Stuart Boulton / Shutterstock.com

Opinie Joost Derk

Une victoire serrée ne suffit pas pour Johnson

12 Décembre 2019 -Joost Derks

Malgré toute l'attention médiatique, le résultat des élections britanniques est en fait déjà certain : le Parti conservateur du Premier ministre britannique Boris Johnson redevient le plus important. Ou se passe-t-il plus secrètement qu'il n'y paraît ?

L'enjeu des élections britanniques du jeudi 12 décembre est important. Le Brexit sera-t-il encore mis en œuvre d'ici quelques semaines, ou y aura-t-il un second référendum ? Cependant, il doit être très étrange que les conservateurs du premier ministre Johnson n'apparaissent pas comme le plus grand parti. Tous les sondages montrent que le Parti conservateur a une nette avance sur les travaillistes. Depuis que Johnson a pris ses fonctions de Premier ministre à la mi-juillet, cet écart n'a fait que se creuser. Avec un rallye de plus de 11% au cours des 4 derniers mois, la livre a pris une avance significative sur une victoire des conservateurs. Cependant, une courte victoire ne suffit pas.

Fichier de maux de tête
Si Johnson est aux commandes, la Grande-Bretagne quittera l'Union européenne d'ici quelques semaines. Cependant, le dossier du Brexit n'est pas encore clos. Johnson a convenu avec les chefs de gouvernement européens qu'un accord commercial doit être conclu avant la fin de 2020. Les négociateurs disent que la planification est trop ambitieuse. Il y a de fortes chances que Johnson doive demander du temps supplémentaire au cours de l'année prochaine, de sorte que nous nous retrouverons à nouveau dans un jeu d'échecs de procrastination et d'incertitude. Si le Parti conservateur devient le plus grand, mais n'obtient pas la majorité absolue, les doutes surgiront beaucoup plus tôt et plus durement.

Il sera difficile pour Johnson de trouver une partie disposée à coopérer. Cela s'explique en partie par le fait que les conservateurs ont durement abandonné le partenaire de la coalition DUP alors qu'il semblait auparavant pouvoir faire passer le Brexit. Pour garder le contrôle, le parti de Johnson doit donc remporter la majorité dans plus de la moitié des 650 circonscriptions britanniques. Selon les sondages, le Premier ministre obtient environ 43 % des voix. Mais, en 2015, David Cameron a réussi à remporter une majorité de 36,1 sièges avec seulement 4 % des voix (en bref : avec le soutien de moins de 10 électeurs sur 330). Il faut espérer pour Johnson qu'il réussisse lui aussi un tel exploit, sinon l'opposition pourrait bloquer toutes ses propositions et il serait paralysé.

Supprimer pour déception
Pour la livre sterling (après le rebond de ces dernières semaines), le meilleur semble être passé. Plus tôt cette semaine, il a été annoncé que la croissance de l'économie britannique s'était arrêtée entre début août et fin octobre. Si Johnson n'obtient pas la majorité absolue ou si le Parti travailliste l'emporte, le tableau économique deviendra encore moins beau. Cela déclenchera sans aucun doute une baisse des taux d'intérêt à la Banque d'Angleterre, ce qui rendra la livre sterling moins intéressante. Même avec une victoire retentissante de Johnson, il y a peu de place pour un rallye de secours après la hausse de ces derniers mois. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne devienne clair qu'un accord commercial avant la fin de l'année prochaine est irréalisable. Pour l'heure, 2020 ne semble pas être l'année de la livre.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception