Jeroen Meuwsen Photographie / Shutterstock.com

Opinie Jurphaas Lugtenburg

Promettre a été un succès dans la PAC, mais payer est devenu difficile

21 Novembre 2023 - Jurphaas Lugtenburg - Commentaires 2

Une porte s'ouvre, la porte suivante se ferme et l'un des protagonistes n'a aucune idée de l'endroit où l'autre est allé. Non, ce n’est pas une farce de John Lanting, même si la combinaison des tâches et la mise en œuvre néerlandaise de la politique agricole commune (PAC) présentent les caractéristiques nécessaires d’une comédie. Pour l'agriculteur moyen, la nouvelle saga qui s'est ajoutée au dossier n'a rien d'autre à faire que de rire comme un agriculteur qui a mal aux dents.

Souhaitez-vous continuer à lire cet article ?

Devenez abonné et obtenez un accès instantané

Choisissez l'abonnement qui vous convient

Jurphaas Lugtenburg

Jurphaas Lugtenburg est rédacteur en chef chez Boerenbusiness et se concentre principalement sur les secteurs de l'agriculture arable et le marché de l'alimentation animale et de l'énergie. Jurphaas possède également une petite ferme arable à Voorne-Putten (Hollande méridionale).

Jeudi dernier (16 novembre), le ministre sortant Piet Adema a envoyé une lettre à la Chambre des représentants dans laquelle il signale qu'il doit modifier le revenu de base et la prime aux éco-programmes introduits cette saison. Une gifle pour les agriculteurs participants. Après tous les problèmes liés aux règles modifiées à la dernière minute, au système informatique défaillant du RVO et aux cartes erronées - pour ne citer que quelques obstacles - nous bénéficions désormais d'une réduction sur les montants communiqués à l'avance, pour couronner le tout. tout est éteint. . Cela n’est pas totalement surprenant si l’on considère le chemin parcouru par le ministère dans ce dossier au cours des deux dernières années.

Course d'obstacle
La préparation de la nouvelle PAC a été compliquée presque dès le départ. En raison de la chute de Rutte 3 et de la longue formation du cabinet Rutte 4, peu de choses se sont produites pendant longtemps dans le développement de la nouvelle PAC. Le fait que la ministre sortante Schouten ait siégé à la table des négociations en tant que négociatrice de son parti lors de la formation du gouvernement n'a pas contribué à l'esprit de décision du ministère de l'Agriculture. Avec la mise en place du nouveau cabinet, il semblait que des progrès pourraient enfin être réalisés dans le développement de la PAC. Cependant, le ministre de l'Agriculture Henk Staghouwer s'est montré inefficace et a dû démissionner au bout de neuf mois seulement. La crise de l'azote a retenu l'attention des médias, mais peu de progrès ont été réalisés dans le développement de la PAC.

Par exemple, l’automne dernier, alors que les premières cultures de la récolte 2023 étaient déjà en terre, les producteurs ont été surpris par l’évolution des règles concernant les bandes tampons. Il y a un an à cette époque, il n’existait guère plus qu’un aperçu général de ce à quoi le secteur agricole pouvait s’attendre. Ce n'est qu'en février de cette année qu'un outil de simulation est devenu disponible, permettant aux agriculteurs de voir ce que les changements signifiaient sur leur propre exploitation et quelles mesures étaient nécessaires pour répondre aux conditions de base et aux éventuels programmes écologiques.

Même pendant la période d’achèvement de la mission combinée, tout n’était pas encore cristallisé. Par exemple, la liste des cultures d'hiver n'a été publiée qu'à la mi-avril, tout comme la date d'entrée en vigueur de la bande tampon de fines herbes modifiée au 1er juin, pour ne citer que quelques exemples. Les instructions destinées au helpdesk RVO ont également été adaptées au cours de la période de réalisation. Il n'est pas surprenant que la date limite de soumission ait été reportée d'un mois, au 15 juin. Le devoir final doit être remis avant le 1er décembre. Cela signifie effectivement que si une éco-activité n’a pas été réalisée, les agriculteurs peuvent la retirer. Il n'est pas possible de le remplacer par un autre. Les bases sont connues depuis le 15 juin et seuls les éco-programmes peuvent être modifiés.

Trop tard, comme nous en avons l'habitude
On peut dire que le ministre Adema n'a tiré la sonnette d'alarme sur les dépassements budgétaires que la semaine dernière. Après tout, les agriculteurs ont fourni leurs données (provisoires) il y a cinq mois. Entre-temps, quelqu’un au sein du ministère a sûrement prêté attention et remarqué qu’il y avait une grande différence entre ce qui était annoncé et ce qui était attendu ? On s’attendait également à ce que davantage de terres soient cédées au profit du soutien au revenu de base. Dans l’ancien système, seule la superficie cultivée était précisée. À partir de cette année, des bandes non cultivées, des bords de fossés et d'autres éléments paysagers pourront également être inclus. Apparemment, nous en avons bien plus que ce que le ministère pensait ? Le même problème s’applique aux programmes écologiques. Si vous rendez les conditions de base suffisamment strictes et si vous les fixez légalement de manière à ce que l'agriculteur soit obligé de participer (par exemple, des zones sans culture obligatoires), l'étape consistant à faire juste ce petit plus pour le paiement maximum est beaucoup plus petite. . Il y a quelque chose à dire sur le paiement ultérieur des éco-régimes. Viser à payer tous les fonds de la PAC en décembre, alors que la date limite de soumission est le 30 novembre, est, comme les agriculteurs devront également l'admettre, très ambitieux. Y parvenir en 2024, comme le déclare Adema dans sa lettre, est l’autre extrême.

En modifiant les montants, c'est peut-être l'Adema qui frappe le plus durement la confiance des agriculteurs. L’engagement était clair jusqu’à la semaine dernière. Environ 220 € par hectare de prime de base avec 54 € supplémentaires par hectare pour les 40 premiers hectares. Pour l'éco-prime, cela va de 60 € par hectare pour le bronze à 200 € pour l'or. Cela correspond tout à fait à ce que souhaitent les politiciens. Les conditions de base (conditionnalités) ont été considérablement renforcées par rapport à l'année dernière. Les agriculteurs qui font un effort supplémentaire doivent être remboursés des coûts supplémentaires impliqués, a-t-on indiqué au secteur. Les agriculteurs ont fait leurs calculs sur ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire sur la base des chiffres ci-dessus. L'agriculteur a reçu une saucisse et le ministre pense désormais que « les tranches fines préservent la saucisse ». Si vous souhaitez amener les agriculteurs à passer à un modèle de revenus différent (de la production aux services paysagers et/ou écologiques), cela ne renforcera pas la confiance. 

La PAC représente une somme importante qui représente une part substantielle du revenu de l’agriculteur moyen. Cela peut en faire l’instrument permettant de mettre en œuvre ou d’initier les changements dans le secteur souhaités par les décideurs politiques. On s’attendrait donc à ce que le ministère prenne cette question au sérieux. En agissant comme une bande de comédiens, le ministère oblige presque les agriculteurs à ne pas courir trop vite et à rester concentrés sur le marché des revenus.

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception