu que fixer une date n'est pas très utile à cette fin. Pour les gens, cette date ressemblait à un couteau dans la gorge, mais nous avons toujours dit que personne n'est tenu à l'impossible. Je pense que nous devrions mettre plus d'énergie dans les objectifs Tenez bon et commencez au lieu de discuter des KDW ou d'un an, ce sont des indicateurs.

Il y a un an, une motion a été adoptée à la Chambre des représentants, dont vous étiez co-parrain, visant à empêcher l'échange d'ammoniac et d'oxydes d'azote lors de la compensation externe. Cela est encore possible et c'est ainsi que Schiphol a obtenu son permis. Comment voyez-vous cela ?
"J'ai dit : il doit y avoir une gestion stricte et pas de négociations sur le Far West. Tous les partis présents à la Chambre pensaient que Schiphol devait avoir un permis naturel. Dans le même temps, nous avons vu que Schiphol elle-même a pris l'initiative d'acheter de l'espace pour l'azote. Je ne pense pas que ce soit le cas. Très mauvais. Je pense que la gestion devrait être plus stricte à ce sujet. Cela nécessite un changement dans la loi, donc cela est en attente pendant un certain temps. Cet espace doit d'abord être alloué aux détecteurs PAS. . Schiphol le fait également avec l'espace qui lui reste."

"L'échange de NH3 et de NOx est très difficile. Si vous mettez une clôture très stricte autour, vous ne pourrez peut-être pas encore accorder de permis. Un vendeur décide lui-même à qui il vend, il y a aussi des agriculteurs qui vendent des terres pour y construire un logement. une certaine liberté d'être. C'est autre chose lorsqu'une entreprise achète en masse du NH3 pour développer une zone industrielle.

Le VVD veut défendre les journalistes du PAS, mais ils ne sont toujours pas légalisés...
"Ce n'est pas facile de procéder au coup par coup. Nous voulons simplement que les entrepreneurs qui ont agi de bonne foi aient la possibilité d'obtenir un permis s'ils se sont enregistrés correctement. Nous devons nous assurer que l'argent est disponible et vous ne devez pas être lié par tous. types de règles en matière d'aides d'État.

Une majorité à la Chambre, y compris le VVD, souhaite passer d'une politique de dépôt à une politique axée sur les émissions. Qu’en est-il du permis existant ?
"Si vous avez maintenant un permis, heureusement vous êtes entre de bonnes mains. Heureusement, la propriété est toujours protégée dans ce pays, dis-je en libéral. Les tribunaux continueront bien entendu à évaluer la situation en matière de conservation de la nature dans la nature. Il devrait y avoir deux voies que vous pouvez emprunter : les comptes naturels des provinces doivent être en ordre et les agriculteurs doivent se concentrer sur les émissions, afin que les agriculteurs eux-mêmes soient aux commandes."

La propriété est toujours protégée dans ce pays, dites-vous. Vous accorderez la plus grande importance au caractère volontaire, par exemple dans le cadre des modalités de résiliation actuelles, comme indiqué dans le programme électoral. Le rachat forcé est-il toujours une option ?
"En ce qui nous concerne, non. Nous savons qu'à une certaine distance, il est impossible de retracer l'azote jusqu'à une seule entreprise, comme le montre la "célèbre" étude de l'UvA. Avec l'expropriation, il faudrait prouver de manière concluante devant le tribunal que certains précipitation d’une entreprise spécifique, elle ne figure donc pas dans le programme électoral. Choisis tes combats, voyez si vous pouvez l'acheter à un prix équitable, vous n'aurez alors pas besoin d'utiliser des instruments forcés. C'est toujours mon désaccord avec Tjeerd de Groot (D66), mais j'ai aussi régulièrement eu des débats à ce sujet avec le ministre (ministre du VVD Van der Wal, ndlr)."

Les programmes d'arrêt ont été ouverts, mais il n'y a encore rien pour ceux qui restent. Ces projets de relocalisation, d'extensification et d'innovation n'auraient-ils pas dû être lancés d'emblée ?
"Je suis très heureux que la Chambre, du Parti pour les Animaux au BBB, ait déclaré le sujet non controversé. Je comprends qu'il faut maintenant attendre le feu vert de Bruxelles. En ce qui me concerne, ce serait venez plutôt aujourd'hui que demain.

Le programme électoral indique également que vous souhaitez stimuler de nouvelles formes de production alimentaire durables. Comment?
"En ce qui me concerne, cela commence avec le feu vert de Bruxelles pour la viande cultivée. Il est incompréhensible qu'une entreprise néerlandaise qui a inventé la viande cultivée soit autorisée à la commercialiser à Singapour et non aux Pays-Bas. De plus, avec le CRIPS "Si vous êtes en mesure de protéger les cultures contre les parasites et les maladies gênantes, vous économiserez également le portefeuille des agriculteurs. Il en va de même pour les substituts d'engrais. Si leur utilisation est autorisée, vous économiserez une énorme quantité de CO2 et de consommation de gaz."

Souhaitez-vous maintenir la ligne en matière de politique agricole dans une éventuelle nouvelle coalition ?
"Nous voulons simplement parvenir à une production alimentaire durable dont nous sommes fiers et garantir un bon cadre de vie, une nature en bon état, une eau et un air purs, et travailler en collaboration avec le secteur pour y parvenir."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Linda van Eekeres

Linda van Eekeres est co-rédactrice en chef. Elle se concentre principalement sur les développements macro-économiques et l'influence de la politique sur le secteur agricole.

En savoir plus sur

Dossier élections 2023
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 2
Abonné
brise marine 9 Novembre 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness[/url]
Thom, je serai bref. Vous êtes et resterez, c'est cohérent, un beau parleur. Vous n’avez aucune mémoire active de beaucoup de choses. Vous vous êtes conformé à Tjeerd le liepeerd. Lorsqu’il a expulsé les vieux professeurs de son groupe de réflexion N, une lumière aurait dû s’allumer pour vous. Vous êtes toujours partisan du modèle RIVM Aerius, vous ne calculez pas avec 10% de NOx du trafic aérien au-dessus de 900 mètres, vous blâmez Remkes, vous vous livrez aux mensonges de CU, Carola Schouten, cie Hordijk, agricultrice Adema. Vous êtes favorable au vol de terres sous couvert d’une agriculture durable, par rapport à une agriculture conventionnelle dont l’empreinte climatique est la plus faible au monde.
En bref : suivez une formation complémentaire au Danemark et vous résoudrez également le problème de l'immigration !
Abonné
Jantje 10 Novembre 2023
Dans la deuxième phrase de l'interview, il déclare : "En tant que libéral, lui-même n'a jamais été très favorable à l'expropriation des agriculteurs." Il l'a très bien caché lors des discussions dans la salle. Sa collègue du parti, la ministre de la Nature et de l'Azote, Christianne van der Wal-Zeggelink, avait un avis très différent à ce sujet et Thommetje était consciencieusement d'accord.

Quel personnage hypocrite.
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Analyse Elections

Politique de l'azote avec PVV à l'ordre du jour, élevage flou

Interview Harm Holman (NSC)

La confiance et la perspective sont revenues, mais aussi moins de bétail

Interview Tjeerd de Groot (D66)

« Une vision agricole doit être mise sur la table »

Interview Pieter Grinwis (Union chrétienne)

« Ne problématisez pas les agriculteurs, mais donnez-leur confiance »

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login