Photoagriculture / Shutterstock.com

Actualités Sucre

Betteraves françaises jusqu'à 80 % de rendement en moins

5 Octobre 2020 -Niels van der Boom - Commentaires 2

Les dégâts causés par le virus de la jaunisse sur les betteraves sucrières en France sont énormes. Des pertes de rendement allant jusqu'à 80 % sont signalées. Dans les cas extrêmes, cela ne vaut même pas la peine d'appeler l'entrepreneur. Si rien ne change, les agriculteurs français menacent d'abandonner la culture.

Les betteraviers français ont connu une année difficile. Le semis a été effectué en mars dans des conditions très sèches. Comme aux Pays-Bas, le sol avait souvent une mauvaise structure après un automne lourd et un hiver sans gel. Lorsque les plants de betteraves étaient sur le dessus, la première vague de pucerons les a envahis. En raison de l'absence d'enrobage des graines avec des néonicotinoïdes, les dommages n'ont pas pu être évités.

Rendement réduit de moitié.
Les récoltes se sont redressées grâce au temps chaud et à une averse à temps au cours du mois de mai. En fin de mois, cependant, il s'est immédiatement avéré que le virus de la jaunisse était présent sur la quasi-totalité des parcelles. Associés à des conditions de croissance sèches et à des températures élevées, les rendements de la betterave ont pris beaucoup de retard, bien que de grandes différences soient perceptibles au sein des régions de culture. Ceux-ci ne peuvent pas être directement expliqués. Les essais de récolte ont montré une perte de rendement de 30 à 40 % sur les parcelles dégradées. Maintenant que les champs sont récoltés, cette perte est plus susceptible d'être de 30 % à 50 %.

Hervé Fouassier est agriculteur et betteravier à Corbeilles, au sud de Paris. Dans le département du Loiret, la culture de la betterave a été très durement touchée. Ceci vaut également pour les parcelles Fouassier. En plus d'être planteur de betteraves, il est président de l'association des planteurs Cristal Union. "Là où un rendement à l'hectare de 80 à 90 tonnes par hectare est normal pour mon entreprise, je suis maintenant bloqué à 37 tonnes", déclare-t-il au site d'information français. Terre Net.

Pas la peine de creuser
La perte de rendement coûte au producteur environ 1.000 15 €. Des collègues qui ne récoltent que 20 ou 300 tonnes se demandent si cela vaut vraiment la peine de récolter leurs betteraves. L'entrepreneur coûte 350 à 5 € par hectare. Ces surcoûts entraînent encore plus de perte de rendement. La mesure dans laquelle le rendement est plus faible dépend fortement de la zone. Les dommages le long de la frontière belge sont au maximum de XNUMX %. Particulièrement dans les zones de culture au sud et à l'ouest de Paris, les dégâts sont très importants.

La France a également connu des mois d'août et de septembre très secs, peu favorables au rendement. Lorsqu'il a commencé à pleuvoir fin septembre, il n'a pas cessé. La récolte des petites betteraves est particulièrement difficile sur sol lourd. Les agriculteurs sont dans le doute. Ils ne veulent pas détruire leur terre pour une récolte déficitaire. Le taux de sucre est actuellement d'environ 17 %, alors qu'il est normalement de 18 % à 19 %.

Campagne réduite de 35 jours
Les producteurs ne sont pas les seuls à avoir des problèmes. Il en va de même pour les sucreries. Ils demandent en moyenne 800 tonnes de betteraves par jour, mais les producteurs ne peuvent fournir que 400 tonnes. Les grandes usines, qui traitent plus de 10.000 110 tonnes par jour, n'atteignent pas du tout leur capacité. La campagne sucrière française de Cristal Union est désormais passée de 75 à environ 35 jours. Tout le monde dans le secteur remarque le manque de 1,1 jours. « L'usine de Corbeilles traite normalement 700.000 million de tonnes de betteraves, cette année c'est 750.000 XNUMX à XNUMX XNUMX tonnes.

Début août, le ministre français de l'agriculture Denormandie a proposé des dérogations pour les néonics dans la culture de la betterave. Cependant, il n'a pas encore adopté le parlement français (vert). Il a déjà provoqué un petit tremblement de terre dans l'Union européenne. Les agriculteurs de grandes cultures en Allemagne et aux Pays-Bas souhaitent également une telle dérogation. Si cette exemption n'est pas accordée – ou si les conditions ne sont pas réalisables – les conséquences ne peuvent être prévues.

Près d'un quart veulent arrêter
Une enquête Terre-Net montre que plus d'un tiers des producteurs interrogés ont déjà arrêté de cultiver. Près d'un quart indiquent qu'ils s'arrêteront l'année prochaine si la situation perdure. 22% indiquent qu'ils vont continuer à croître. Un petit avantage est que les prix contractuels sont légèrement plus élevés que l'an dernier en raison d'un prix du sucre plus élevé.

Selon le plus récent des chiffres selon le rapport MARS, la récolte totale de betteraves européennes est inférieure de 2 % à la moyenne quinquennale. La France, en particulier, a beaucoup perdu cette année. Au fur et à mesure que la campagne progresse, les chiffres peuvent encore être révisés à la baisse. Les conséquences sur la formation des prix sont malheureusement minimes. Dans le monde entier, il n'y a aucune raison d'augmenter les prix. Le manque de sucre de betterave est complété par du sucre de canne en provenance d'Inde et du Brésil.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Niels van der Boom

Niels van der Boom est rédacteur en chef chez arable Boerenbusiness. Il rapporte principalement sur le marché de la pomme de terre. Il présente chaque semaine le point sur le marché des pommes de terre.
Pression de la maladie - Rouille brune
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 2
Roy 6 Octobre 2020
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/akkerbouw/ artikel/10889545/franse-bietenspreis-tot-80-lager]Rendements de betteraves françaises jusqu'à 80 % inférieurs[/url]
Grâce à la politique de gauche qui élimine la PME.
Abonné
janv. kiévit 6 Octobre 2020
En raison des prix élevés, la rareté doit être appelée pour que le cheval et la calèche moins Schouten ne puissent plus trouver de sucre et sans sucre dans l'évier de la cuisine lors des élections de Rotterdam de mars 2021 0 votes préférentiels
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Actualités Pommes de terre

Les pays de l’UE tirent la sonnette d’alarme : le phytophthora frappe

Actualités Protection des cultures

Digi-label, prochaine étape dans l'enregistrement des ressources

Analyse Protection des cultures

Les prix élevés compensent les plus petits volumes de ressources

Actualités Politique

Bruxelles retire la loi controversée sur la réduction de moitié des ressources

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login